Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Voyage. Il écrivoit beaucoup de Lettres au Senat, à Ciceron & à ses amis. Jugez ce que ce devoit être , puisque dans sa jeunesse il avoit fait les Louanges d'Hercule , une Tragedie intitulée Oedipe , & un Recuëil des bons mots de tous les grands hommes de son tems. Son Successeur ne s'est pas moins rendu celebre par les Lettres que par sa Politique. Combien d'Ouvrages a-t-il fait, qu'il lisoit, dit Suetone, dans le Senat, devant le Peuple ou les Soldats, dans la crainte de perdre du tems en les apprenant par cæur ? Il en fit d'autres inticulez Ker cripta Bruto de Catone , qu'il recitoit devant ses amis comme dans un auditoire public. Ses Exhortations à la Philosophie, les treize Livres de la vie , les Oraisons funebres de Julia son ayeule , d'Octavie fa fæur, de Drusús, de Marcellus, d’Agrippa, contenoient apparemment bien des faits, des tours d'esprit & des expressions confiderables ; il a fait encore beaucoup de Poëmes, un dela Sicile, des Tragedies d’Ajax & l Achilles, une Satyre contre Pollion intitulée Fefcennini. Un Livre d'Epigrammes, l'Eloge de Drusus. Il a fait acfi des Vers Grecs ; & Macrobe

rapporte Tom. II,

D. ce

[ocr errors]

ce sujet un fait , qui sans doute ne vous ennuyera pas. *" Ily avoit un

Grec , dit il, qui lui presentoir », souvent lorsqu'il sortoit de son Pa

lais une Epigramme en son hon», neur. Ce Grecule neanmoins le fit » plusieurs fois sans que l'Empereur

l'en remerciât. Il arriva qu'un jour ► Auguste remarqua son dessein, & ,, demandant sur le champ du papier, », il écrivit une Epigrainne grecque

qu'il presenta à cet homme qui ve

noit l'aborder. Le Grec la reçut s, avec beaucoup de respect, la loiia „, fort en la lisant , & marqua son admiration

par fes gestes , & par os fa voix ; puis s'étant approche du

Prince , il tira de fa poche quel» qués deniers pour les lui donner , » & ajoûta : Seigneur cela n'est pas

», digne * Solebat descendenti à Palacio Cæfari honorifi. cum aliquod Epigramma porrigere Græculus. Id quum frustra fæpe fecisset, rurfusque cum id fadurum vidifier Auguftus , breve manu fua in charta exaravit græcum Epigramma. Pergenti deinde ad se obviam misit. Ille legendo laudare, mirari tam voce quam vultu : quumque acceflillet ad sellam , demiffà in fundam pauperem manu , paucos denarios protulit, quos Principi daret. Adje&us hic fermo μή κατά την τύχων σήν σέβαστε el arcon édidxv non fecundùm Fortunam tuana Auguste : fi plus haberem , plus darem omnium risu, dispensatorem Cesar vocavit , feftertia centum millia Græculo numerari juflite

[ocr errors]

Secuto

5; digne de vous ; j'en donnerois nean

moins davantage si j'étois plus riche. Tout le monde se prit à rire „, là-dessus. Auguste reconnut la fau„te, il ressentit cette espece de re

proche comme il falloit , & donna . ordre aussi-tôt à son Intendant de

compter au Grec cent mille Sefter» ces.” Les Traitez qu'il a faits du gouvernement, étoient bien precieux, puisque la politique l'a rendu le plus grand Prince du monde. Il adrella à Tibere ses Avis pour l'administration de la Republique, à Agrippa & à Mecenas des Instructions ; un Etat & un Compte de l'Empire au Senat.

Antoine avoit fait un Traité de son ivrognerie, qu'il publia un peu avant la Bataille d'Actium. Nous sçavons encore ce que Tibere a fait,

ses Oraisons funebres de Drusus son fils, & des autres, ses Plaidoyers , sa Clef de l'Histoire des Fables ; fon Poëme lyrique intitulé Plainte sur la mort de Lucius Cesar sont citez partout. Il a fait ausli d'autres Pocmes Grecs, dans lesquels il a imité le stile d’Euphorion", de Rhianus & de

Par

D 2

* Cela feroit bien 600000 liv, de notre mone noye , s'il n'y a point de faute dans le latin.

[ocr errors]

Parthenius , à qui il dédia des statuës dans les Bibliotheques publiques, en y plaçant leurs Ouvrages. Les Succefleurs de ces grands Princes , ont la plậpart suivi quelques - unes de leurs traces. Beaucoup ont fait l'Hiftoire de leur régne. "Hadrien avoit autant d'émulation dans les Lettres, que le moindre de ses sujets. Nous en attendons avec impatience la Delcription qu'en fera Monsieur Rainfsant; son érudition & sa politelle doivent nous faire esperer beaucoup de plaisir , & son Ouvrage ne peut manquer

de nous instruire & de nous charmer. Albin avoit fait des agreables Milesiennes , ce qu'on apprend par les reproches que lui en fit Sep

: time - Severe dans une lettre qu'il écrivit au: Senat. Mais, Monsieur j'en aurois trop à vous dire , li je voulois ici donner tous les titres des Ouvrages que les Empereurs ont faits. Cela demande plus de loisir & un plus grand volume.

Je ne veux pas cependant oublier ici ce qu'Eginhard rapporte du premier de nos Empereurs François CHARLEMAGNE. Il recueillit de la propre main tous les vers écrits en langue antique, qui conte

noient les guerres & les exploits des Rois anciens des Allemans. C'elt ce que je remarque dans Tacite : * Ils celebrent , dit-il, Tuistois leur Dieu par des vers anciens qui est le seul genre d'Annales qu'ils ayent chez iux, á la seule maniere de conserver la memoire de leurs Heros. Nôtre Prince fit encore une Grammaire en son langage ; il donna des noms François aux mois & aux vents ? il fit des vers latins très-bons pour ce tems-là, des Epitres, des Epitaphes telles que Lambecius en rapporte dans le second volume de la Bibliotheque. Je ne doute point non-plus qu'il n'ait fait d'autres Ouvrages; puisqu'il sçavoir les Langues étrangeres , qu'il avoit cultivé les sciences, & qu'il parloit si bien de toutes choses, qu'il ne cedoit à aucun Alaître, dit encore Eginhard 6.

Il feroit à souhaiter que quelqu'un voulât le donner la peine de canalser non seulement ceux des Empe: reurs , mais méine des autres, quel.

D 3

ques Celebrant carminibus anciquis ( quod unum apud illos memoriæ & Annalium genus eit ) Tuistonem Deum.

§ Adeo quidem facundus erat , ut etiam didascalus appareret.

« AnteriorContinuar »