Imágenes de páginas
PDF
EPUB

de Poëte, ou d'Auteur Original en Poësies ne peuvent nier sans injustice que l'ajustement de toutes ces Piéces de rapport ne soit tonte entiére de lui: & ils font obligés de reconnoitre qu'il ne partage la gloire qu'il a de les avoir ramasées, & de les avoir si bien placées, qu'on peut dire que c'est de la Poësie à la Mosaique.

J'ai déclaré en plusieurs endroits de ces Remarques, que s'abandonnois tous mes écrits à Mr. Baillet, & que je demeurois d'accord de toutes les choses qu'il y trouvoit à dire. Je demeure donc d'accord d'avoir inséré dans mes Poësies un grand nombre de vers & de demi vers des Anciens. Mais comme on pourroit en cela m'accuser de vol illicite; & qu'en effet plusieurs personnes m'en ont accusé; & que j'ai particuliérement entrepris dans ces Remarques de julifier mes meurs; je me trouve obligé de faire voir à mes Lecteurs que ce que Mr. Baillet blâme ici dans mes vers, mérite des louanges; & que ces fortes d'imitations, ou si on veut, de larcins, ont été ordonnées par les Maîtres du métier. Vida l'enseigue dans son admirable Poëtique :

Atque ideo ex priscis semper quo more loqua

mur

Discendum, quorum depascimur aurea diéta , Precipuamque avidi rerum populamus hono

rem.

Aspice, ut exuvias Veterumque insignia nobis Aptemus. Rerum accipimus nunc clara rem perta;

Nunc

Nune seriem, atque animum verborum, ver.

ba quoque ipsa;
Nec pudet interdum alterius nos ore loquutos.
Cùm verò cultis moliris furta Poëtis,
Cautiùs ingredere ,

@raptus memor occule ver.

Verborum indiciis, atque ordine falle legentes
Mutato. Nova sit facies, nova prorsus imago.
Murere (nec longum tempus) vix iple peracto
Dicta recognosces veteris mutata Poëta.
Sape palam quidam rapiunt, cupiuntque videri
Omnibus intrepidi, ac furto letantur in ipso
Deprenfi, feu cùm dictis, nihil ordine verso
Longè alios iifdem fenfus mira arte de dere,
Exueruntque animos verborum impunè priores :
Seu cùm certandi priscis fuccensa libido,
Et pofleffa diu, sed enim malè condita , viltis
Extorquere manu juvat, in meliúfque referre:
Ceu fata, mutatoque solo feliciùs olim
Cernimus ad cælum tranfatas surgere plantas:
Poma quoque utiliùs, fuccos oblita priores,
Proveniunt. Sic regna Afia , Trojaque penates
Tranftulit aufpiciis Phrygius melioribus Heros
In Latium; quamvis (nam Divûm fata voca-

bant)
Invitus, veniffa, tuo de littore ceffit :
Nec connubia lata, nec incepti Hymenai
Flexer unt immitem animum : tu việta dolore
Occidis, a cura vix ipsa in morte relinquunt.
Nunquàm ô Dardania tetigissent vestra carina
Littora; fors nulli poteras fuccumbere culpa.
Ergo agite, ô mecum fecuri accingite furtis

Unà

[ocr errors]

A 3

[ocr errors]

Unà omnes pueri, paffimque avertite pradam.
Infelix autem (quidam nam sapè reperti)
Viribus ipse Suis temerè qui fifus ego arti ,
Externe quasi opis nibil indigus, abnegat an-

dax
Fida sequi Veterum veftigia, dum sibi predâ
Temperat heu nimiùm , atque alienis parcere

crevit
Vana superstitio, Phoebi fine nomine cura.
Haud longùm tales ideo latantur, ipsi
Sapè fuis fuperant monimentis, illaudatique
Extremum ante diem fætus flevere caducos,
Viventesque sua viderunt funera fama."
Quàm cuperent vano potiùs caruiffe labore,
Eque suis alias dediciffe parentibus artes !
Sapè mihi placet antiquis alludere dictis ,
Atque aliud longè verbis proferre sub üfdem :
Nec mea tam sapiens per fefe prodita quisquam
Furta redarguerit, que mox manifefta proba-

bunt
Et nati natorum, e qui nascentur ab illis.
Taniùm abfit poena metuens infamis ut ipse
Furia velim tegere, atque meas celare rapinas,

Ecoutons Scaliger dans son Confutatio Fabula Burdanum : Nam quid facient Viro. gilio, qui nihil penè nisi alienum habet : fed dispositione & inventione aut fecit suum, aut melius? Qui de Hieronymo Vida aliter sentiet quàm de summo es perfectissimo Poëta, nugas aget. Tamen si ex Christiade Poëtica , Bombycibus, ludicro Scacchioomnia Virgiliana frusta fuftuleris

quod

rum,

[ocr errors]
[ocr errors]

quod Vide proprium relinquetur, aut perexiguum erit, aut nihil. Ut paucis come plectar; omninò corniculam Horatianam bic videbimus. Sed noneft porcorum de amaracino judicare. Si Josepho in versibus quos. ille noétu experrećtus meditari in le&to folet, aliquid ufurpatum eft quod à Veteribus oca cupatum fuerit, quod illi maledictum existimant

eam laudem is ducit sibi maximam: quum id facit quod Virgilius, 5 . lii (ummi Viri fecerunt.

Ecoutons Casaubon dans fon Persiana Horatii Imitatio : Nemo qui vel summatim humanitatis ftudia attigit, Persii Satin ras legit, quin statim i nitationis Horaria. na aliqua saltem vestigia deprehendat: tam multa enim illius tam paucis numero versibus expreflit, ut fungum else oporteat , cujus animum, fimul ac in hunc librum oculos conjecit , ejus rei aliqua non percutiat suspicio. Et tamen ea arte , eo judicio in hac parte ufus eft Poëta ingeniofifsimus, ut qui adeo multa non sua usurpat, suus tamen 11bique fit , nec alieni beneficii ferè quicquam, verùm propria omnia habere videatur. Κ'αν γάρ παρ' άλλα λάβη τι, ιδίως αυτώ χρώμενος, ίδιον το ληφθέν "ποιεί: quod olim eraditissimi Critici de Thucydide, Homerum imitante, pronunciarúnt. Et ce qui fuit.

Ecoutons Pasquier Livre VII. de ses Recherches chapitre 7. Ronsard déroboit hardiment des traits d'uns & autres Autears: mais avec un larcin fi-noble Esindus. trieux qu'il n'ût point craint d'y étre surpris,

Fulvius Urfinus a fait un Livre entier des choses que Virgile a prises des Grecs. Le Beni en a fait un de celles que le Tasse a prises des autres Poëtes. Et Mr. Baille parle lui-même d'un Critique qui fit un Livre contre Desportes, fous ce titre, (1) La Conformité des Muses Italiennes & Françoises : où il féfoit voir que la plupart des Sonnets de Desportes étoient traduits ou imitez des Poëtes Ita.

liens. Page 254.

J'ai traité, après Vida , cette matiere dans mes Observations sur Malherbe. Et voici comme je l'ai traitée. C'est sur ce vers, D'arbitres de la paix, de foudres de la guerre.

J'ai souvent oui dire à Mr. Chapelain, que lui & Mr. Dandilly avoient fait ce vers, sans savoir qu'il fût de Malherbe, & dans le moment que je fais cette remarque, j'apprers de Mr. Furetiere que la . me chose lui est arrivée. J'ai aussi oui dire Souvent à Mr. Corneille , qu'il avait fait dans son Polyeuete, au sujet de la fortune ces deux vers si célébres,

Et comme elle a l'éclat du Verre,
Elle en a la fragilité.

Sans

1. Ce Livre intitulé Rencontre des Muses, est un perit in.4. imprimé à Lion chez Jaques Roussin l'an 1604. contenant quarante trois Sonnets de Despor. tes traduits ou imiiez d'autant de Sonnets Italiens imprimez à côté Il n'y a pour Préface qu'une fimple lifte des noms de quinze Poëtes Italiens d'où il est dit que Deportes a rire les quarante trois

Son.

« AnteriorContinuar »