Imágenes de páginas
PDF
EPUB

deux cens ans : mais ils font si courts & fi fecs , qu'on n'en tire pas un grand avantage. C'est pour éviter ce défaut, qu'on a joint aux passages des Poétes les plus belles penfées des plus célebres Philosophes, qui y ont rapport , & de tems en tems des remarques très - curieuses. Enfin il regne dans tout cet ouvrage une diversité si agréable & si inItructive tout ensemble, qu'il seroit difficile de s'ennuyer en le lisant: Ce font ces paffages rassemblez sous differens titres für differentes matieres, qui ont fait intituler cet Ouvrage, La Bibliotheque des Poëtes Las tins de François. On auroit pû également lui donner le titre de Cona cordance des Poëtes. C'en est une en effet, qui ne confilte pas en de fim ples mots, qui renvoyent aux pas sages que l'on cherche, c'est plutôt une Concordance de pensées , s'il est permis de s'expliquer ain'i, puisqu'on rencontre sous un même titre, tout ce que les Poëtes, chacun en particulier , ont pensé sur le même fujet, & les differens tours dont ils ont exprimé leurs pensées.

Ce Recueil peut donc être utile Non seulement aux personnes dont on a parlé au commencement de Cette Préface , mais encore à beaucoup d'autres , qui , quoiqu'elles nayent qulune médiocre teinture des Lettres, y trouveront de quoi bril. ler à peu de frais dans une compa. gnie & le dispater même aux plus Sçavans.

Ce Recueil , comme on le voit épargne beaucoup de peine & de lecture : l'ayant donc entre fes mains on peut dire que l'on possede tout ce qu'il y a de meilleur dans les Poë. tes, & de plus capable d'orner l'ef prit & de former le coeur : car si nous ne formes ce que nous sommes que par le coeur, le principal but des études d'un honnête homt me & d'un homme Chrétien, eft de travailler à le rendre bon, droit & généreux, puisqu'on n'eft homme que par ces qualitez.

Les vertas & les vices y font exé posez d'une maniere à inspirer de Tamour pour les unes & de l'horreur pour les autres ; on y fait voir la secompense des bons & la punitios

4

des méchans. Toutes sortes de perfonnes y trouveront des avis pour s'acquiter de leurs devoirs chacun dans leur état , & pour faire regner la paix en bannissant de la societé ces funestes passions de l'ambition , del'interêr, de l'envie, de la colere & de la vengeance qui causent tant de maux parmi nous. Enfin on n'a rien oublié pour remplir exactement ce précepte d'Horace en joignant toujours l'utile à l'agréable.

Omne tulit pun&tum qui miscuit mite dulci. Je préviens une objection qu'on pourroit faire sur ce que j'ai dit que la lecture des Poètes étoit capable de former le coeur. Je n'ignore pas que le bon y eft mêlé avec le mauvais, & qu'on s'attache même à l'un plûtôt qu'à l'autrezmais quand on les lit dans un esprit de religion, on fçait rejetter l'un & profiter de l'autre : & de plus, il n'y a dans ce Recueil que les plus belles maximes dont leurs Ouvrages font remplis : & s'il y en a quelques-unes d'équivoques ,on a eu la précaution de meetre des correctifs dans le précis qu'on ena donne en François de chaque pensée des Poëtes. Il faut avouer que ce: qu'ils ont dit de la beauté de la. vertu, de l'horreur du vice, de la récompense des bons & du suplice des méchans dans l'autre vie, est si: beau & si admirable, qu'on ne peut s'empêcher de croire avec le Pere Thomassın , que l'Ecriture Sainte eft la source , d'où Homere , & tous les autres Poëtes qui Pont imité, ont puisé la plâpart des veritez qu'ils ont connues de les regles de vertu qu'ils ont debitées Préface sur la maniere d'étudier & d'en feigner chrétiennement les Poëtes.

Il ne faut donc pas croire que la lecture des Poëtes soit dangereuse, quand on les lit chrétiennement & dans le dessein d'en profiter. Saint Paul n'a-t-il pas cité les Poëtes Grecs , & l'auroit-il fait , &'en auroit - il tiré des preuves de la veritable Religion & des enseignemens de la vertu , s'il eût crû que cet exemple eût pû nous être préjudiciable, ou s'il n'eût pas crû au contraire qu'il nous feroit utile. Ce divin Apôtre étoit versé dans les Lettres faintes & profanes , il sçavoit ce que

[ocr errors]
[ocr errors]

le Demon avoit suggeré de faux & d'impie aux Idolâtres & aux Poëtes; il n'ignoroit pas les illusions & les ordures qui gâtent une partie des Poësies anciennes. Mais il sçavoit ce que la lumiere de la Verité, & ce que la lumiere & la Loi naturelle écrite dans le cæur y ont conservé de vrai & de pur. Il ne nous a pas commandé de rejetter ce qu'il peut y avoir d'utile, de peur de nous engager dans ce qu'il y a de dangereux. Il nous a ordonné au contraire d'examiner & d'éprouver tout, & d'aprouver & de conserver ce qui eft bon. Omnia probate , quod bonum est tenete. I. Thessal. 5.21. Et afin que l'exemple fortifiât cette méthode, il a allegué quelques endroits des Poëtes Grecs dans ses Prédications dont il est fait mention dans les Actes des Apôtres & dans ses Epîtres , tant sur les Veritez de la Theologie que sur les Maximes de la Morale. Ce qu'il y a de remarquable est que citant les vers du Poëte Aratus , Ipsius enim ew genus fumus genus ergo cum fimus Dei, &c. Il applique au yrai Dieu, ce qu’Aratus

« AnteriorContinuar »