Imágenes de páginas
PDF
EPUB

d'elles ; & confequemment ce poids K fera ici égal à cette force refultante du concours d'action de ces deux puiffances P, R, contre lui. Donc la direction de cette force venant d'être trouvée de A vers D fuivant AD, & celle du poids K étant (Hyp.) de D vers A fuivant la même DA; ce poids & cette force, c'est-à-dire, ce poids & les deux puiflances P, R, du concours defquelles cette force refulte, demeureront ici (Ax. 3. & Corol. I. du princ. gener.) en équilibre entr'eux. Ce qu'il falloit 6°. dé

montrer.

COROLLAIRE I.

En cas d'équilibre la part. 3. de ce Théoreme-ci donnant P. K:: AB. AD. Et K.R:: AD. AC. l'on aura ici (en raison ordonnée ) P.R:: AB. AC. comme dans la part. 4. c'eft-à-dire, les puiffances P, R, entr'elles en raifon des côtez AB, AC, qui leur répondent fur leurs directions dans le parallelogramme ABDC. Par confequent fi d'un point quelconque L de fa diagonale AD prolongée, on mene LM, LN, perpendiculaires fur les directions AP, AR, de ces deux puiffances P, R; ces mêmes puiffances feront auffi entr'elles (Lem. 8.) en raison reciproque de ces perpendiculaires: c'est-à-dire, P. R:: LN. LM. Ce qui donnant PxLMR-LN, on voit qu'en cas d'équilibre entre les puiffances P, R, & le poids K, les produits de ces deux puiffances P,R, par les perpendiculaires LM, LN, menée de quelque point L que ce foit de la direction du poids K, font toûjours alors égaux

entr'eux.

COROLLAIRE II.

Mais en prenant AL pour le finus total, on fçait ( Déf. 9. Corol. 1.) que ces perpendiculaires LN, LM, font les finus des angles LAN, LAM. Donc auffi Corol. 1.) les puiffances P,R, font pareillement ici en raifon reciproque des finus des angles LAM, LAN, que leurs directions AP, AR, y font avec celle AD du poids K; & par con

fequent (Déf, 9. Corol. 2.) ces mêmes puiffances P, R,. y font auffi entr'elles en raison reciproque des finus des angles. PAX, RAX, complemens chacun de chacun de ces deux-là à deux droits ; c'est-à-dire, que P eft ici à R, comme le finus de l'angle LAN au finus de l'angle LAM; ou P à R, comme le finus de l'angle RAX au finus de l'angle PAX.

COROLLAIRE III..

Si pour nous exprimer plus aifément, on suppose une troifiéme puiffance appellée K à la place du poids de ce nom, laquel e fuivant la direction KX ou AD de ce poids, faffe comme lui équilibre avec les deux P, R, qui le foutiennent ; on trouvera par le Lem. 8. comme dans le Corol. 1.que ces trois puiflances P, R, K, prifes à volonté deux à deux, font toujours entr'elles en raifon recipro que des perpendiculaires menées d'un point quelconque de la direction de la troifiéme fur les leurs ; c'est-à-dire, en raifon reciproque des diftances. de leurs directions à quelque point que ce foit de celle de la troifiéme de ces puiffances; & confequemment (comme dans le Corol. 2.) que deux de ces trois puiffances prifes ainfi à volonté, font toûjours entr'elles en raifon reciproque des finus des angles que leurs directions font avec celle de la troifiéme puiffance.

On ne trace point ici les perpendiculaires mentionnées dans le précedent Corol. 3. de peur d'embrouiller les Figures par la multiplicité des lignes, il eft aifé de les imaginer fur celles

4

du Lem. 8.

COROLLAIRE IV.

De plus puifque (Corol. 1.) en ce cas d'équilibre P. R :: AB.AC. Et R.K:: AC. AD. les trois puiffances P, R,K, y feront toûjours entr'elles en raison des lignes AB, AC, AD, ou ( à caufe de BD-AC) en raifon des côtez AB, BD, AD, du triangle ABD ; & confequemment auffi toûjours entr'elles (Lem. 8. Corol. 2.) en raifon des finus

des angles ADB, DAB, DBA, ou ( Déf. 9. Corol. 2.) des finus des angles DAR, DAP, PAR, ou bien auffi ( Lem. 8. Corol. 5.) des finus des angles RAX, PAX, PAR, complemens chacun de chacun de ceux-là à deux droits; c'eft-à-dire, que ces trois puiffances P, R, K, feront toujours ici entr'elles en raifon des finus des angles RAX, PAX, PAR, que leurs directions prolongées traverseroient, ou traverfent en effet.

COROLLA IRE V.

D'où l'on voit que de ces trois puiffances P, R, K, fuppofées en équilibre entr'elles, de quelque maniere qu'on les prenne, & quelques angles que leurs directions faffent entr'elles; chacune fera toujours à chacune des deux autres, comme le finus de l'angle que font entréelles les cordes ou directions de ces deux autres puiffan ces, sera à chacun des finus des angles que ces directions reciproquement prises font avec la fienne, qui (part. I¿) fe trouve toûjours dans le concours de ces deux-là, & dans leur plan: par exemple, K fera à P, comme le finus de l'angle PAR au finus de l'angle RAX, ou RAD ; K fera à Ř, comme le finus du même angle PAR au finus de l'angle PAX ou PAD ; & conformément au Corol. z. P fera à R, comme le finus de l'angle RAX ou RAD, au finus de l'angle PAX ou PAD.

COROLLAIRE VI.

Si l'on imagine prefentement un autre triangle ILM de trois côtez LM, LI, MI, perpendiculaires en M, N, O, aux trois directions ou cordons prolongez AP, AR, AX, de ces trois puiffances, P, R, K ; le Corol. 8. da Lem. 8. fait voir que ces trois côtez LM, LI, MI, da · triangle ILM, feront entr'eux comme les finus des angles RAX, PAX, PAR, que traverferoient, ou que traverfent en effet les directions prolongées, aufquelles ils font (Hyp.) perpendiculaires. Donc (Corol. 4.) ces trois côtez LM, LI, MI, de ce nouveau triangle ILM, feront

auffi entr'eux comme les trois puiffances P, R, K, aux directions defquelles ils font perpendiculaires. Par confequent en ce cas d'équilibre,

1o. Chacune de ces trois puiffances P, R, K, doit toû jours être plus petite que la fomme des deux autres.

2o. Lorique l'angle PAR devient infiniment aigu, c'est-à-dire (Lem. 6. Corol. 1.) lorfque les directions PG, RH, des puiffances P, R, fe trouvent paralleles entreelles, & confequemment auffi (Lem. 6. Corol. 1.) paralleles à la direction AX de la puiffance K, les anglesPAD, RAD, fe trouvant auffi pour lors infiniment aigus ; alors le complement MLI (à deux droits) de l'angle PAR, fe trouvant ( Corol. Déf. 1 1.) infiniment obtus, c'est-à-dire (Déf. 11.) ML, LI, en ligne droite, & confequemment la droite MI confondue avec elles, & égale à leur fomme; la puissance K doit auffi pour lors être égale à la fomme des deux autres puiffances P, R, toûjours entr'elles,

3o. Si l'angle PAR devenoit infiniment obtus, alors fon complement MLI à deux droits fe trouvant ( Déf. 1 1. Corol. ) infiniment aigu; & confequemment (Lem. 6. Corol 3.) LM, LI, confondues enfemble, fans que MI, toûjours (Hyp.) perpendiculaire à AX prolongée, puiffe fe confondre avec elles ; l'on aura pour lors MI=o, & ( Lem. 6. Corol. 3.) LM-LI: ainfi la puissance K fera pareillement alors tout-à-fait anéantie ou nulle, & les deux autres puiffances P, R, égales entr'elles.

4°. Donc quelles que foient deux puiffances P, R, appliquées aux extrêmitez d'une corde parfaitement flexible, & quelque petite que puiffe être la pefanteur de cette corde, ou du poids K fuppofé au lieu de la pefanteur de cette même corde, & de direction qui faffe un angle avec celles des puiffances; jamais ces deux puiffances P, R, ne pourront bander cette corde en ligne droite, à moins qu'elles ne foient infinies par rapport à la pefanteur de cette corde, ou au poids K fuppoté à la place de cette pefanteur, fi l'on fuppofe cette corde n'en point avoir,,

[ocr errors]

comme on l'a fuppofé jufqu'ici; puifque pour la bander en ligne droite, cette pefanteur, ou ce poids K doit être nul (nomb. 3.) par rapport aux puiffances P, R, qui appliquées l'une contre l'autre, la banderoient ainsi.

COROLLAIRE. VII.

4.6.

Il fuit pareillement des Corol. que fi l'on fait féparément un triangle qui ait fes trois côtez paralleles ou perpendiculaires aux directions des trois puiflances P, R, K, chacun à chacune de ces directions; ces trois côtez de ce nouveau triangle feront encore entr'eux en raison de ces trois puiffances P, R, K, aux directions defquelles ils feront Hyp.) tous trois paralleles ou perpendiculaires chacun à chacune; puifque ce nouveau triangle fera pour lors femblable à celui ABD du Corol. 4. ou à celui MLI du Corol. 6. felon que les trois côtez feront paralleles ou perpendiculaires aux trois directions AP, AR, AX, des trois puiffances P, R, K, proportionnelles (Corol. 4.6.) aux trois côtez correfpondans de chacun de ces deux-ci ABD, MLI,

[ocr errors]

COROLLAIRE VIII.

Puifqu'en cas d'équilibre entre les puiffances P, R, K, ces trois puiffances font entr'elles ( Corol. 4. 6. 7.) comme les côtez AB, BD, AD, du triangle ABD du Corol. 4. & comme les correfpondans de chacun des triangles des Corol. 6. 7. il eft vifible, que puifque chaque côté d'un triangle eft toûjours plus petit que la fomme des deux autres, de quelque maniere qu'on prenne ces trois puiffances, chacune d'elle fera auffi toujours plus petite que la fomme des deux autres, tant que leurs directions feront angles entr'elles, ainfi qu'on l'a déja vû dans le nomb. 1. du Corol. 6.

COROLLAIRE IX.

En ce cas d'équilibre non feulement chacune des trois puiffances P, R, K, eft toûjours moindre (Carol. 8.) que

« AnteriorContinuar »