Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

crits, puisque ce dernier Auteur dit qu'il trouva même dans le celebre Monastere de S. Antoine une Grammaire , un Vocabulaire, & beaucoup d'autres livres d'ofice d'Eglise. Quoiqu'il reste encore , à ce qu'il' ajoûte, des descendans de ces premiers Egyptiens qui la parloient, il y a cependant un très-grand nombre de siécles que cette Langue est perduë. Je ne crois pas même que celle qui s'est conservée dans ces livres dont il parle , soit l'ancienne ; il y a plus d'apparence que ce n'est qu'un patois qui s'est formé avec le Grec & avec l'Arabe depuis la conquête d'Alexandre.

En effet les caracteres approchent de l'ancien Grec, & ne sont plus sans doute cette troisiéme espece de lettre que ces peuples avoient, dont parlent Porphyre & S. Clement d'Alexandrie, & qu'ils appelloient Epif tolaires, Ce malheur qui vient toûjours du mélange des peuples & du changement de domination, fait encore que les Coptes d'aujourd'hui n'ont pas d'autre Langue que la vulgaire d'Egypte, qui est mêlée d'Arabe & de Turc. Et à peine les plus habiles & les plus vieux d'entr'eux

F 2

enten

[ocr errors]
[ocr errors]

entendent - ils certe Langue dans laquelle l'Evangile leur a été prêché.

Le P. Kircher confirme & décide ce que j'avance. Il dit que le Copte ancien a été alteré par la Langue Grecque dont il a beaucoup de mots & de caracteres. Comme certe Langue étoit une Langue mere & indépendante de toutes les autres, selon ce Pere, elle avoit peut-être un caractere tour different & tout particulier; & il se peut faire que c'étoit ce caractere Oxyrynchitain, dont parle Pallade dans son Histoire Lauliaque au sujet d'Origene qui le sçavoit écrire, à ce qu'il rapporte. Quoiqu'il en soit , tâchéz, Monsieur , d'apprendre quelque chose de ce caractere quand vous passerez dans ce païs. Il me semble avoir vû chez Monsieur de la Mare des Manuscrits de cette Langue qui viennent de Monsieur Saumaise.

Je ne vous parlerai point , Monsieur , des Manuscrits des autres Langues d'Orient. Je n'ai rien lû qui

in'en ait instruit. Les caracteres de L'AR- l’Armenienne, disent quelques-uns,

sont de nouvelle date , puisqu'on en attribuë l'invention à $. Jean Chryfotome. Je ne sçai pas néanmoins

fur

[ocr errors]
[ocr errors]

ME-
NIEN,

[ocr errors]

sur quoi on fonde cette vision , & où le Pere Simon l'a puisée; car c'est ainsi que ce dernier Auteur en parle dans son Histoire critique de la Bible, & dans celle des Religions du Levant. Il y a un endroit dans Philoftrate qui me persuade le contraire ; cet Auteur vivoit même deux cens ans avant Saint Jean Chrysostome. * J'ai appris, dit-il dans la vie d'Apollonius , qu'en Pamphylie oir prit autrefois une Panthere avec un collier d'or , sur lequel étoit écrit en lettres Armeniennes : I. E ROT AR SACES AU DIEU NI SE’E: Or il paroît par - là que ce Caractere étoit très-ancien. :

Le Persan a changé ses caracteres en Arabiques. Le Pere Simon pré- PERtend qu'on ne trouve plus les anciens caracteres Persans que sur quelques Médailles. J'ai donné l'ectype d'un ancien Cachet , qui me paroît être une tête Persanne : les caracteres par consequent qui sont autour le peu

F 3

LE

SAN

[ocr errors]

vent

* ή αλώναι ποτε εν τή Παμφυλία παρδαair SPETTÝ CUK, Öy teei tinepute pese, Xove σους δε ήν , και επεγέγραπτο Αρμενίοις γράμμασι ΒΑΣΙΛΕΥΣ ΑΡΣΑΚΗΣ ΘΕΩ ΝΥΣ. A1S2. L. 2. 6. 2.

3

vent être. [Voyez la 3. Figure de la XVIII. Planche du 1. Tome. C'est aux habiles qui ont fait des recherches sur ces matieres à ep juger. Ces Langues outre cela n'ont dans les fciences ni le 'merite de l'antiquité, ni le privilege d'æcumeniques. Il en faut excepter l'Arabe, qui a presentement cet avantage dans presque la moitié du monde. Comme vous al lez dans le païs où la Religion & les sciences l'ont élevé à cet empire, vous en apprendrez plus des naturels, vous en connoîtrez mieux les Manuscrits que fi je copiois tout ce que je puis en avoir lů.

Ces peuples dont la Langue s'est fi RABE. fort répandvë, ne se disent pas moins anciens

que

les Hebreux. Ils prérendent avoir sur eux le droit d'aîneffe, & ils ont raison , s'il est vrai qu'ils descendent d'Ismaël. Cette origine leur est si glorieuse , qu'ils reverent même jusqu'à une tour bâtie par ce Patriarche selon leurs traditions. On: donne beaucoup d'éloges à leur efprit & à leur langage ; & je ne sçai si leur Ecriture en merite autant. L'ancienne a presque toutes les lettres jointes ensemble, & c'est peut-être pour cela qu'un certain Elcabil a été

obligé

L'A

a

obligé d'inventer & d'introduire des points pour diminuer la difficulté qu'il v. avoit à lire l'Arabe. Monsieur Volfius rapporte ce fait de Leon d'Afrique ,

dont il a le Manuscrit , pour prouver que les points sont Arabiques d'origine , comme ils le font de nom. Il y en a qui se mettent dessus les mots & d'autres deffous. Kirslenius parlant de cet usage dans son Epitre dédicatoire à Rodolphe II. semble croire que les Arabes n'ont . admis ces points dans leur Ecriture , que depuis qu'ils ont eu commerce avec ceux d'Europe. Quoiqu'il en foit , les Manuscrits qui n'ont pas de points doivent être anciens. Je crois encore que ceux qui font en gros caracteres se sont indubitablement; puisqu'on n'a commencé dans le monde à écrire menu que depuis sept ou huit siécles. L'ancien caractere Arabe s'appelle Cuphique dont il y en a de deux sortes ; le plus ancien est fort gros & fort large, tel qu'est un Alcoran qu'a Monsieur d'Herbelot , qui est une piece des plus 'antiques qu'on ait dans cette Langue. On voit aussi ce caractere sur des Medailles qui ont plus de 900 ans, comme celle que j'ai , sur laquelle on pourroit

F4 lire

« AnteriorContinuar »