Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small]

CONGRIGATIONS DE SAVI GNI, DE S. SULPICS

ET DE CA.

Des Congregations de Savigni , de saint Sulpice de

Rennes, & de Cadouin , fondées par les Bienheureux DOUIN. Vital de Mortain, Raoul de la Futaye, Geraud de

Sales, Disciples du Bienheureux Robert d'Arbrifsel. N

Ous avons dit ci-dessus dans le Chapitre XI!. que

le Bienheureux Robert d'Arbrissel, après avoir fonde son Ordre , voulant continuer ses Millions Apoftoliques, s'étoit associé ses anciens Disciples Vital de Mortain , Raoul de la Futaye, & Bernard d’Abbeville, & que les uns & les autres aïant fait plusieurs Disciples, ils les partagerent ensemble,& fonderent chacun une Congregation differente. Vital de Morrain se retira en Normandie, où il fondą l'an 1112. l'Abbaïe de Savigni, qui a pris le nom d'une forêt, où ce saint Fondateur avoit déja rassemblé quelques Disciples dès l'an 1105. Il nâquit vers le milieu du onziéme siécle au village de Tierceville, à trois lieuës de Bayeux. Son pere se nommoit Reinfroi , fa merc Robarde. Ils avoient du bien, qu'ils faisoient cultiver , & ils en emploïerent la meilleure partie en charités, particulierement à exercer l'hospitalité. Dès que Vital fut en état d'étudier, ils lui donnerent un Maître, qui l'instruisit dans la pieté & les Lettres ; & dèslors il étoit fi grave , que ses Compagnons l'appelloient le petit Abbé. Après les Humanités , il quitta ses parens pour chercher d'autres Maîtres , & fic un grand progrès dans les sciences : puis étant revenu chez lui, il fut ordonné Prêtre, & devint Chapelain de Robert Comte de Mortain, frere uterin du Roi Guillaume le Conquerant. Le Comte donna à Vital une Prébende de la Collegiale qu'il venoit de fonder dans la ville en 1082.

Environ dix ans après Vital désabusé de la vanité du monde , voulant obéir à Jesus-Christ , qui dans son Evangile établit la perfection sur le renoncement à toutes choses, quitta ses Benefices, vendit son bien, le donna aux pauvres, & se retira dans les rochers de Mortain, où il reçut aussi-tộc vec lui d'autres Ermites , qui voulurent l'imiter. Mais il y

GATIONSDE

ET DE CA-
JUIN..

CONGRE: demeura peu : car en 1093. il alla trouver Robert d'ArbrisS-VIGNI, DE

sel dans la forêt de Craon en Anjou , où le nombre des DisS, SULPICE, ciples de ce saint Fondateur de Fontevraud augmentant tous

les jours, il fut obligé de les disperser dans les forêts voisi-
nes, les aïant séparés en trois Colonies , dont il en recint une
pour lui, & donna les autres à Vital & à Raoul de la Fu-
taye. La forêt de Fougeres à l'entrée de la Bretagne, fur où
se retira Vital avec la Colonie, qui s'y dispersa en plusieurs.
endroits , où ils firent séparément les uns des autres des ca-
banes
pour

se

mettre à couvert des injures du tems.Raoul, qui en étoit Seigneur , les y souffrit quelques années ; mais, comme il aimoit passionnément la chasse , craignant que ces Ermites ne dégradassent la forêt, il aima mieux leur abandonner celle de Savigni vers Avranches : ce qui aïant été accepté par Viral & toute sa troupe, ils abandonnerent la forêt de Fougeres , & viprene s'établir dans celle de Savigni. Ces nouveaux Ermites avec ceux qui y étoient déja , se trouvant au nombre de cent quarante & plus, désirerenc vivre en commun, & engagerent Vital à demander à Raoul de Fougeres quelques restes d'un vieux château près du bourg de Savigni. Ce Seigneur par une genereuse pieté,peu ordinaire dans ces derniers siécles, lui donna non seulement le sruines qu'il demandoit , mais toute la forêt pour y bâtir un Monastere sous l'invocation de la sainte Trinité,& l'Acte: de la donation fur paffé au mois de Janvier 1112. Turgis , Evêque d'Avranches , y souscrivit avec les Seigneurs du païs

. Henri Roi d'Angleterre étant à Avranches, dont il étoit pour lors le Maître, confirma la donation par ses Lettres du second jour de Mars, & Paschal II. par la Bulle du vingt-troisiéme, où il accorde à cette Eglise le privilege de: n'être point comprise dans l'Interdit général jetté sur tout le Diocéłe. Vital donna à la Communauté la Regle de saint Benoît , avec quelques Constitutions particulieres , & ilsprirent l'habit gris. Le nombre des Moines augmenta bien. tôt, & Savigni devine un des plus célébres Monasteres de: France.

Le Pape Calixte II. aïant assemblé tin Concile à Reims l'an 1119.auquel il présida, Vital s'y trouva,& y prêcha avec tant de force, que ce Pontife déclara que personne jusqueslà ne lui avoit si bien represencé les obligations des Papeso.

Il lui fit des presens, & écrivit en sa faveur aux Evêques du CNC reMans & d'Avranches, aux Comtes de Mortain, & aux Sei-SATIONSJE gneurs de Fougeres & de Mayenne. L'année suivante 1120. S. SULPLE, Vital transfera en un lieu plus éloigné les Religieuses qui pouIN. étoient à la

porte

de son Monastere : car à l'exemple de Robert d'Arbrissel, il l'avoit fait double , d'hommes & de femmes , & celui où il plaça ces Religieuses fur appellé dans la suite des Blanches-Dames. Il prêcha la même année en Angleterre, & y fit quantité de conversions. Enfin l'an 1122. il tomba malade dans le Prieuré de Dampierre, que le Roi Henri I. Roi d'Angleterre & Duc de Normandie lui avoit donné trois ans auparavant. Aprés avoir reçu les Sacremens de l'Eglise le lendemain, qui étoit le seiziéme de Septembre, il se trouva le premier à l'Église pour Matines , & après les avoir chantées & commencé l'Office de la Vierge, il expira saintement. Sa Vie fut écrite par Etienne de Fougeres, Chapelain d'Henri II. Roi d'Angleterre, & depuis Évêque de Rennes. Son successeur fut Geofroi, qui gouverna l’Abbaïe de Savigni pendant dix-sept ans, & qui a été mis au nombre des Saints. Il étoit natif de Bayeux, & avoit été Moine dans l'Abbaïe de Cerisi au même Diocese : mais le desir d'une plus grande perfection, l'en fit sortir avec Serlon, qui lui fucceda dans la fuite , & ils entrerent à Savigni sous la conduite de Vital de Mortain. Trois ans après il en fut fait Prieur,& enfin élu Abbé, malgré la resistance. Il augmenta l'austerité de l'Observance, quoiqu'elle fût considerable, & fonda un grand nombre de Monasteres,entr’autres,les Vaux de-Cernai, au Diocese de Paris en 1128. Foucarmont, au Diocese de Rouen en 1130. Aulnai, au Diocese de Bayeux en 1131. & quelques-autres en Angleterre. Il mourut l'an 1139.

Son successeur fut Evan Langlois , narif d'Avranches, qui avoit été un des premiers Disciples de saint Vital; mais il ne gouverna qu'un an , & Serlon de Valbodon lui succeda l'an 1140. 11 fonda quatre Abbaïes, entr’autres, celle de la Trape, au Diocese de Seés , qui s'est renduë si célébre par la réforme dont nous avons parlé ci-dessus. Ilassembloit régulierement tous les ans les Chapitres Généraux. Mais voïant que quelques Abbés d’Angleterre s'en absentoient, il refolur avec les Abbés de France,& quelques An.

[ocr errors]

GATIONS DE

SAVIGNI,DE

[ocr errors]

Concre- glois, de se donner à faint Bernard avec toute la Congrega

tion , pour être de la filiation de Clairvaux. Il vint pour ce ŞI SULPICE, sujet au Concile de Reims qui se tint l'an 1148. auquel le VOUIN.° Pape Eugene III. qui étoit pour lors en France, présida. S.

Bernard présenta à ce Pontife les Abbés Serlon & Osmond,
& ils furent admis au Chapitre Général de Cîreaux par l'en-
tremise de ce Saint. La Congregation de Savigni étoit alors
composée de trente-trois Abbaïes, sans les Maisons de Fil-
les. Le Pape Eugene confirma cette union par une Bulle
donnée à Reims le onziéme Avril 1148. Il y eut des Abbés
d'Angleterre qui s'y opposerent ; mais après bien des con-
testations, tous se soumirent à Clairvaux; & cette union fuc
faite à condition que l'Abbé de Savigni seroit toûjours Pere
immédiat de ces trente-crois Monasteres. Il y a quelques
Auteurs qui n'en mettent que trente.

Asturus du Moustier, Neuftria pia. Chron. Savig. Baluze,
Miscell. Pavillon ,Vie de Robert d'Arbriffel. Angel. Manriq.
Annal. Cister. Sainte-Marthe, Gallia Christiana. & Fleury,
Hist

. Eccles. Tom. XIV. pag. 170.6 291.
La Congregation que fonda le Bienheureux Raoul de la
Futaye avoit plus de rapport avec celle de Fontevraud: car
les hommes y étoient aulli soumis aux Filles. Il alla en Bre-
tagne, & bâtit dans la forêt de Nid-de-Merle l’Abbaïe de
saint Sulpice, vers l'an 1117. On ne sçait point qui en fut
d'abord Abbesse. La premiere dont on air connoissance, est
la Princesse Marie,fille d'Etienne de Blois Roi d'Angleterre,
laquelle mourut l'an 1156. Les Religieux qui administroient
les Sacremens à ces Filles, avoient leur habitation près du
Monastere , & recevoient d'elles toutes les necessités de la
vie. Ils étoient en assez grand nombre, & on les appelloit
Condonats.

Le Pere Lobineau , dans fon Histoire de Bretagne , asane
dit que cet établissement subsistoit encore au quatorziéme
siécle, on pourroit croire qu'il ne subsistoit plus dans le quin-
ziéme : cependant il paroît par la profession d'un Religieux
de cet Institut , faite en 1585. qu'il subsistoit encore sur la
fin du seiziéme. Elle est rapportée en ces termes par Pavil-
lon, dans la Vie du Bienheureux Robert d’Arbrillel : Ego
Petrus Bertrand, Presbyter Parochie de Chancio, Rhedon.Die-
cesis, à longo tempore manens atque permanens , in hoc Mo-

nasterio

GATIONS DE

#afterios.Sulpicii, Rhed.Diæcesis Ordinis S. Benedicti promitto CONGRES atque juro , omnipotenti Deo, B. M. & S. Benedicto ; nec non

SAVIGNI, DE Venerande D. Gabriela de Mores,humili Abbatifle P. Mona- S. Sulpice, sterii & fuccefforibus fuis obedientiam , reverentiam , cufti- Douan, tatem o paupertatem , ujque ad mortem, tefte meo Chirographo hic apposito die 19. menfis Februarii anni Domini 1585

Le Monaftere de Loc-Maria, fondé par Alain Cagnart, Comte de Cornoüaille , comme nous l'avons dit ci-dessus dans le Chapitre XlI. fut donné à lainc Sulpice par Conan II. Duc de Bretagne, & -Maltide fon épouse. Du vivant de Raoul de la Futaye, la Fontaine faint Martin lui fut aussi donné par Foulques Comte d'Anjou , & fa femme Eremberg , & le Prieuré de la Fougereuse en Poitou , par Guil laume Evêque de Poitiers. A l'exemple de saint Sulpice, on établic aussi des Religieux aux Coëts pour diriger les Religieuses. Ce Monastere, qui fut aussi donné à l'Abbaïe de faint Sulpice, fut fondé

par

Hoël Ill. Comte de Nantes, l'an 1149. en faveur de sa fille qui s'y consacra à Dieu en présence de Brice, Evêque de Nantes, de Salomon, Evêque de Leon , & de plusieurs Seigneurs qui reconnoissoient pour Duc de Bretagne ce Prince,

qui avoit été désavotié l'année
précedente par Conan III.pour son fils à l'article de la mort,
quoiqu'il eût passé pour tel jusques-là : ce qui causa une
guerre civile en Bretagne. Les Papes Calixte II. Eugene
III. & Innocent IV. mirent l'Abbaïe de saint Sulpice sous
la protection du saint Siege. Tous les Monasteres qui en dé-
pendoient sont énoncés dans la Bulle d'Eugene de l'an 1148.
qui défend aussi aux Religieux de ce Monaftere d'en sortir
après y avoir fait profession, fans la permission de l’Abbesse

& du Chapitre. Depuis que le Pape Eugene III. eur accor-
dé cette Bulle , le nombre des Monasteres augmenta,comme
on a va

par

la fondation de celui des Coëts. Cette Abbaïe avoit de grandes dépendances dans les Diocéses de Nantes, de Rennes, de Vannes , de Quimper & de saint Malo. Pavillon dit avoir vû une Bulle du Pape Alexandre II 1. qui. marque que cette Congregation s'étenduit jusqu'en Angleterre , & que

dans cette Bulle le Pape fait aufli défense aux Religieux de sortir sans la permillion de l’Abbesse: mais cette Congregation ne subliste plus,

R

[ocr errors][ocr errors]

Tome V1,

« AnteriorContinuar »