Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

E n'ai point parlé des Talismans en parlant des Pierres gravées, quoiqu'il s'en

trouve un plus grand nombre dans cette espece d'Antiquité que parmi les métaux ; j'ai donc crû qu'il étoit plus à propos d'en faire un Article à part pour éviter la confusion. En effet, non-seulement le principe, le deslein, le choix des Pierres & l'usage en sont particuliers ; mais Tom. 11.

A meme

ܪ

même on en peut faire , disert les Auteurs, avec toutes sortes de matieres, comme méraux, pierres communes, arbres, plantes & racines.

Je n'ai pas dessein néanmoins de donner ici dans les visions indiscretęs du vulgaire ignorant, ou de souscrire à tout ce qu'on en debite fans l'entendre, ou d'anathematiser tout ce ce qu'on en a écrit sans l'examiner. Je me suis plus attaché d'ailleurs à rapporter ce que les Anciens en ont pensé, & à éclaircir quelques paslages qui m'ont paru difficiles , qu'à composer un Traiçé qui en enseignap la fábrique. Comme le secret & luz {age d'en faire sont très-anciens, il est impossible qu'en les ramassant on n'y découvre beaucoup de choses propres à déveloper les mysteres de l'Antiquité. Voilà enfin la seule utilité que je veux décrire & que je prétens en tirer.

Je ne sçai où Reichelt a pris qu'Apollonins de Tyanes est le premier Auteur de la science des Talismans, ni qui sont ces Auteurs Arabes & Chrériens qui avonceni cette vision. Je sçai bien que Selden a dit quelqueparc , qu'un llanuscrit Arabe parle d'un Polonus sapiens, Inventeur des

Ta

[ocr errors]

DES VOY AGES. Talismans , & qu'il croit que c'est

c'er Apollonius; ce qui sans doute a ausli trompé Licetus : mais une conjecture fi mal fondée ne prouve rien. Gaffarel avant lui, n'a que trop bien refu. té son sentiment. En effet, il est aisé de montrer non- feulement que les Caldéens, les anciens Perses, & avant eux les Egyptiens , en ont connu les secrets: mais encore que les premiers Patriarches les ont cultivez. Sans cela comment pourroit-on expliquer ces' Theraphins de l'Histoire Sainte , & Judic. €. des Prophetes* ?

3 & 170

A 2 Je * Sedebunt filii Ifraël fine Principe, & fine sacris ficio, & fine altari , & fine Ephod & fine Theraphim Osée c. 3. 4.

En prenant le mot de Talisman dans sa veritable fignification , pour l'Image de quelque conttellation ou d'une Planette gravée sur une pierre sympathique ou sur un metal, correspondant à l'altre pour en recevoir l'influence , on ne peut pas dire que les Theraphims de l'Histoire sainte & des Prophetes, fussent des Talismans. C'étoient des Idoles qui avoient la figure d'homme , semblables à-peu. près aux Lares & aux Penaces. Les Idolàtres croyoient que les Dieux demeuroient dans ces Idoles , & qu'étant consultez , ils rendoient des réponses. Les Theraphins n'ont rendu que des s réponses vaines,” dic le Proph. Zacharie c. 10. v. 2. Voyez Ezechiel 21. 25. On a encore donné le nom de Thera: hims à ce qui s'appelle dans l'Hic ftoire sainte Vrin & Tumnim , c'est-à-dire , aux mots do&rine & veriré qui étoient gravez sur le Rational du Grand Prêtre. Ces deux mots éloient des Symboles de la presence de Dieu , qui étoic censé répondre par eux, toutes les fois qu'il régondoit par le Grand Prêtre revêtu du Rational, fur lequel ces deux mots étoient écrits.

[ocr errors]
[ocr errors]

Je trouve, Monsieur , pour confirmer ce que j'avance , que le Pere

Kirker est de ce sentiment dans son Tom. I. Oedipe Egyptien ; sur quoi il cite

Abenezra, qui tient que les Thera- . phims étoient des Figures constellées & propres pour la divination. Ces sortes de Figures étoient communes en Egypte , s'il est vrai

que

Theraphim ait été tiré par corruption de Sérapes ; les Caldéens ne pouvant pas prononcer ce mot autrement , comme le veut encore le Pere Kirker. Les Egyptiens sont apparemment les premiers Inventeurs des Talismans, comme Herodote, ce me semble , l'insinuë au second livre de fon Hiftoire après avoir dit que ces peuples donnerent les premiers le nom à douze Dieux, & qu'ils leur dédierent des Autels , des Statues & des Temples, Cet Auteur ajoûte , qu'ils furent aussi les premiers à graver des animaux sur des pierres*: ce qui convient fort aux Talismans. D'où vient que ceux de pierreries seroient sans doute les plus anciens.

Le Pere Kirker prétend au- reste que les Egyptiens appelloient chez eux Serapes tout ce qui avoit le

pou

voir % ?ão &v Arboino &Wafaro

[ocr errors]

.

DES VOY A GBS.

5 voir & la vertu de conserver, de dé

' fendre ou de procurer quelque bien; & que les Ifraëlites apprirent en Egypte,

le secret de les fabriquer. En effet, cela est si fort connu des plus Sçavans , que le P. Simon dans son Histoire critique de la Bible qui pa- Pag. 550 roît depuis peu , aflûre qu'on ne sçaurpit expliquer une bonne partie des Livres de Moise : si l'on ne connoît la Religion des anciens Sabaïtes , dont cette science, selon lui, faifoit une partie des mysteres. Et n'est-il pas encore très - probable que ces. Figures par lesquelles Laban augura que Jacob attireroit la benediction de Dieu sur sa famille, étoient des Images talismaniques ou constellées *; telle qu'étoit apparemment cette petite Figure qu'un inconnu , au rapport de Suetone, g donna à Neron, & à qui seule cet Empereur faifoit des Sacrifices

[ocr errors]

Az!
3

trois * Non seulement cela n'est pas probable, mais cela est faux. Laban dit expressément à Jacob Gen. 30.27: ” J'ai reconnu par experience , que Dieu » m'a beni à cause de vous.” Il est vrai que Laban avoit chez lui des Idoles, mais c'étoient des Dieux qu'il adoroit. Gen. 31. v. 19. & 30.

$ Si quidem icumculam puellarem, cum quafi remedium infidiarum à Plebeio quodam & ignoto muneri accepiffet , dete&a confeitim conjuratione pro summo numine , trinisque in die sacrificiis colere perfeveravit : volebatque credi monitionc cjus futura prænoscere. Suet. c. 56.

>

.

« AnteriorContinuar »