Imágenes de páginas
PDF
EPUB

66

66

66

66

66

quelquefois, continue Quintilien, d'oppofer certaines pièces, que le mauvais goût du siècle fait “ qu'on admire, & de remarquer combien il y a de chofes impropres, obfcures, enflées, basses, “ rampantes, puériles, affectées, " qui non-feulement ont une approbation presque générale, mais “ qui ne l'ont que parce qu'elles font mauvaises. Car un difcours " sensé, & qui n'a rien de natu- “ rel, n'est d'aucun mérite; on n'y “ trouve point d'efprit. Mais ce qui eft recherché, détourné, & hors " de la droite raison, voilà ce qu'on admire aujourd'hui.

66

66

66

66

"J'avoue cependant, ajoûte “ ce fage Rhéteur, qu'il y a eu “ de nos jours & qu'il y a encore “ d'excellents écrivains. Je le fou- " tiens même. Mais de favoir juger quels ils font, c'est ce qui n'appartient pas à tout le monde. “ Il eft plus für d'imiter les Anciens "

(6

66

""

""

"2

dont le mérite n'eft plus douteux. Ainfi je confeille de ne point s'attacher de fi bonne heure aux Modernes, de peur qu'on ne les imite avant que de bien connoî,, tre ce qu'ils valent.

29

99

Qui voudra donc fe former le goût pour l'Eloquence, prendra néceffairement fes modèles dans. l'Antiquité, & dès-lors fon choix ne peut tomber que fur Démofthène, ou fur Cicéron, dont le parallele n'est nulle part mieux détaillé, que dans Quintilien.

99

""

""

Je trouve, dit-il, qu'ils fe ref',, femblent (3) en tout ce qui eft de l'Invention. C'est dans l'un & dans l'autre la même maniere ,, d'envifager un fujet; de divifer; de préparer les efprits; de ,, prouver. Quant au style, il y a ,, quelque différence. L'un eft plus précis, l'autre plus abondant. ;, L'un ferre de plus près fon ad(3) Voyez Quintilien, liv. X, chap. I

""

»,

66

66

verfaire; l'autre pour le com- " battre fe donne, s'il faut ainfi " dire, plus de champ. Il n'y a rien “ à retrancher de l'un, rien à ajou- " ter à l'autre. On voit dans Dé- “ mofthène plus de foin & d'étu- ““ de : dans Cicéron plus de natu- “ rel & de génie. Pour ce qui eft " de manier finement la raillerie, “ & d'émouvoir la pitié, deux “ points d'une extrême conféquen- “ ce, il eft certain Cicéron qué y réuffit mieux que l'autre. Mais ce « qui donne la fupériorité à Démof- « thène, c'eft qu'il a été avant Ci- " céron, & que l'Orateur Romain, “ tout grand qu'il eft, doit une partie de fon mérite à l'Athénien. “ Car il me paroît que Cicéron " ayant tourné toutes fes penfées "< vers les Grecs pour fe former “ fur leur modèle, il a raffemblé " en lui, & la force de Démofthè- “ ne, & l'abondance de Platon, " & la douceur d'Ifocrate. Non

(C

"

[ocr errors]

22

""

$29.

27

29

""

,, qu'il en foit redevable seulement
à fon travail, & au fecours de
l'imitation: mais il a comme en-
fanté de lui-même la plupart de
leurs perfections, ou pour mieux
dire, toutes, par l'heureuse fé-
*2) condité de fon divin génie. Car
,, pour me fervir d'une expreffion
de Pindare, il ne ramaffe pas
les eaux du ciel pour remédier
99 à fa féchereffe naturelle. ; mais
il trouve dans fon propre fonds.
», une fource d'eau vive, qui coule
fans ceffe à gros bouillons : &
,, vous diriez que les Dieux l'ont
accordé à la terre, afin que l'E-
,, loquence fît l'effai de toutes fes
forces en la perfonne de ce grand
homme. Qui eft-ce, en effet
», qui peut inftruire avec plus d'e-
,,xactitude, & toucher avec plus

29

99

29

"

2

"

de véhémence ? Et quel Ora,, teur a jamais eu plus de char,, mes? Jufque-là que ce qu'il vous, arrache, vous croyez le lui ac

دو

[ocr errors]

66

66

(6

corder; & que les Juges em- " portés par fa violence, comme " par un torrent, s'imaginent suivre « leur mouvement propre, quand " ils font entraînés. D'ailleurs il " parle avec tant de raifon & de " poids, que vous avez honte d'ê- “ tre de fentiment contraire. Ce " n'eft le zèle d'un Avocat que pas vous trouvez en lui; c'eft la foi "" d'un Témoin, & d'un Juge. Et " toutes ces chofes, dont une feule " coûteroit des peines infinies à un autre, coulent en lui naturelle- " ment, & comme d'elles-mêmes; " en forte que fa maniere d'écrire, " fi belle & fi inimitable, a cependant l'air le plus aifé du monde. “ Ainfi, ce n'eft pas fans fondement " que les gens de fon temps ont dit " qu'il régnoit au Barreau com- " me c'eft avec juftice que ceux σε qui font venus depuis, l'ont tel- " lement eftimé, que le nom de " Cicéron eft moins aujourd'hui le "

(6

« AnteriorContinuar »