Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

a

[merged small][ocr errors]

de prendre : au lieu d'avoir l'imprudence de nier le fait, elle a mandé ce matin au trésorier qu'il est justement irrité contre elle; qu'il ne doit plus la regarder qu'avec mépris, puisqu'elle a été capable de trahir un si galant homme ; qu'elle reconnaît sa faute, qu'elle la déteste , et que, pour s'en punir, elle a déjà coupé ses beaux cheveux , dont il sait bien qu'elle est idolâtre; enfin ; qu'elle est dans la résolution d'aller dans une retraite consacrer le reste de ses jours à la pénitence.

Le vieux soupirant n'a pu tenir contre les prétendus remords de sa maîtresse; il s'est levé aussitôt pour se rendre chez elle ; il l'a trouvée dans les pleurs ; et cette bonne comédienne a si bien joué son rôle qu'il vient de lui pardonner le passé; il fera plus : pour la consoler du sacrifice de sa chevelure il lui promet en ce moment de la faire dame de paroisse, en lui achetant une belle maison de campagne, qui est actuellement à vendre auprès de l’Escurial.

Toutes les boutiques sont ouvertes ; dit l’écolier, et j'aperçois déjà un cavalier qui entre chez un traiteur. Ce cavalier, reprit Asmodée , est un garçon de famille qui a la

d'écrire, et de vouloir absolument passer pour auteur ; il ne manque pas d'esprit ; il en a même assez pour critiquer tous les ouvrages qui paraissent

rage

teur pour

[ocr errors]
[ocr errors]

sur la scène , mais il n'en a point assez pour en composer un raisonnable. Il entre chez le trai

ordonner un grand repas; il donne à dîner aujourd'hui à quatre comédiens qu'il veut engager à protéger une mauvaise pièce de sa façon, qu'il est sur le point de présenter à leur compagnie.

A propos d'auteurs, continua-t-il, en voilà deux qui se rencontrent dans la rue. Remarquez qu'ils se saluent avec un ris

moqueur;

ils se méprisent mutuellement, et ils ont raison. L'un écrit aussi facilement que le poète Crispinus, qu’Horace compare aux soufflets des forges, et l'autre emploie bien du temps à faire des ouvrages froids et insipides.

Qui est ce petit homme qui descend de carrosse à la porte de cette église? dit Zambullo. C'est, répondit le boiteux, un personnage digne d'être remarqué. Il n'y a pas dix ans qu'il abandonna, l'étude d'un notaire où il était maitre clerc, pour s'aller jeter dans la chartreuse de Saragosse. Au bout de six mois de noviciat, il sortit de son couvent, reparut à Madrid; mais ceux qui le connaissaient furent étonnés de le voir devenir tout-à-coup un des principaux membres du conseil des Indes. On parle encore aujourd'hui d'une fortune si subite. Quelques-uns disent qu'il s'est donné au dia

[ocr errors]
[ocr errors]

ble, d'autres veulent qu'il ait été aimé d'une riche douairière, et d'autres , enfin, qu'il ait trouvé un trésor. Vous savez ce qui en est, interrompit don Cleophas. Oh! pour cela oui , repartit le démon, et je vais vous révéler le mystère.

Pendant que notre moine était novice, il arriva qu'un jour, en faisant dans son jardin une profonde fosse pour y planter un arbre, il aperçut une cassette de cuivre qu'il ouvrit: il y avait dedans une boîte d'or qui contenait une trentaine de diamans d'une grande beauté. Quoique le religieux ne se connût pas autrement en pierreries, il ne laissa pas de juger qu'il venait de faire un bon coup de filet; et prenant aussitôt le parti que prend , dans une comédie de Plaute, ce Gripus qui renonce à la pêche après avoir trouvé un trésor, il quitta le froc, et revint à Madrid,

l'entremise d'un joaillier de ses amis, il changea ses pierres précieuses en pièces d'or, et ses pièces d'or en une charge qui lui donne un beau rang dans la société civile.

où , par

[ocr errors]

Ꮧ .

CHAPITRE XVIII.

Ce que le Diable fit encore remarquer à don Cleophas.

[ocr errors]

Il faut, poursuivit Asmodée, que je vous fasse rire en vous apprenant un trait de cet homme qui entre chez un marchand de liqueurs. C'est un médecin biscayen ; il va prendre une tasse de chocolat, après quoi il passera toute la journée à jouer aux échecs.

Pendant ce temps-là, ne craignez rien pour ses malades, il n'en a point; et, quand il en aurait, les momens qu'il emploie à jouer ne seraient

pas

les plus mauvais pour eux. Il ne manque pas d'aller tous les soirs chez une belle et riche veuve qu'il voudrait épouser, et dont il fait semblant d'être fort amoureux. Quand il est avec elle, un fripon de valet , qu'il a pour tout domestique , et avec lequel il s'entend , lui apporte une fausse liste qui contient les noms de plusieurs personnes de qualité, de la part desquelles on est venu chercher ce docteur. La veuve prend tout cela au pied de la lettre , et notre joueur d'échecs est sur le point de gagner la partie.

[ocr errors]

Arrêtons-nous devant cet hôtel auprès duquel nous sommes ; je ne veux point passér outre sans vous faire remarquer les personnes qui l'habitent. Parcourez des yeux les appartemens; qu'y découvrez-vous ? j'y démêle des dames dont la beauté m'éblouit, répondit l'écolier. J'en vois quelques-unes qui se lèvenit, et d'autres qui sont déjà levées. Que de charmes elles offrent à mes regards ! Je m'imagine voir les nymphes de Diane, telles que les poètes nous les représentent.

Si ces femmes que vous admirez, reprit le boiteux, ont les attraits des nymphes de Diane, elles n'en ont assurément pas la chasteté. Ce sont quatre ou cinq aventurières qui vivent ensemble à frais communs. Aussi dangereuses que ces belles demoiselles de chevalerie qui arrêtaient par leurs appas les chevaliers qui passaient de · vant leurs châteaux, elles attirent les jeunes gens chez elles. Malheur à ceux qui s'en laissent charmer! Pour avertir du péril que courent les passans,

il faudrait faire mettre devant cette maison des balises, comme on en met dans les rivières

pour marquer les endroits dont il faut pas s'approcher. Je ne vous demande

pas ;

dit Leandro Perez, où vont ces seigneurs que je vois dans leurs carrosses : ils vont sans doute au lever du roi..

[ocr errors]

ne

« AnteriorContinuar »