Imágenes de páginas
PDF
EPUB

mun

a

dans
ces Etats

que

les autres métaux ; puisque, selon Pollux , quand on parloit de certaines Monnoyes de ce Royaume, on devoit entendre tolljours que c'étoit des pieces d'or. * Si quelqu'un parle, dit-il, dünne Darique, il fons-entend toûjours une piece d'or. Il y a bien plus d'apparence que nôtre Historien a voulu parler des Gots que Belisfaire avoit vaincus plu

sieurs fois, & dont il avoit mené mêWitiges. me un de leurs Rois à Constantinople.

L'Empereur sans doute a pû faire un traité avec eux , par lequel ils ne pourroient graver l'Image de leurs Princes sur la monnoye d'or. Car il est de fait que ces peuples avec leur Prince Wiriges, s'étoient déja rendus à Belissaire , lorsque Procope parle de cette circonstance ; & il paroît par le même livre un peu auparavant , que l'Empereur étoit cour disposé à accorder à leurs Rois une partie des avantages de la Roïauté avec les Provinces de l'Empire situées au-delà du Pau.

J'ai beaucoup de Monnoyes d'argent de Justinien, au revers desquel

les *side ng dagdróY TIS ETTEV, • XPUTOUS T6054 MXYETO.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

les sont gravez les noms des Rois Gots, ce qui peut en quelque façon servir pour confirmer ma remarque , puisqu'il paroît que ces Princes ne mettoient presque pas même leur image sur l'argent. Au-refte je n'en ai point vûd or ; & Monsieur Morel m'a affùré qu'il n'y en a point , encore ne s'en trouve-t-il deslus le cuivre que de Theodahatus & de Baduela ; mais en argent , on n'en a point encore vû, ni en or. Cependant Qlaus Magnus le dit; mais cela ne change rien à ma proposition, puisque des Tributaires qui se rebellent , & qui font des choses contre la foi des traitez, n'acquierent pas pour cela de titre, & qu’un Historien a toûjours lieu de dire qu'ils n'en ont pas le droit, quoiqu'ils l'usurpent & se l'attribuent.

Voilà les raisons qui m'ont fait croire que le passage de Procope étoit corrompu: & je vous avouë, Monsieur, que je les donne avec d'autant plus de confiance qu'elles n'ont pas été desaprouvées de plusieurs de mes amis & qu'elles ont plû entr’autres , à l'illustre Monsieur Menage. On ne m'accusera pas ici de prendre un garant mediocre , puisque le merite & les lu- . mieres de ce sçavant homme ; font

a

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

tant

LES

BARES.

tant d'honneur à la Republique des
lettres, & contribuent depuis li long-
tems à sa gloire.

Je vous ai dit, Monsieur, qu'on pou-
BAR: voit faire une categorie des Médailles
Barbares , & je crois que cela ne se-

. roit pas mal à propos. Je comprens donc sous ce genre de Médailles, toutes celles dont les Tipes sont bruts , qui n'ont point d'inscription , ou qui ne sçauroient entrer dans l'Histoire Grecque ni Romaine, ou quin'y peuvent entrer jusqu'à present , parce qu'elles ne sont point connuës. La plậpart de celles des Gaules, de Bre. tagne, des Peuples d'Allemagne, de ces Médailles qu’Urfinus & les autres Curieux mettent parmi la suite des Consulaires sous la famille Afrania, & dont les caracteres de la legende ressemblent assez aux caracteres Hetrusques, sont de ce genre. Celles des Gots, des Huns, des Vandales, des Lombards & enfin des Sarrazins doivent y entrer. Boutrouë nous a donné quelque chose des premieres. Nous aurons bien-tôt un Ouvrage sur ce sujet , & plus sûr & plus exact, de Monsieur le Blanc : & je puis vous allûrer par avance qu'il n'y a rien de plus curieux & de plus recherché que

се

[ocr errors]
[ocr errors]

te que j'en ai déja vû. Cambdenus a donné quelque chose des fecondes : personne n'a travaillé fur celles qui suivent, ou n'en a fait de recherche. On İçait pourtant que quelques-unes de ces Monnoyes avoient une scie & un char au revers atrele de deux chevaux. Il se trouve quelques-unes des autres dans les livres d'antiquitez & de Médailles.

A l'égard des Sarrazines, personne n'en a encore jamais écrit. Les Reverends Peres de la Chaise & du Moulinet en ont fait un amas & presque une suite considerable Monsieur Morel en a donné quelques-unes dans son Specimen univerfarernnmmariæ. J'ai vů beaucoup de toutes celles dont je viens de parler dans ses defleins qu'il a recueillis chez le Roy , aux Jesuites , chez Monsieur le Procureur Ge. neral , & ailleurs dans ses voyages. Il y en a aussi quelques-unes des miennes qu'il a bien voulu mettre au rang de celles qu'il donnera daris fon grand Ouvrage. On en trouve de tous métaux , comme des autres qui sont souvent très-alterez. Olaus Ma

que

de fon tems on voyoit en Suede beaucoup de Monnoyes d'or des Rois Gots, Theodoric, Alaric ,

Theo

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

gnus dit

[ocr errors]
[ocr errors]

"

Monnoye d'or

[ocr errors]

Theodatus , Totila , Witiges & Tejas &

que les grands Seigneurs du païs se plaisoient fort à les voir & à les amasTer...* On trouve, dit-il, encore dans ce Royaume beaucoup de des Anciens Rois Gots , comme de Theodoric, d'Alaric , de Theodatus, de Totila , de Witiges e de Tejas. Les plus grands Seigneurs du pais se plaisent extremément à les voir, & À connoître par-le visage et les caracteres de ceux qui ont fondé cette Monarchie.

J'ai vû chez nos Curieux beaucoup de Médaillons d'argent de ce genre, un peu plus larges qu'une piece de quinze sols , & plus gros souvent qu'une de trente. Celles de cuivre sont communes ; on n'en a point fait encore de suite, parce qu'on les a négligées jusqu'à present. Je pense néanmoins que ce que j'en dis , & lęs tipes

que Monsieur Morel en donnera, feront faire quelques réflexions aux Antiquaires, & leur feront naître l'envic d'en avoir ; ce qui ne peut apporter

que * Rursus veterum Gothorum Regum Theodorici, Alarici , Theodati , Totilæ , Witiges & Teiz monete aureæ regno inseruntur. Maximè delectantur insigniores personæ , magnatum figna fas ciesque contemplantes. 1

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »