Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

fions & de bagatelles.

Lorsque j'ay fait rcflexion fur un désordre fi visible & fi criane , j'ay crû qu'il ne pouvoit être venu , que de ce que les Poëtes chrétiens avoicat trop facilement adopté les fausses idées , que les payens s'étoient formées de la poesie. Par exemple, les payens

se sont imaginez que les Poëtes ne devoient traiter que des sujets feints & inventez à plaisir ; & les Chretiens au lieu de fe fervir de leurs lumieres, pour redresser une pensée si visiblement oposée au bon sens & à la verité, s'en font fait une loi, comme

si les

payens avoient été pour eux des mais

[ocr errors]

fres d'une autorité infaillible.

Les Payens ont crû que la poësie demandoit de la fureur & de l'enthousiasme, qu'un Poëte ne pouvoic rien dire de grand & de merveilleux, fans être furieux , & inspiré, pour ainsi dire, de la Diviniié; & les Chrétiens ont donné dans ce sentiment, fans considerer que la Poësie eft un art, & que tous les arts demandent de la reflexion & de la sagesse , afin d'en suivre heureusement les precep

comme le dir Horace dans ce yers : Scribendi recte, fapere eft @ principium & fons.

Pour guérir , s'il étoit poffible , & ceux qui composent en vers, & ceux qui écrivent sur

[ocr errors]

tes

[ocr errors]

l'art poëtique, de ces préjugez & d'autres semblables , ou au moins pour rectifier ce qu'il y a de faux dans les idées des payens , j'ay crû qu'il faloit rechercher l'origine de la poësie , ne dourant point que je n'y trouvalse ce qui avoit donné occasion aux payens d'en concevoir ces pensées. Et c'est ce qui, je

m'a réüsli. Il me semble que j'ay découvert dans cette source, ce qui a faic

que les payens ont regardé la poësie comme le langage

de la fiction , & les Poëtes comme des enthousiastes; enfin ce qui les a porté à enfanter le lysteme fabuleux c'est-à-dire la plus monstrueu.

crois ,

[ocr errors]

me.

se production de l'iniquité & de l'extravagance de l'hom,

Le Lecteur éclairé & équitable jugera si je me suis trompé dans mon opinion , & fi on peut attribuer les égaremens des Poëtes payens lur la constitution & la nacure de la poësie à autre chose, qu'à ce que je dis dans le premier des Discours que je donne ici au public. Il examinera par les principes que je propose , & qui me femblent les seuls veritables , fi les Poëtes chréciens ont bien ufé de leur rain fon, lorsqu'ils ont suivi, comme ils ont fait sans aucun

les preceptes des payens ; lorsqu'ils les ont imi

[ocr errors]

examen 3

[ocr errors]

té dans toutes leurs conpofivions, & qu'ils se sont perJuadé, que plus leurs poëfies terfembleroient à celle des payens , plus elles aprocheroient de la perfection.

Nous voyons tous les jours dans les disputes de litterarure, que les sçavans se reprochent les uns aux autres qu'ils manquent de goût , & je ne doute point que l'on ne me fasse le même reproche sur ce que je dis dans ce premier Discours. C'est ce qui m'a 'engagé à faire voir dans le second en quoi consiste le bon goût, & à tâcher d'apuïer la notion que j'en donne

par des preuves si certaines & fi incontestables ,

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »