Imágenes de páginas
PDF
EPUB

net (a), de Fernel, de Horstius , de Ballonius, de Junken (6), de Boerhaa

nec interiores corporis partes , vifcera , puta , pulmones, diaphragma, ventriculus , doc. ab hisce immunes funt , qua vifcera fæpè in defunctis nigra dos corrupta , imò circa interiorem membran nam quafi adnatas variolas observavi nigerrimas. 6. 1. p. 563.

(a) Bonnet (Sepulch. cap. de variolis, tom. 3. sect. 1. obf. 60.) cite des paffages de quelques auteurs qui semblent, prouver assez clairement la formation de ces pustules internes. Il nous dit d'après Fernel , obfervatum quofdam ab interitu diffe&os, quibus jecur , lien , pulmones omniaque interiora haud secus atque cutis fordi. diffimis papulis manantibus fcaterent. Fernel. lib. 2. cap. de abd. rerum causis.

Il rapporte d'après Horstius , le cas suivant , illuftris quidam comes variolis correptus , ob febris do dysenteria vehementiam, primo die morbi mortuus eft , diffecto, jecur , lien , pulmones, & inteftina non secus atque ipsa cutis, fordidiffimis papulis manantibus scatebant.Horst. Anat. 9.

Il nous donne encore ( p. 235.) l'histoire suivante, prise de Ballonius , Equiti Torquati D. de Rochefort filio,annos 12. nato erumpunt exanthemata ; cum defavire viderentur , spuit, do expectorat cruentum necnon méiit cruentum idque abundè : coguntur medici, etiam prafentibus exanthematis , venam aperire , evacuato per viam urinariam sanguine ,

tandem moritur : aperto cadavere, integrum etiam corpus ecthymaa sis scatebat. Ballon. Epid. Epherm. l. 2. p.207.

(6) Junken s'exprime ainsi en décrivant la

[ocr errors]
[ocr errors]

ve (a), & de quelques autres auteurs. J'ai vû depuis la premiere édition de ce livre, une multitude de petites puftules varioleuses sur la surface interne de l'estomac & des intestins d'un jeune garçon mort de la petite vérole. Mais en voilà assez, je pense , sur ce sujet.

8. 5. Il se présente, à la vérité, 'deux difficultés sur la formation des pustules varioleuses dans les tuniques intestinales. On demande d'abord

pourquoi les personnes qui en ont dans cet endroit, ne se plaignent pas de douleurs dans les intestins, dans le tems de la suppuration; & en second lieu, comment il se peut que la compreslion des

ر

petite vérole , variola funt pustula cutis, doo non raro partium internarum , saniosa. Vide prox. med. p. 961. Il dit encore , p. 962. subjectum , five pars affetta, non aliquando sola externa corporis superficies , five cutis est, sed do partes interna , fauces do non raro ipsi pulmones , aliaque viscera interna variolis obfidentur , platero, Hile dano , Bartholino , &c. teftantibus.

(a) Il dit dans ses Aphor. §. 1403. omnium verò clarissime id liquebit ei, qui ex anatomicis norit, ut externam cutim , ita oculos, narium omnes membranas, oris omnia velamenta, afperam arteriam Bronchia , @fophagum, Stomachum, intestina , jecur , lienem, pulmones obfideri bis pustulis.

veines lactées faite par ces pustules , n'empêche pas le chyle , & la boisson de passer dans le sang. La premiere difficulté disparoîtra si nous considérons que les fibres des vaisseaux des inteftins sont plus lâches que celles des vaifleaux de la peau :

& qu'elles peuvent par conséquent être plus distendues que celles de ces derniers par la matiere varioleuse, fans caufer de douleurs. Quant à la seconde difficulté j'observerai , 1°. que les espaces qui restent entre les puitules formées dans les tuniques intestinales , laissent la liberté aux veines lactées qui s'y trouvent, de transporter dans le lang le chyle qu'elles reçoivent ; 2°. que si la surface interne des inte tias ei entiérement couverte de pustules , on a raison de soupçonner alors qu'il ne reste aucun passage des veines lactées dans le sang. Ce cas peut arriver quelquefois, & il y a lieu de penser que c'est celui des personnes, qui , ayant tout le corps couvert de boutons , fe fentent de l'horreur pour une quantité considérable de liquides , à mesure que la supe puration approche , & que les pustules grossissent:ce qui peut venir de l'imposa

fibilité que trouvent ces liquides à passer dans le sang, & à être évacués par les selles. Ce cas , qui est très-déplorable , mérite qu'on éxamine sérieufement s'il ne conviendroit pas, lorfqu'il arrive , de tâcher d'ouvrir par quelque purgatif convenable , ces puftules internes , & de donner ensuite dans le tems propre, des cordiaux qui prévinssent la révulsion du dehors aur dedans, & qui favorisassent le transport

de la matiere varioleuse vers l'habitude du corps. Je crois qu'on pourroit ménager les remedes de maniere à remplir ces deux objets. Il est du moins certain que dans ce cas, le malade ne sçauroit guérir si les membranes des pustules ne font rompues , & le passage ouvert au chyle par les veines lactées : il n'est pas moins manifeste que cette ouverture ne sçauroit s'opérer que par les purgatifs.

S. 6. La petite verole, très - différente dans plusieurs personnes , est nommée discrete & confluente : discrete, lorsque les pustules sont distinctes, ou féparées les unes des autres : confluente, lorsqu'elles se touchent , ou s'unissent plus ou moins ensemble..

$. 7. Par ces expressions de petite vérole discrete & confluente , je n'entens point deux maladies différentes ; je prétens seulement désigner par-là la différence la plus remarquable de la même espèce de maladie : car dans la petite vérole confluente, ce n'est qu'un plus haut dégré de malignité & la quantité plus considérable de la matière varioleuse , qui produisent cette grande variété de symptômes , fi différens selon la différence des parties affectées.

9. 8. Bonner blâme les auteurs qui ne divisent la petite vérole qu'en deux espèces , attendu qu'il les-croit beaucoup plus nombreuses ; ce que n’ignorent même pas , dit-il, nos femmelettes. Il fait mention de quelquesunes qu'il croit être différentes , parce qu'elles varient dans leurs symptômes. Mais selon cette forte de divilion, on pourroit compter autant d'espèces de petite vérole , qu'il y a de symptômes différens qui l'accompagnent. Mais comme la division de cette maladie en tant de différentes espèces , seroit sans fondement, & ne pourroit servir qu'à jetter de la confusion dans l'esprit des étudians ; j'ai eu soin de l'éviter , ne

« AnteriorContinuar »