Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

ܬܐ

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

coinposé de Farine & de fromage , ACERER, v. act. Terme de vie
qu'on cuit dans le pot avec la vian- dévote, Macerer la chair, c'est la tour-
de. Les Italiens en font fort friands. mçnter par des mortihcations, la fai-
De-là vient apparemment Macaron, re maigrir, suivant la signification du ·
qui elt en France une petite patisse- mor dans son origine latine.
rie, composée d'amandes, de sucre, MACERON, f. m. Plante, qui
& de blancs d'eufs. De-là encore est une espece d'ache ou de perfil
Macaronique, qui est le nom d'une fort commune en Asie & bonne
Poësie burlesque , composée de mots pour la roux, pour les ulceres, pour
latins altérés & estropiés, ou de mors les sciatiques.
des langues vulgaires, auxquels on MACHABE’ES, f. m. Nom de
donne des terminaisons latines. Ma- quatre Livres de l'Ancien Testament,
carone , en Italie , se dit pour plai- dont les deux premiers seulement
Sant , grossier , ruftique ; apparemment font canoniques , & qui contiennent
parce que les Macarons font la nour- l'histoire de sept freres Juifs, sure
riture ordinaire des Paysans. Ainsi nommés Machabées, qui furent per-
Poëfic macaronique signifie une Poësie fécutés pour la défense de leur foi.,
plaisament grosiere. Le plus fameux avec d'autres événemens historiques
Poëme de ce genre est celui d'un Bé- qui regardent le Peuple de Dieu.
nedi&in , nommé Theophile Folengi , MACHAO, f. m. Oiseau du Bre-
qui le publia au quinziéme siécle, fil noir & verd, qui a les pieds jau-
sous le nom de Merlin Coccaye. On a nes & le bec rouge. Ou vante sa
reniarqué que le cara&tere plaisant, beauté.
dans la populace de chaque Pays, a

MACHECOULIS, f. m. Vicux
été designé par le nom de l'aliment mot, qui se dit encore de certaines
favori de la Nation, AinG les Italiens galeries saillantes, dans les vieux Châ-
appellent les plaisans de cette espece, teaux & aux anciennes Portes des
Macarone ; les François , Jean potages Villes, d'où l'on jeccoit autrefois des
les Anglois , Jacques Poudings ; les pierres pour empêcher qu'on n'eo
Hollandois , Piekle Harengs , &c. approchất.
: MACE ou MASSE-D'ARME, f. f. MACHEFER , f. m. Espece d'écu-
Nom d'une espece de massue, qui me ou de cralse de fer , qui en sort
étoit autrefois une arme de Bataille ; dans la forge & qui sert à divers
particuliérement pour les Prélats Ec- usages.
clésiastiques , que les devoirs de leurs MACHEMOURE, f. f. Terme de
terres obligeoient qaelquefois d'aller mer. On donne ce nom aux miettes
à la guerre, & qui vouloient éviter da biscuit brisé.
de répandre le lang humain , sans MACHIAVELISME, f. m. Systês
êere moins on écar d'attaquet & de fe me de politique, ainsi nommé de
défendre.

Machiavel fon Auteur , où l'on pré-
MACER, f. m. Ecorce odorante tend établir que les Princes & les.
vancée par les Anciens , qui gueris. Ministres d'Etat doivent aller à leur
foit le crachement de sang & la dyl- bue sans égard pour la Religion
senteric , & qui leur venoit des Indes; l'honneur, & la Justice.
ce qui a porté quelques modernes á MACHINE, 1. f. gr. Nom génerał
la prendre pour la canelle ou le macis. de tout instrumenr , limple ou compo-

MACERATION, f. f. Mor tiré du fé, qui sert à produire quelque efa
latin , dont les Chymistes ont fait le fer. On en a fait le verbe machiner ,
nom d'une de leurs opérations. On qui signifie inventer ,, préparer des
appelle macération l'action de faire moyens pour faire réussir quelque
tremper à froid, dans le vinaigre ou entreprise. Celui qui n'agit que par
dans une autre liqueur acide , quel- les lumieres & les impullions d'au-
que médicament, pour en perfe&ion- trui est traité de machine-, parce qu'il
per la vercd. Macération du corps se n'a qu'un mouvement machinal. Un
dit aoffi pour mortification Machinifte est celui qui fait profession

d'invenir

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

le vie toura fai

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

و

ques

[blocks in formation]

d'inventer, de composer, & nifai- MACREUSE, f. f. Oiseau de re agir des machines.

Mer , qui est une espece de canard , MACHINOIS , s. m. Outil qui mais dont le sang ett fi froid qu'il fert aux Cordonniers pour blanchir cient de la nature du poisson. deurs points. Machiner les points, MACUCAGUA, f. m. Espece de c'est y passer le machinois.

Faisan du Bresil, dont la chair eft MACHURAT, f. m. Nom d'un fort délicate. On en distingue pluapprenti Imprimeur , qui ne sait pas fieurs sortes. encore son métier. De-là mackurer, MACULATURE, f. f. Nom qui signifie , dans ce langage , tirer qu'on donne au gios papier gris dont une feuille sans netteté, la barbouil- on fait des enveloppes. En termes ler faute d'adresle.

d'Imprimerie les maculatures sont MACIS, f. m. Drogue Aroma- des feuilles mal tirées, auxquelles il tique, qui est une petite écorce in- manque quelque chose & qui ne sont téricure & rougeâtre donc la noix propres qu’à servir d'enveloppes pour muscade est enveloppée dans sa ma- les envois de livres.' turité. Les Médecins s'en serveut pour MACULE, f. f. Mut ciré du lafortifier l'estomac & contre pluleurs tin, qui signific tache , & qui ne se maladies. On en tire une huile , qui dic que des taches qu'on découvre sur elt aussi fort urile.

le disque du Soleil. Scheiner , AlleMACLE, f. f. Terme de Blason, mand, est le premier qui les ait étuqui est le nom d'une sorte de lozan- diées. Ensuite elles ont été observées ge, percée au centre en forme aussi soigneusement pat Galilée , Flamde lozange ; ce qui fait la différence stead, Calini , &c. des ruffres, qui Tont percées en rond. MADIER, C. m. Nom de plusieurs C'est auffi le nom d'un petit fruit de picces de bois qui sont clouées à d'éla grosseur d'une noix, qui croît sur gales distances sur la carene d'une une espece de trefie d'cau.

galere. MACOCO, 1. m. Mot Afriquain MADRAGUE , f. m. On appelle du Pays de Congo, qui signifie gran- Madrague la pêche du thon, sur les de bête , & qui est le nom d'un ani. bords de la Méditerranée. mal cornu de la grosseur du cheval. MADRE', adject. Mot d'origine

MACOCQUER , 1. m. Espece de ancienne , mais douteuse, qui se dit melon de la Virginie , dont on van- pour tacheté, marqueté de diverses re le goût. Les Habitans se servent couleurs. On dit dans ce sens, qu'un de son écorce pour en faire une sor- léopard est madré. On appelle bois se d'instcument, en y mettant de pe- madré, du bois dans lequel on voit tices pierres , qui rendent un son lors- des taches rembrunies comme dans le qu'elles sont secouées méthodique- hêcre. Mais pourquoi disoit-on au

trefois fin comnie madre? Et pourquoi MACONNERIE, f. f. Nom d'un dit-on encore aujourd'hui madré pour art qui consiste à ranger des pierres fin? Du Cange répond qu'il y avoit avec d'u mortier ou quelqu'autre liai- autrefois à la Cour un Oificier, donc son. L'ouvrage même se nomme aussi le titre étoit Madrinier, qui étoic charmaçonnerie. On distingue la maçonne- gé du soin des vales du Roi, &

que rie en liaison & la maçonnerie en blo- ces vases étoient d'une pierre qui s'apcage. La premiere elt celle où les pier- pelloit madre. Le même Auceur croit res sont posées les unes sur les autres que c'étoit l'onice. & les joints de niveau. L'autre elt On appelle Madreure les veines en celle qui est composée de menues bois, & les taches que certains anipierres d'inégale grandeur, jettées à maur one sur la peau. bain de mortier. Il y a une croisié- MADRIER, f. m. Mor formé apa me maçonnerie qu'on appelle maçon paremment du mot Efpagnol, qui nerie en échiquier ou à échiquicr , lorf- fignifie bois. En general on appelle que les joints des pierres font oblir madrier une planche de bois fort ques.

[blocks in formation]

ment.

ré les UC

al

es

[merged small][ocr errors][ocr errors]

vers,

épaisse. Il y a diverses sortes de ma- à toute adion secrerte & naturelle driers pour divers usages.

d'un corps ou de ses parties sur un MADRIGAL, f. m. Nom d'une autre corps. Ainsi l'on dit fort bien pecice piece de Poëtae galante , qui le magnetisme de la' sympathie. On a n'a pas de régles fixes pour le nom- fait passer aussi dans notre langue le bre ui pour la mesure des vers. Ce mot latin magnes. Les Médecins apmot vient de l'Italien.

pellent magnes arsenical une compoMADRISE, f. f. Arbre de l'Isle lition d'antimoine cru de fouifre Madagascar, dont le bois eft de cou- jaune & d'arsenic blanc, qui préserleur violècte au centre du tronc. te de la peste & des odeurs malignes

MAESTRAL, f. m. Nom qu'on par la vertu magnetique. donne sur la Méditerranée au vent MAGNEY, 1, m. Arbre des Indes qui se noinme Nord-Onest sur l'océan. Occidentales dont les feuilles donIl s'appelle au ili Galliege. On dit que nent une espece de chanvre , dont on la Boullolle maeftralise, lorsque l'ai- fait de la ficelle & des cordes

. Ces guille aimantée tournant du Nord à feuilles sont épineuses & canelées. l'Ouest , la variation devient occi- L'arbre s'éleve d'environ vingt pieds. deorale.

Sa moclle sert aux Peintres & aux
MAGA, C. m. Arbre des Indes Sculpteurs.
Occidentales, dont le bois est extrê- MAHALEB, f. m. Mor Arabe
nieinenc dur & n'est pas sujet aux qui est le nom d'une plante dont les

noyaux s’employent pour les savons
MAGDALON, s. m. Mot tiré du odoriférans & autres compositions
grec, dont on a fait le nom d'un pe- des Parfumeurs. Elle elt aussi de quel-
cit couleau d'onguent , ou d'autres que usage en Médecine.
drogies qui se vendent chez les. Apo- MAHONNE f. f. Nom d'une
tiquaires.

perite galeafle Turque, moins granMAGISTERE, 1. m. Nom que de

que

les nôtres. donnent les Cliymistes à un corps MAHOT, f. m. Arbrisseau mamixte exalté & perfc&ionné par des récageux d'Amérique, dont l'écorce opérations & des mêlanges qui le coupée en aiguillettes sert de cordes déchargent de les impuretés sans al- aux Habitans, sur-tout pour lier le térer beaucoup sa substance. Magis- tabac, & pour attacher "les roseaux tere de souffre. Magistere de cartre. sur les toîts des cabanes. Magistere de perle & de coraux. MAHUTE, f. f. Terme de Fau

NAGMA, f. m. Mor formé du connerie, qui se dit du haut des aîgrec, qui signifie en langage de Phar- les proche du corps, dans les oiseaux macie, ce qui reste au fond des vais- de proie. seaux où l'on a fait un onguent ; la MAJEUR , adj. Mor tiré du lalie, le marc.

tin, qui signifie plus grand , mais qui MAGNESTRE f. f. Espece de prend différentes acceptions en Franpierre , ou de folile noir , qui encre gois. On appelle majeur , celui qui dans la composition du verre , pour est parvenu à l'âge ou les loix perlui donner de la blancheur, mais qui mettent de disposer de son bien & produit un effet contraire fi on lyde soi-même. C'est vingt-cinq ans. fait encrer en trop grande quantité. Nos Rois sont majeurs à quatorze ans. On fait dissoudre ausii la Magnestre Ton maieur, en musique, est celui pour en peindre les pors de verre, qui passe le con mineur d'un demiauxquels elle donne une couleur ton. On appelle majeure ordinaire , en bleue.

termes de Sorbonne , l'acte de TheoMAGNETISME, f. m. Mor for- logie qui termine la licence , & où l'on mé du substancił laciu qui signifie ne soutient que de la positive pendanc pierre d'aimant. On appelle magnetis tout le jour. En termes de Logique me, la vertu par laquelle l'aimant on appelle majeure la premiere proattire le fer , & l'on a étendu ce som position d'un Syllogisme.

MAIGUES

MAIGUE , I. m. Poisson de la jor de Brigade. Major d'un Régiment Méditerranée que les Italiens ap- de Cavalerie ou d'infanterie. Major pellent Umbrino.

d'une Place de guerre. MAILLE, f. f. Petite monnoie de MAJORASQUE, f. m. Mot tiré cuivre qui n'est plus en usage, mais de l'espagnol, qui signifie un droit qui valoit la moitié d'un denier. Les d'aîneile en Espagne , par lequel les Lorrains ont eu une monnoie d'or aînés des Ducs & des Grands succé-, qui se nonimoit maille de Lorraine, dent aux principales terres de leuc On appelle maille , dans un perdreau, Maison , sans aucun partage avec les les taches qui se forment sur son plus cadets. mage lorsqu'il commence à fe förti- MAJORDOME, f. m. Mor tiré fier. Un Perdreau maillé, est un per- de l'italien & composé du latin. C'est dreau de bonue grandeur. En termes un titre d'officier domestique , qui de Blason, maille se dit d'une boucle gouverne l'intérieur d'une maison. ronde fans ardillon. Maille de filet elt On donne aussi ce nom , sur mer, un petit quarreau dont on donne la uu Officier de galere qui a soin des forme à la ficelle. En ce sens, mailler vivres. fignifie faire des mailles de filet. Mail- MAIRAIN, I. m. Nom qu'on ler en losange. En termes de Jardi- donne à de petites planches de bois nage, mailler, c'est tracer en grand, de chêne refendu , dont on fait des sur le terrain, un dessein graticulé panntaux & d'autres ouvrages de me de parterre. On appelle fer maillé, un nuiserie , & aux petites piéces de bois treillis dormant de barreaux de fer, dont se font les conneaux. dont les mailles sont quarrées ou en MAIRE, f. m. Moc formé de Man losange.

jor, comparatif latin qui signifie Plus MAIN DE JUSTICE, f. f. Nom grand. C'est le titre du premier Officier qu'on donne à une especé de sceptre, d'une Ville. Le Maire est à la tête des terminé par la figure d'une main d'y- Echevins. L'origine de ce non est d'aua voire, qu'on met dans la main de tant moins douteuse, que dans plunos Rois lorsqu'on les peint avec leurs fieurs villes de Picardie on dit Mayeur.

Anciennement le Maire du Palais étoić MAIN-MORTE, f. f. Terme de le premier Officier de la Couronne. Droit civil & canonique. On appelle MAL, s. m, Mot tiré du latin Gens de main-mcrte tous les Corps Ec- qui signifie douleur , infirmité, acciclésiastiques, soit séculiers ou régu- dent fächeux, de corps ou d'esprit. liers, qui sont censés ne pas mourir En y joignant d'autres mots, on en parce qu'ils se renouvellent conti- a fait le nom de plusieurs especes par• nuellement. On dir d'un fief ou d'un ticulieres de maladies. Ainsi mal de héritage , qu'il est en main - morte, mere eft une suffocation qui arrive lorsqu'il combe dans cette condition, aux femmes lorsque la matrice rea parce qu'il devient alors inaliénable monte. Mal de cæur est un soulevemais ce privilége vient d'être modifié ment de cour, causé par quelque dépar une ordonnance du Roi. Voyez goût. Mal de mer est un désordre A MOÂTISSEMENT. Il y avoit autre- d'estomac , qui produit , fur mer, des fois, dans quelques Provinces, des fa- vonnissemens & des agitations forc milles qui se nommoient Main-mortes, violentes dans ceux qui ne sont pas parce qu'étant de condition Serve, accoutumés à la navigation, Mal de tout ce qu'elles possédoient retour- terre est le scorbut. Mal de rate est noit au Seigneur dans certains cas. une maladie causée

par les

vapeurs MAJOR, . m. Mot purement la- qui s'élevent de la race au cerveau. tin, qui signifie Plus grand , & dont Mal d'enfant est le travail d'une femon a fait le titre de divers Officiers me qui accouche. Mal caduc , ou le militaires dont les fonations regar- baut-mal, est l'épilepfie. Mal de Nadent la discipline & le commande- ples est la grosse vérole, que les an ment. Major général de l'Arméc. Ma- glois appellent mal de France ou mal

habits royaux.

Dd

François. Mal d'avanture est une pe- blanche & d'un goût piquant ; fa tite aposthume aux doigts, causée or graine est noire. dinairement par quelque piqûure, &c. MALANDRES, f. f. Nom que En terines de Fauconnerie , mal subtilles Charpentiers donnent à certains est une espece de caterre, qui tombe næuds pourris qui se trouvent dans dans la mulette des oiseaux & qui les le bois à bâtir. En toisant les piéces empêche de digérer.

aux Marchands, on rabbar les maMALABATHRUM, . m. Huile landres. C'est aussi le nom d'une maaromatique , que quelques-uns con- ladie des chevaux, qui consiste dans fondenr avec le Nard des Indes, & des galles au pli du genou, d'où il qui se tire d'un arbre de même nom coule des eaux mordicantes, lorsdans le pays de Malabar. D'autres qu'elles viennent à crever. prétendent que le véritable Malaba- MALEBESTE, 8. f. Instrument de thrum est une feuille qui a son espece mer, qui se nomme aussi petarasse. propre, & qui croît dans les marais c'est une hache à marteau, qui fere des Indes , où elle nage sur l'eau sans particulierement à pousser l'étoupe en racine.

calfarant un vaisseau. MALACHITE, f. f. Mor formé MALETOTE, f: f. Vieux mor, du fubftantif grec qui signifie Mauve. qu'on croît formé du latin, en faiC'elt le nom d'une pierre précieuse sant venir tộte du verbe qui signifie dont la couleur tire un peu sur celle lever. Ainsi maletộte signifieroit ce de la Nlauve, & tient le milieu entre qui est mal-levé, c'est-à-dire , injuf. celle du Jaspe & celle de la Turquoise. tement. Aussi le peuple donne-t-il ce On en distingue plusieurs fortes, dont nom aux impôts qui lui déplaisent, la plus estimée est celle qui approche & le nom de Maletotiers à ceux qui le plus de la Turquoise.

s'enrichiffent en les levant. On lic MALACIE, 1. f. Mot grec, qui dans le Di&ionnaire de Nicod , à l'ocsignifie mol ou plûtôt mollesé , & calion de Maletôte:“De ce nom fut dont les Médecins ont fait le nom dir cet impôt que Nicolas Gilles , d'une maladie de l'estomac, qui fait en la vie du Roi Philippe le Bel, désirer vivement certains mêts usi- nomme exaction grande & non actés, & qui en fait manger avec ex- ,, coutumée, qui fe fit l'an 1296 par cès.

» le Royaume de France , pour le MALACTIQUES,f.m. Mot grec, fait de la guerre contre les Anqui signifie ce qui a la vertu d'amollir. „ glois ; premierement sur les MarC'est le nom qu'on donne aux médi- chands & Laiz seulement, puis sur camens qui ont cette propriété, tels le centiéme , & derechef sur le cinque la mauve,

la graine de lin , &c. „ quantiéme de tous les biens, tant MALADIES SATURNIENNES des Laiz

que

des Clercs. f. f. On donne ce nom au scorbut, MAL-FACON, f. f. Mor comau mal bypochondriaque , à la goutte posé, qui se dir, en termes d'Art, vague & à la mélancolie bypochondria- des défauts qui se trouvent dans la que; ce qui vient apparemment de façon d'un ouvrage. Ainsi un Coula Planére de Saturne , que les Astro- vreur qui emploie de la tuile mal logues croient seche , froide & mal- cuite , un Charpentier qui met en faisante , parce qu'elle est la plus éloi- euvre du bois défectueux, un Serrugnée de la terre & celle dont le moy- rier qui en ploie du fer aigre ou cenvement paroît le plus lent.

dreux &c. font accusés de malMALAGUETTE, f. f. Efpece de façon. poivre, qui se nomme aussi graine de MALHERBE, f. f. Herbe comParadis , à cause de ses excellentes mune dans nos Provinces méridiopropriétés, & grand Cardamome. Il a nales, qui a l'odeur forte , & qui donné son nom à une côte occiden- fert aux Teinturiers. tale d'Afrique, où il en croît beau- MALICE, f, f. lat. Vogen MALIO coup. Son fruit est rouge ; la chair GNITE',

[ocr errors]

ور

« AnteriorContinuar »