Imágenes de páginas
PDF
EPUB

don Fadrique et le Tolédan reprirent aussi leurs espuits. La veuve de Cifuentes , qui s'était évanouie lorsqu'elle avait vu frapper don Juan, fut fort étonnée de trouver là Mendoce; et quoiqu'à le voir elle jugeât bien qu'il s'était blessé lui-même de douleur d'avoir percé son ami , elle ne pouvait le regarder que comme l'assassin d'un homme qu'elle aimait.

C'était la chose du monde la plus touchante que de voir ces trois personnes revenues à ellesmêmes : l'état d'où l'on venait de les tirer, quoique semblable à la mort, n'était pas si digne de pitié. Dona Theodora envisageait don Juan avec des yeux où étaient peints tous les mouvemens d'une âme que possèdent la douleur et le désespoir ; et les deux amis attachaient sur elle leurs regards mourans, en poussant de profonds soupirs.

Après avoir gardé quelque temps un silence aussi tendre que funeste, don Fadrique le rompit; il adressa la parole à la veuve de Cifuentes: Madame, lui dit-il, avant que de mourir, j'ai la satisfaction de vous voir hors d'esclavage;' plût au ciel que vous me dussiez la liberté; mais il a voulu que vous eussiez cette obligation à l'amant que vous chérissez. J'aime trop ce rival pour en murmurer, et je souhaite

que

le

coup que j'ai eu le malheur de lui porter ne l'em

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

pêche pas de jouir de votre reconnaissance. La dame ne répondit rien à ce discours. Loin d'être sensible en ce moment au triste sort de don Fadrique , elle sentait pour lui des mouvemens d'aversion que lui inspirait l'état où était le Tolédan,

Cependant le chirurgien se préparait à visiter et à sonder les plaies. Il commença par

celle de Zarate; il ne la trouva pas dangereuse, parce que

le
coup
n'avait fait

que glisser au dessoụs de la mamelle gauche, et n'offensait aucune des parties nobles. Le rapport du chirurgien diminua l'affliction de Theodora , et causa beaucoup de joie à don Fadrique, qui , tournant la tête vers cette danie : Je suis content, lui dit-il; j’abandonne sans regret la vie, puisque mon ami est hors de péril : je ne mourrai point chargé de votre haine.

Il prononça ces paroles d'un air si touchant, que la veuve de Cifuentes en fut pénétrée. Comme elle cessa de craindre

pour elle cessa de haïr don Fadrique; et ne voyant plus en lui qu'un homme qui méritait sa pitié : Ah! Mendoce, lui répondit-elle emportée par un transport généreux, souffrez que l'on panse votre blessure; elle n'est peut-être pas plus considérable que celle de votre ami. Prêtezvous au soin que l'on veut avoir de vos jours :

:

don Juan,

[ocr errors]

2

1

vivez; si je ne puis vous rendre heureux, du moins je ne serai pas le bonheur d'un autre. Par compassion et par amitié pour vous, je retiendrai la main que je voulais donner à don Juan; je vous fais le même sacrifice qu'il vous a fait.

Don Fadrique allait répliquer; mais le chirurgien , qui craignait qu'en parlant il n'irritât le mal, l'obligea de se taire , et visita sa plaie; elle lui parut mortelle , attendu que l'épée avait pénétré dans la partie supérieure du poumon : ce qu'il jugeait par une hémorragie ou perte de sang, dont la suite était à craindre. D'abord qu'il eut mis le premier appareil, il laissa reposer les cavaliers dans la chambre de poupe , sur deux petits lits l'un auprès de l'autre, et emmena ailleurs dona Theodora, dont il jugea que la présence leur pouvait être nuisible.

Malgré toutes ces précautions, la fièvre prit à Mendoce, et sur la fin de la journée l'hémorragie augmenta. Le chirurgien lui déclara alors que

le mal était sans remède , et l'avertit que, s'il avait quelque chose à dire à son ami ou à dona Theodora, il n'avait point de temps à perdre. Cette nouvelle causa une étrange émotion au Tolédan : pour don Fadrique, il la recut avec indifférence. Il fit appeler la veuve de Cifuentes, qui se rendit auprès de lui dans un état plus aisé à concevoir qu'à représenter.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Elle avait le visage couvert de pleurs, et elle A sanglotait avec tant de violence

que

Mendoce en fut fort agité : Madame, lui dit-il, je ne vaux pas ces précieuses larmes que vous répandez; arrêtez-les , de grâce , pour m'écouter un moment. Je vous fais la même prière, mon cher Zarate, ajouta-t-il en remarquant la vive douleur

que son ami faisait éclater; je sais bien que cette séparation vous doit être rude; votre amitié m'est trop connue pour en douter; mais attendez l'un et l'autre que ma mort soit arrivée pour l'honorer de tant de marques de tendresse et de pitié.

Suspendez jusque là votre affliction ; je la sens plus que la perte de ma vie. Apprenez par i quels chemins le sort qui me poursuit a su

cette nuit me conduire sur le fatal rivage gue
j'ai teint du sang de mon ami et du mien. Vous
devez être en peine de savoir comment j'ai pu
prendre don Juan pour don Alvaro : je vais
vous en instruire, si le peu de temps qui me
reste encore à vivre me permet de vous donner
ce triste éclaircissement.

Quelques heures après que le vaisseau où
j'étais eut quitté celui où j'avais laissé don Joan,
nous rencontrâmes un corsaire français qui
nous attaqua; il se rendit maître du vaisseau
de Tunis, et nous mit à terre auprès d'Ali-

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

cante. Je ne fus pas sitôt libre, que je songeai à racheter mon ami. Pour cet effet je me rendis à Valence, où je fis de l'argent comptant; et sur l'avis qu'on me donna qu'à Barcelone il y avait des frères de la Rédemption qui se préparaient à faire voile vers Alger, je m'y rendis ; mais avant que

de sortir de Valence je priai le gouverneur, don Francisco de Mendoce, mon oncle, d’employer tout le crédit qu'il peut avoir à la cour d'Espagne pour obtenir la grâce de Zarate, que j'avais dessein de ramener avec moi , et de faire rentrer dans ses biens , qui ont été confisqués depuis la mort du duc de Naxera.

Sitôt que nous fûmes arrivés à Alger, j'allai dans les lieux que fréquentent les esclaves; mais j'avais beau les parcourir tous, je n'y trouvais point ce que je cherchais. Je rencontrai le renégat catalan, à qui ce navire appartient : je le reconnus pour un homme qui avait autrefois servi mon oncle. Je lui dis le motif de mon voyage, et le priai de vouloir faire une exacte recherche de mon ami. Je suis fâché, me répondit-il, de ne pouvoir vous être utile : je dois partir d'Alger, cette nuit, avec une dame de Valence qui est esclave , du dey. Et comment appelez-vous cette dame? lui dis-je. Il repartit qu'elle se nommait Theodora.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »