Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

foire. * De petits Rors Sarazins,dit-il, étant venus trouver l'Empereur, le mie rent à

genoux en posture de suplians , á aiant offert une Couronne d'or à Jua lien, ils l'adorerent comme le Maître du monde a le Souverain de leurs na. tions. Ce qui me fait juger ainsi de cet endroit, c'est que Zonare qui attribuë au seul Empereur Romain ce même privilege de battre de la monnoie d'or à son image , & qui dit que

cela est défendu aux autres Princes , ne parle que de Princes qui sont tributaires : voici les paroles. Avant que de décrire une guerre que Justihien predecesseur de Leontius fit aux Sarrazins, il en explique les motifs.

Le sujet de la guerre , dit-il, fut que la Monnoye dont on devoit pajer le tribut n'étoit point frappée au coin des Romains, mais qu'elle avoit une nouvelle impression Arabe ; car il n'étoit pas permis , ajoûte-t-il, de graver une

ܪ

* Saracenorum Reguli genibus fupplices nixi oblatâ auri coronâ tamquam mundi nationumquc fuarum dominum adoraverunt Julianum.

5 αιτίαν είλκφώς ότι σαλέν τό τε ετκσία Φόρε χάραγμα , & Ρωμαικόν είχε σφράγισμα, άλλα νέον Αραβιών. δέ γάρ εξήν έν χρυσώτο

. μίσματι χαρακτήρα έντυπεσθαι και τον τ8 βασίλεως Ρωμαίων.

antre

autre image sur la monnoye d'or que celle de l'Empereur Romain. Par où l'on voit que ce dernier Auteur ne compare l’Empereur Romain touchant cette prérogative qu'avec ses sujets ou sesTributaires,ces Rois qui adorant comme on dit la Majesté de l'Empire pour en être protegez contre leurs ennemis , se reduisoient sous la dépendance des Empereurs à de certaines conditions ; ils defcendoient même quelquefois à cette bassesse que de prendre les prénoms de ceux qui regnoient, comme on le peut voir dans ces deux Médailles très-rares que j'ai d'un Abgarus Roy d'Edesse au revers de Septime Severe. [ Elle est la s. figure de la V. Planche. ] Ce qui donne ce me semble , beaucoup de poids à ma conjecture.

Mais ce qui me détermine davantage, c'est que du tems que l'Empire Romain étoit au plus haut point de gloire & de puissance dans le monde, nous ne voïons point que les Historiens attribuent un semblable privilege aux Empereurs , à l'exclusion des Princes Souverains & indépendans de l'Empire , comme le pallage de Procope l'insinuë de la maniere qu'il est. Je trouve au contraire , qu'Apol

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

lonius parlant de la Monnoye des In-
diens, comme très-méchante & très-
peu précieuse en comparaison de celle
des Romains & des Perses , il louë
celle des derniers également , & in
distinctement comme étant frappée par
des Souverains magnifiques, sous qui
ni les arts , ni l'industrie des hom-
mes, n'épargnoient rien pour donner
de l'éclat à leur grandeur , pour éten-
dre leur gloire , & pour éterniser leur
memoire. * Si vous me voyez refuser
de ces Monnoges , dit-il , o Damis,
voudriez-vous me persuader qu'elles
font semblables à celles que les Re-
mains et les Rois des Medes font
frapper? Par où Apollonius a voulu
marquer que ces deux peuples étant
les plus puissans de la terre , c'étoit
aufîi chez eux qu'on fabriquoit les
plus belles & les plus précieuses Mon-
noyes sur toutes sortes de métaux in-
distinctement , & qu'il ne pouvoit pas
en opposer d'autres plus à propos à cel-
les des Indes.
Enfin, Monsieur , pour dire quel-

[ocr errors]

que * άβ άνω Δάμι, παραιτέμνόνμε ορών ένα: θέτεις τε και εδίδασκες, ότι χρήματα με εκείνα εσιν, ά Ρωμαίοι χαράττεσιν, ή οι Μήδων βεgineis. L. 2. C. 3:

>

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

que chose de plus précis que ce que j'ai déja avancé, je crois qu'au lieu de καίτοι νόμισμα μεν άργυρνο Περσών βασιλεύς ή βέλοιτο, ποιείν είωθε de nos livres imprimez , il y avoit dans l'original maitoa νομισμα μεν αργυράτο Γοτθών βασιλεύς , &c. & que les Cópiftes ont aflûrément pris ΠΕΡcΩΝ pour ΓΟΤΘΩΝ. Premierement par la conformité qu'il y a entre ler, & le n, figuré de cette maniere F, parce que les trois lettres qui suivento. T. & © ne sont point si éloignées de figure avec E, P, C, dans les Manuscrits , principalement du moïen âge, dont les caracteres sont le plus souvent courbez & estropiez , sur lesquels sans doute nos impreslions ont été faites; & qu'enfin il y a une même quantité de lettres dans le nom de ces deux peuples. Au-refte il est aisé de voir par la suite du discours , que Procope parlant des conquêtes que les Gots avoient faites dans les Provinces occidentales de l'Empire , après une digression au sujet des François qui s'étoient emparez des Gaules , par la facilité que les Gots leur en avoient donnée , il dir que les Rois des Allemans, c'est à dire des François , font frapper de la Monnoye d'or à leur effigie, & non pas avec l'image

de

[ocr errors]
[ocr errors]

de l'Empereur , comme les autres Princes : (ce qui se doit entendre ainsi de ceux qui posledoient des terres de l'Empire ). Or ajoute-t-il, quoique le Roi des Gots ait le pouvoir de faire frapper de la Monnoye d'argent , il n'a pas le droit cependant de graver fon image sur celle d'or , non plus que les autres Rois barbares , quoiqu'ils aient dans leurs Etats des mines de ce métal.

On voit bien qu'il n'est parlé dans ce passage que des Gots, qui commandant à plus de Provinces que les François , & principalement de celles qui étoient du Domaine de l'Empire, n'avoient pas néanmoins le même privilege que ces derniers s'étoient attribuez : & je ne crois pas qu'il puisse venir en pensée que Procope en cer endroit,

le terme des Rois bare bares , ait voulu comprendre ceux qui ne relevoient point de l'Empire, & qui possedoient par droit de luccellion & de conquêtes des Etats confiderables

que

les Romains n'avoient jamais follmis ni même parcourus. Ainsi, Monsieur, ce qu'il semble que Procope a dit des Perses, ne sçauroit être vrai-semblable, d'autant plus même que l'or paroît avoir été plus com

, par

[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »