Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

même, pour mieux conserver la pureté de la langue castillane, ces académiciens ne pourront être remplacés après leur mort que par des personnes de la première qualité.

Cette décision est merveilleuse, s'écria Zambullo en riant : les partisans du langage ordinaire n'ont plus rien à craindre. Pardonnezmoi , repartit le démon : les auteurs ennemis de cette noble simplicité qui fait le charme des lecteurs sensés ne sont pas tous de l'académie de Tolède.

Don Cleophas fut curieux d'apprendre qui était le cavalier habillé de velours gris-blanc, qu'il voyait en conversation avec le licencié. C'est, lui dit le boiteux, un cadet catalan', officier de la garde espagnole ; je vous assure que c'est un garçon très-spirituel. Je veux, pour vous faire juger de son esprit, vous citer une repartie qu'il fit hier à une dame en fort bonne compagnie; mais, pour l'intelligence de ce bon mot, il faut savoir qu'il a un frère nommé don André de Prada, qui était, il

у quelques années, officier comme lui dans le même corps.

Il arriva qu’un jour un gros fermier des domaines du roi aborda ce don André , et lui dit: Seigneur de Prada , je porte même nom que yous: mais nos familles sont différentes. Je sais

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

a

[ocr errors]

LE SAGE. T. II.

12

[ocr errors]

que vous êtes d'une des meilleures maisons de Catalogne, et en même temps que vous n'êtes pas riche. Moi, je suis riche et d'une naissance peu illustre. N'y aurait-il pas moyen de nous faire part mutuellement de ce que nous avons de bon l'un et l'autre ? Avez-vous vos titres de noblesse? Don André répondit qu'oui, Cela étant , répliqua le fermier, si vous youlez me Jes communiquer, je les mettrai entre les mains d'un habile généalogiste qui travaillera là-dessus, et nous rendra parens en dépit de nos aieux. De mon côté, par reconnaissance, je vous ferai présent de trente mille pistoles. Sommes-nous d'accord ? Don André fut ébloui de la somme : il accepta la proposition, confia ses pancartes au fermier , et, de l'argent qu'il en reçut, acheta une terre considérable en Catalogne, où il vit depuis ce temp-là. Or, son cadet, qui n'a rien gagné à ce mar

વે ché, était hier à une table où l'on parla par hasard du seigneur de Prada, fermier des domaines du roi; et là-dessus une dame de la compagnie, adressant la parole à ce jeune officier, lui demanda s'il n'était pas parent de ce fermier? Non, madame, répondit-il; je n'ai pas cet honneur-là : c'est mon frère.

L'écolier fit un éclat de rire à cette repartie, qui lui parut des plus plaisantes. Puis aperce

[ocr errors]

que ce

[ocr errors]

a des

vant tout-à-coup un petit homme qui suivait un courtisan, il s'écria : Eh, bon Dieu ! petit homme qui suit ce seigneur lui fait de révérences ! Il a sans doute quelque grâce à lui demander. Ce que vous remarquez là, reprit le Diable , vaut bien la peine que je vous dise la cause de ces civilités. Ce petit homme est un honnête bourgeois qui a une assez belle maison de campagne aux environs de Madrid, dans un endroit où il

у eaux minérales qui sont en réputation. Il a prêté sans intérêt cette maison pour trois mois à ce seigneur, qui y a été prendre les eaux : le bourgeois , en ce moment, prie très-affectueusement ledit seigneur de le servir dans une occasion qui s'en présente, et le seigneur refuse fort poliment de lui rendre service.

Il ne faut pas que je laisse échapper ce cavalier de race plébéienne, lequel fend la presse en tranchant de l'homme de condition. Il est devenu excessivement riche en peu de

temps, par la science des nombres : il y a dans sa maison autant de domestique que dans l'hôtel d'un grand , et sa table l'emporte sur celle d'un ministre pour

la délicatesse et l'abondance. Il a ün équipage pour lui, un pour sa femme, et un autre pour ses enfans. On voit dans ses écuries les plus belles mules et les plus beaux

[ocr errors]

chevaux du monde. Il acheta même, ces jours passés, et paya, argent comptant, un superbe attelage que le prince d'Espagne avait marchandé, et trouvé trop cher. Quelle insolence! dit Leandro. Un Turc qui verrait ce drôle-là dans un état si florissant ne manquerait pas de le croire à la veille d'essuyer quelque fàcheux revers de fortune. J'ignore l'avenir , dit Asmodée; mais je ne puis m'empêcher de penser comme un Ture.

Ah! qu'est-ce que je vois ? continua le démon avec surprise. Peu s'en faut que je ne doute du rapport de mes yeux! Je démêle dans cette salle un poète qui n'y devrait pas être. Comment ose-t-il se montrer ici, après avoir fait des vers qui offensent de grands seigneurs espagnols? il faut qu'il compte bien sur le mépris qu'ils ont pour lui.

Considérez attentivement ce respectable personnage qui entre appuyé sur un écuyer. Remarquez comme, par considération, tout le monde se range pour lui faire place. C'est le seigneur don Joseph de Reynaste et Ayala , grand juge de police : il vient rendre compte au roi de ce qui est arrivé cette nuit dans Madrid. Regardez ce bon vieillard avec admiration.

Véritablement, dit Zambullo , il a l'air d'ê

a

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

tre un homme de bien. Il serait à souhaiter, reprit le boiteux, que tous les corregidors le prissent pour modèle. Ce n'est pas un de ces esprits violens qui n'agissent que par humeur et par impétuosité; il ne fera point arrêter un homme sur le simple rapport d'un alguazil , d'un secrétaire ou d'un commis. Il sait trop bien que ces sortes de gens , pour la plupart, ont l'âme vénale , et sont capables de faire un honteux trafic de son autorité. C'est pourquoi, lorsqu'il est question d'enfermer un accusé, il approfondit l'accusation jusqu'à ce qu'il ait démêlé la vérité. Aussi n'envoie-t-il jamais des innocens dans les prisons; il n'y fait mettre que des coupables ; encore n’abandonne-t-il pas ceux-ci à la barbarie qui règne dans les cachots. Il va voir lui-même ces misérables, et a soin d'empêcher qu'on n'ajoute l'inhumanité aux justes rigueurs des lois.

Le beau caractère ! s'écria Leandro; l'aimable mortel ! Je serais curieux de l'entendre parler au roi. Je suis bien mortifié, répondit le Diable , d’être obligé de vous dire que je ne puis contenter ce nouveau désir sans m’exposer à recevoir une insulte. Il ne m'est pas permis de m'introduire auprès des souverains : ce serait empiéter sur les droits de Léviathan, de Belphégor et d’Astaroth. Je vous l'ai déjà dit ,

[ocr errors]
[ocr errors]

:

« AnteriorContinuar »