Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

une autre Inscription que j'ai ; & qu'elle vous donnera peut-être occasion de trouver de meilleures conjectures sur ces Antiquitez. Je crois donc encore qu'on peut prendre celleci pour un des titres que les Centurions avoient fur leurs casques pour les distinguer , & qui fervoient aux soldats à se rallier & à reprendre leur poste plus aisément. Vegece m'en sert de preuve au livre second de son Art Militaire, Centuriones infuper, dit-il au chap. 13. qui nunc Centenarii vocantur , tranfverfis cassidum cristis litteras habebant , ut facilius nofce. rentur , quos singulas juferant gubernare Centurias , quatenus nullus error existeret cum Centeni milites requerentur , non folum vexillum suum, fed etiam Centurionem qui signum habebat in Galea. An-reste les Centurions qui s'appellent aujourd'hui Cena teniers avoient des lettres sur la crété de leurs casques qui étoit toutnée d'un autre sens , afin que ceux qui avoient les ordres du qui

gouvernoient chaque Centurie passent être reconnus plus facilement. Et en effet comme ils avoient cent soldats qui les fuivoient , il étoit à craindre qu'il mo'y eût du defordre de la méprise.

[ocr errors]
[ocr errors]

Ainsi chaque Compagnie n'avoit pas seulement son drapeau , mais encore son Centurion diftingué par une marque particuliere , par des caracteres qu'il avoit sur son casque. Ainsi, Monsieur, il peut être que cette marque dont je parle, est une de celles-là du tems de Claude , dont les lettres exprimeroient JOII CENTURIO ou quelqu'autre nom. Et lorsque ces Centurions avoient d'autres titres, ils ne manquoient pas de l'exprimer encore , comme je le puis justifier par l'autre Inscription antique dont je vous ai parlé. Elle est un peu plus grande & d'une forme differente, les lettres n'y étant que gravées simplement, mais aufli elles s'expliquent davantage, & donnent, ce me semble, quelque lumiere à la premiere. Je la donne telle qu'elle est, & bien gravée dans la III, Planche Fig. 2. On y lit ces mots , COHORTIS TERTIÆ PRÆTORIANORUM CENTURIO PRISCI. Je n'ai pû encore bien deviner le reste , fi ce n'est qu'il y ait PRÆSES ou PRÆFECTUS, PONTI, RUANI, que je n'entends point à la verité. Cependant il n'y a rien à changer; car, comme j'ai l'Inscription, je Içai qu'el

le

.

[ocr errors]
[ocr errors]

le est dessinée correctement , & vous pouvez vous en souvenir.

Pour en revenir donc aux Manuscrits , je tiens , Monsieur , qu'on peut réduire les Romains fous trois genres , comme j'ai fait les Grecs, en quoi il est certain que les Latins ont éprouvé le même sort aussi bien que les Inscriptions ,,avec cette difference néanmoins, que les plus anciennes Infcriptions Grecques n'ont: pas un caractere: fi bien formé que: celles du moyen âge , non plus que. les Latines , comme je l'ai dit ; que: depuis le siécle des Scipions parmi ces dernieres jusqu'à la décadence: de l'Empire , elles sont admirables ; & qu'après le débordement des peuples du Nord, & l'invasion de ceux. du Midi , les Inscriptions & les caracteres sont rentrez dans une plus grande barbarie

que

celle de leur origine : ce qui n'est

pas

de même dans. les Manuscrits qui sont moins beaux dans leur moyen âge que dans le: premier.

Le premier genre donc de Manuscrits et des plus ancjanse a molese lettres sont semblables à celles que nous voyons sur les Médailles du haut Empire , ou dans les. Inscrip

[ocr errors]

ce

[ocr errors]

tions. Et en effet , plus les Manuscrits sont anciens & plus les jambages de chaque lettre sont droits , plus le trait en est hardi. En quoi on s'est fort trompé dans le dernier Traité de Bibliotheque , où parlant d’un Manuscrit de Tite-Live, on dit qu'il étoit extraordinairemeut vieux, parce qu'il étoit si mal écrit qu'on n'y pouvoit rien comprendre : qui marque que ce Manuscrit étoit fort moderne. Je ne parle pas néanmoins de cette ancienneté qui remonte au tems de la Republique ; car on n'a point encore vù de Manuscrits Romains qui passent douze cens ans, quoique Monsieur Lambecius en falle de plus vieux dans sa Bibliotheque. Il y a un Penitentiel dans la Bibliotheque du Chapitre de Rouen , auquel le Pere Morin donne plus de mille ans ; je l'ai vû & je n'ai rien trouvé de si beau. Les caracteres de ces Manuscrits sont tous Majuscules. On les appelloit figures Unciales Capitales, Quadratos : & il est certain que les Romains n'en connoissoient point d'autres , & n'ont pas eu d'usage different dans l'écriture tant que l'Empire a duré. Tacite, ce me semble, en est un

assez

[ocr errors]

.

[ocr errors]

assez bon garant dans le livre onzié. me de ses Annales , où parlant de

la figure des lettres Romaines, il Ch. 14. dit qu'elle étoit semblable aux plus

anciens caracteres Grecs : Forma litferis Latinis , quæ veterrimis Grecorum. Ce qui convient fort bien avec ce que Pline en avoit dit avant lui , & dont je vous ai cité le pallage en touchant les Manuscrits Grecs. L'un & l'autre prouvent affez qu'il n'y avoit qu'une espece de caractere pour l'écriture ; mais personne que je. [cache ri'a soûtenu , que les anciens Grecs eussent d'autres caracteres que les Majuscules. Cela fait , Monlieur , que je ne puis comprendre sur quel fondement le Pere Mabillon en invente deux, & pourquoi contre l'autorité de * Priscien de Lipfe, de Muret, d'Allatius , de Monfieur Rigault , de Monsieur Peiresc & de tant d'autres's, il prétend dans sa Diplomatique que le caraétere rond ; ou le petit dont nous nous fervons presentement, étoit en usage chez les Romains. Je m'étonne

[ocr errors]

comment

* Qiibus ab illis acceptis Latini , Priftien par'ent des lettres , antiquitatem servaverunt perpetuam. LI.

« AnteriorContinuar »