Imágenes de páginas
PDF
EPUB

pourra hardiment partager la gloire de la de Couverte *

* On fera peut-être étonné de n'avoir pas vu dans cette hiftoire de l'ame des bêtes, le fyftême célèbre de l'Auteur de l'Amusement philofophique fur le langage des bêtes: mais, fi on veut le rappeler le principe de ce fyftême, on reconnoîtra que c'eft plutôt l'ouvrage d'un homme d'efprit, que celui d'un Philofophe; car, dire que des mauvais Anges animent les animaux, c'eft ne plus reconnoître des bêtes, mais des efprits enfermés dans des corps qui ne leur conviennent pas.

HISTOIRE

DE LA

THEOLOGIE

NATURELLE.

ON N définit la Théologie naturelle, la connoiffance de Dieu par les lumières de la raison. Dieu eft celui qui eft : c'eft lui-même qui nous l'a appris par la bouche de Moife. Je fuis celui qui eft, lui dit-il, qui existe, qui a été, qui eft, & qui fera éternellement. Mais, cette définition, toute fublime qu'elle eft, ne nous donne point l'idée de la nature de cet ÊtreSuprême. Pour fe la former cette idée, il n'y a, a-t-on écrit, qu'à faire attention à l'ordre admirable qui règne dans ce monde, & fuivre le cours régulier des aftres. Ce fpectacle eft beau; il nous annonce un Auteur fouverainement intelligent: Cæli enarrant gloriam Dei. Cependant, fi nous devions juger par nos fens & de l'existence de Dieu & de fa toute-puiffance, comprendtions nous, fon immenfité fon infinité, fon éternité, & tous ces grands attributs qui forment fon augufte caractère ? Premièrement, les premiers hommes qui font fortis de fes mains bienfaifantes, n'ayant pas

[ocr errors]

eu affez de temps, & peut-être auffi de connoiffances, pour admirer l'ordre de la nature, en auroient eu une idée d'autant plus impär faite, que nos découvertes & nos progrès dans la fcience de l'univers, font au- deffus de leurs lumières naturelles. En fecond lieu, connoiffons-nous bien l'ordre de la nature ? Et de ce que nous avons découvert dans ce petit globe que nous habitons, lequel eft comme un point dans l'efpace, faut-il en conclure que nous connoiffons l'ordre qui règne dans l'univers entier Et enfin, ce cours des aftres eft-il fi régulier que les hommes vulgaires le penfent? Ne fait-on pas les peines infinies les que premiers Aftronomes ont eues pour foumettre à des loix les mouvemens des planettes ? Ptolémée, en multipliant fes cercles, n'a pu rendre raifon de ces mouvemens. Rhéticas s'eft callé la tête de défefpoir, de n'avoir pu expliquer le inouvement de Mars. Defcartes, après avoir imaginé le systême le plus beau, &, fuivant le grand Bernoulli (Jean), le plus vraisemblable, s'eft trouvé court lorfqu'il a voulu concilier les mouvemens oppofés des planettes. Enfin, le très-célèbre Newton a avoué qu'il falloit regarder comme un miracle la rotation des planettes autour de leur axe. Le cours des aftres n'eft donc pas parfaitement régulier? Et combien d'autres phénomènes céletes des Aftronomes de nos jours n'ont-ils pas déCouverts, qui dérangent l'hypothèse de la régularité, & qui donnent encore plus de force à cette conféquence que je viens de déduire ? Où devons-nous donc chercher la connoif

fance de l'Auteur de notre être, & de tous les êtres? Dans nous & par nous, c'est-à-dire, par. le fentiment de notre propre exiftence, & par la connoiffance que notre intelligence peut nous procurer de fes principaux attributs. Le premier moyen étant commun à tous les hommes, tous les êtres raifonnables doivent reconnoître un Dieu, un Créateur du ciel & de la terre. A l'égard des attributs qui caractérisent sa na→ ture, on ne peut les connoître que par les lumières de la raifon. Et c'eft ainfi que les plus grands Philofophes & les plus graves perfonnages nous ont éclairés fur cet objet fi important & fi digne de nos recherches.

Selon Grégoire de Tours, Chus, fils aîné de Cham, après avoir cherché inutilement à fe former une idée de Dieu, fit une petite ftatue, qu'il fit adorer. S'étant en allé enfuire chez les Perfes, il changea fon culte, & leur enfeigna que le feu étoit le Dieu qu'ils devoient adorer 5 mais les Perfes aimèrent mieux le révérer luimême, & en firent un Dieu..

Si Grégoire de Tours n'étoit pas connu, ftl'ouvrage où eft écrit ce que je viens de rapporter n'avoit pas été traduit du Latin par un homme très-connu encore, M. l'Abbé de Maroles; enfin fi Bayle n'en avoit pas parlé férieufement on pourroit croire que ce trais hiftorique, tiré du livre de Grégoire de Tours, eft une fable ridicule qu'un homme raisonnable n'auroit pas dû imaginer. En effet, comment le troisième fils de Noé, qui étoit le premier homme qui fût échappé à la deftruction géné rale de tous les êtres animés, caufée par le déluge, avoit-il pu trouver la Perfe peuplée

1

& formant une nation? Cela ne fe conçoit pas. Auffi doit-on regarder cette hiftoriette comme très maladroitement controuvée ; &, pour ne pas m'expofer à mêler des fables avec des vérités, je me fixerai à Nemrod, defcendu des enfans de Cham, & qui fit bâtir la tour de Babel.

C'est ce perfonnage, ce premier Roi de Babilone, qu'il faut regarder comme le premier Auteur de l'idolâtrie, quoique Tertullien prétende qu'elle a commencé avant le déluge. Ce n'eft point affurément reconnoître un Dieu que d'adorer des idées : mais tel a été le malheureux penchant de l'efprit humain, lorsqu'il n'a point été éclairé, que de méconnoître l'Auteur de fon être, & de tout ce qui exifte. Nemrod n'étoit pas feulement ignorant, il étoit encore voleur infigne; deux vices capitaux qui le portèrent au plus affreux déréglement. Ce fut de vouloir perfuader à fes fujets qu'il étoit Dieu. Après fa mort, fon fils Ninus, fecondant un deffein fi impie, lui fit bâtir, fous le nom de Bel ou Baal, un tombeau magnifique & un temple fuperbe, & commanda à fon peuple de l'adorer. C'est ce que nous apprend M. l'Abbé Anfelme, dans fa Differtation fur ce que le Paganisme a publié de merveilleux. (Tome VI de l'Académie des Infcriptions). Ce Savant croit que la plupart des idoles, fur-tout d'Orient, ont pris leur nom de celle-là, comme Belzébut, Belphegor, Baalberith, &c. M. Anfelme confond Nemrod avec Belus, & ne doute point que ce ne foit le même homme fous deux noms. Cependant, il eft certain que Belus, bien Join d'être

« AnteriorContinuar »