Imágenes de páginas
PDF
EPUB

generation. En proferant une parole nous l'engendrons: mais non par retranchement: en forte que notre raifon en foit diminuée. Ainfi un feu en produit un autre: fans que le fecond diminuë rien du premier auquel il a été allumé.

p. 259. B.

317. A.

Il montre que JESUS crucifié eft le Meffie, en expliquant les figures de fa paffion : l'agneau pascal, les deux boucs de la fête des expiations, & les autres victimes. Les offrandes des farines reprefentoient le pain de l'euchariftie, que nous of frons en memoire de notre redemption. Il répete plufieurs fois en ce dialogue: que l'eucharistie p.160. B. est ce facrifice pur, qui doit être offert à Dieu du levant au couchant; même entre les gentils : fuivant la prophetie de Malachie : & il nomme ex- Mal. 1. 1o. p. preffément l'euchariftie, facrifice. Tryphon lui objecte la malediction de la loi, contre les cru- Deut. III.23. cifiez. S. Juftin répond par les figures de la croix, marquées dans l'écriture: entr'autres le ferpent d'airin si contraire, en apparence, à la défense fi des images. L'un des Juifs qui accompagnoient Tryphon, avoue qu'il avoit interrogé leurs docteurs fur cette difficulté ; & qu'aucun ne l'avoit pû fatisfaire. S. Juftin dit, que cette malediction de la loi fignifioit la malediction generale du P. 322. D. peché répandue fur tous les hommes, & la perfécution contre les chrétiens. Il ajoûte l'explication du pfeaume 21. où la croix du Sauveur eft fi bien marquée.

Il dit que Jerufalem fera rebâtie pour y raffem- p. 306. B.

Ifa. XLV. 17.

P. 345. C.

bler le peuple fidele qui s'y réjouira en la compagnie des patriarches & des prophetes, avec J. C. avant fon dernier avenement. Je le croy ainfi, ajoûta-t-il, & plufieurs autres: mais il y en a plufieurs de la pure & pieufe doctrine des chrétiens, qui ne le croyent pas. Car pour ceux qui fe difent chrétiens, & font des heretiques impies: leur doctrine eft pleine de blafphêines & d'abfurditez. Si donc vous trouvez de ces gens, qui olent blafphêmer contre le Dieu d'Abraham, d'Ifaac & de Jacob: nier la résurrection, & dire qu'au moment de la mort les ames font enlevées au ciel, pour ne plus reprendre leurs corps: ne les tenez pas pour chrétiens: comme vous netenez pas pour Juifs les Saducéens & les autres fectes fcmblables. Pour moi, & tous ceux qui ont des fentimens droits, & font entierement chrétiens nous croyons la réfurrection de la chair: & les prophetes Ezechiel, Ifaïe, & les autres, reconnoiffent que l'on doit paffer mille ans dans Jerufalem, aprés qu'elle aura été rebâtie, ornée & augmentée. Il infifte auffi fur l'autorité de l'apocalypfe. C'est ainfi que S. Juftin avoit donné, comme Papias, dans l'opinion des Millenaires: fans quitter, non plus que lui l'unité de la foi catholique. Il montre le progrés de l'évangile, en disant ? Qu'il n'y a aucune espece d'hommes, ni Grecs, ni barbares ni Scythes errans dans des chariots, ni paftres logez fous des tentes, ni de quelque nom qu'on les appelle: chez qui l'on n'adreffe

:

f. 13. B.

n'adreffe au Créateur des prieres & des actions
de graces, au nom de JESUS crucifié. Il re-
léve la fidelité des chrétiens, en disant: Il est
évident, que perfonne ne peut intimider ceux
qui croyent en JESUS, par toute la terre. Nous
ne ceffons point de le confeffer : encore que l'on
nous coupe la tête, que l'on nous crucifie, que
l'on nous expofe aux bêtes. Nous fouffrons les
fers, le feu, les tourmens. Plus on nous perfe-
cute, plus il y en a qui devienne fideles & pieux,
par le nom de JESUS. Et encore: Dieu a per- p. 349. Di
mis que le foleil fût adoré : mais on n'a jamais
vû perfonne fouffrir la mort, pour la religion
du soleil : au lieu que l'on voit des hommes de
toutes nations, qui fouffrent tout, pour le nom
de J. C. Il marque plufieurs fois en ce dialogue
que les dons furnaturels de prophetie, de gueri-
fon des maladies, & d'autres miracles, étoient
encore communs parmi les fideles: particulie-
rement le pouvoir de chaffer les démons au nom
de JESUS Crucifié fous Ponce Pilate.

L V. Defcription des

ceux que

Mais j'apprens, dit Tryphon, que plufieurs de l'on nomme chrétiens, mangent fans heretiques. fcrupule des viandes offertes aux idoles. Justin répond: Ces gens qui reconnoiffant JESUS crucifié pour Seigneur & pour Chrift, n'enseignent pas fa doctrine, mais celle des efprits d'erreur: nous rendent plus fermes dans la foi & dans l'efperance qu'il nous a donnée : nous qui fuivons fa vraye & pure doctrine: puifque nous voyons en Tome 1.

Ooo

cela même l'accomplissement réel de ses prédictions. En effet, plufieurs font venus au nom de JESUS, enfeigner des dogmes & des pratiques pleines d'impieté. Ils gardent les noms de ceux par qui chaque opinion a commencé. Car ils blafphément en differentes manieres, contre le Créateur de l'univers, contre le Chrift qu'il a promis, & contre le Dieu d'Abraham, d'Isaac, & de Jacob. Nous ne communions avec aucun d'eux : nous qui favons qu'ils font impies & injuftes, & qu'ils ne confeffent JESUS que de nom: comme les payens donnent le nom de Dieu à leurs idoles. Les uns s'appellent Marcionites, les autres Valentiniens, ou Bafilidiens, ou Saturniniens: ou portent d'autres noms tirez de l'auteur de chaque fecte, comme les philofophes. C'est l'idée que S. Justin nous donne des heretiques.

LVI.

Juifs,p.246. C.

Il reproche aux Juifs leur aveuglement en pluAveuglement des fieurs manieres. Car aprés avoir apporté divers paffages, touchant la circoncifion fpirituelle & la vocation des gentils, il ajoûte : Il me femble, que par ces difcours je devrois perfuader les efprits les plus bouchez. Car ce n'eft pas moi qui les ay préparez, par un artifice humain : c'est ce que David a chanté, ce qu'Ifaïe & Zacharie ont prêché, ce que Moïfe a écrit. Vous le reconnoiffez, Tryphon. Tout cela eft écrit dans vos livres, ou plûtôt dans les nôtres : car nous les croyons, & vous les lifez fans les entendre. Il dit ailleurs. Je

ne fais que vous raporter les écritures, & ne travaille pas à vous donner des démonftrations fondées fur l'art de raisonner. J'ai receu de Dieu la grace d'entendre les écritures : & je ne cherche qu'à la communiquer gratuitement à tout le monde: de peur d'être condamné au jugement de Dieu, à qui j'en rendrai compte.

P. 339. C.

Il marque les mauvaises fubtilitez des Rabins, qui demandoient, pourquoi en un tel endroit des livres facrez il étoit parlé d'une femelle de chameau; pourquoi dans les oblations telles mesures de farine ou d'huile : & en donnoient des explications baffes & terreftres. Il les accufe d'entendre P. 342. 4. fi groffierement les paroles de l'écriture, qu'ils s'imaginoient, que Dieu avoit des pieds & des mains, un corps & un ame: & que c'étoit par ce corps qu'il avoit aparu à Abraham & à Jacob. Entre mille bonnes chofes, dit-il, que l'on vous aura dites, s'il y en a une petite qui vous déplaife, ou que vous n'entendiez pas : vous laiffez tout le refte, pour vous attacher à ce petit mot, en faire un crime: comme les mouches qui s'attachent aux ulceres.

& nous

Vos docteurs, dit-il, vous permettent encore à prefent d'avoir quatre & cinq femmes: & fi quelqu'un en void une belle & la defire, ils raportent les histoires de Jacob & des autres patriarches; & difent qu'ils ne font point de mal en les imitant. Miferables & infenfez! chacune de ces actions étoit myfterieufe, & préparoit de

[ocr errors]

2-343

« AnteriorContinuar »