Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

qui n'est pas impossible puisque ce Sacrement n'est pas un Congar. obstacle au troisiéme Ordre seculier dont on peut embrasser Mhlen. les Observances sans être obligé au célibat puisqu'il y a eu des Empereurs, des Rois, des Reines , des Princes , & des Princesses , qui nonobstant les engagemens du mariage se sont fait un honneur de professer cet Regle & de porter l'habit de l'Ordre. Ce qui est certain , c'est que si les Religieux de saint François manquent

de buer cette Sainte, ceux qui suivent Bollandus aufli-bien que M. Bailler en manquent aussi pour la disputer à cet Ordre.

Bollandus, Tom. 2. Mart. ad diem x. Giulio Orsini , Vita della. B. Francesca. Baillet, Vies des Saints. 9. Mars. Philippe Bonanni,Catalog. Ord. Relig. part. 2. Joan. Maria Vennoner. Annal. 3. Ord. S. Francisci; Memoires envoiés de Rome.

preuves solides

pour s'attri

CH A P I T R E .XX VII.
Des anciennes Congregations de Molck e d'Autriche , ou

il est parlé des Congregations qui subsistent presentement

en Allemagne. LA

A célébre Abbaïe de Molck, appellée vulgairement

Melek , située en Autriche sur le Danube , & du Diocèse de Passaw, a donné son nom à une Congregation de Benedictins en Allemagne. Leopold I. Marquis d'Autriche, fur le Fondateur de cette Abbaïe. Ce Prince, après avoir pris possession de l'Autriche, qui lui avoit été donnée par l'Empereur Henri I. lan 928. selon quelques Auteurs , & selon d'autres l'an 933, à condition qu'il s'opposeroit aux Hongrois, qui faisoient souvent des incursions dans l'Empire, le vit d'abord obligé de porter ses armes contre ses nouveaux Sujets , dont il y en avoit quelques-uns qui ne vouloient pas le reconnoître pour Souverain. Les habitans de Melek, qu'on nommoit pour lors Eisenburg , furent de ce nombre : mais le Marquis d'Autriche les aïant obligés par la force des armes à se soumettre à son obéissance, il établit dans ce lieu la Capitale de les Etats , & y fit sa demeure aussi bien que ses successeurs, jusqu'en l'an 1110. que la ville de Vienne fut reconnuë pour la Capitale de l'Autriche. Leopold fic bâtir à Melek une Eglise, qui fut dédiée en

Ee

Tome VI.

CONGRE.

[ocr errors]

MELEK.

l'honneur de saint Pierre & de faint Paul. Il y mit douze GATION DE Chanoines Seculiers,qui y demeurerent jusqu'en l'an 1689.,

que Leopold 11. surnommé le Bel , les en ôla,& substitua en leur place des Moines Benedidins, qu'il fit venir de l’Abbaïe de Sublac en Italie, ausquels on donna pour premier Abbé Sigil-old. Il y en a qui prétendent que par les soins de cet Abbé, il se forma dès lors une Congregation de quelques Monasteres de l'Ordre de saint Benoîc en Allemagne , qui reconnurent pour Chef l’Abbaïe de Melek: mais on n'en apporte aucune preuve;le Pere Anselme Schramb, Religieux de cette Abbaïe, qui en a donné la Chronique en 1702. reconnoît qu'on ne trouve aucun titre qui puisse le justifier ni donner une connoissance certaine de cette Congregation. Il est vrai qu'il dit qu'il croit qu'elle a sublisté; mais il n'est fondé en cela

que sur le témoignage de quelques Auteurs modernes , entr’autres, de Nicolas Sezygliescki , qui dans son Aquila Polono-Benedictina , a avancé que cette Congregation avoit été instituée par l'Abbé Sigisbold l'an 1122. & qu'elle avoit fleuri dans plusieurs Monasteres d'Allemagne. Mais il avouë en même tems que cet Auteur s'est trompé, en faisant Sigisbol Instituteur de cette Congregation l'an 1122. puisqu'il étoit mort dès l'an 1 116. Ascagne Tambourin & quelques autres ont dit aussi qu'elle fuc instituée par Sigisbold l'an 1122. & ils ont ajoûté que l'Eglise de Melek fut consacrée par le Pape Calixte II. C'est encore une erreur que le Pere Schramb refute, puisque, selon lui, ce fut Ul. daric Evêque de Passaw, quí la consacra l'an 1093

&

que dans l'année 1122. que l'on prétend que cette Consecration se fit par Calixte II. ce Pontife confirma à Rome les Exemptions qui avoient été accordées à cette Abbaïe. Toutes ces contrarietés font bien voir qu'on ne peut faire aucun fond sur l'autorité de ces Ecrivains, & que tout ce qu'ils disent peut

donner aucune certitude de cette Congregation. Mais supposé que l'Abbé Sigisbold en eût veritablement formé une, qui prit le nom de Melek , elle ne subsista pas long.tems ; celle dont nous parlons ici,& qui a porté ce nom, ne commença que plus de trois cens ans après la mort de cer Abbé, au tems du Concile de Constance, qui fut ouverc l'an 1414

& elle doit son commencement au zele & à la piecé d’Albert V. Archiduc d'Autriche,qui fut enfuite Roi

ne

[ocr errors]

MELEK

l'on com

de Hongrie & de Bohême , & enfin Empereur sous le nom CONGRE-
d'Albert 11. Ce Prince qui avoit envoïé des Ambassadeurs CATION DE
au Concile de Constance, aprés l'élection qui y fut faite de
Martin V. pour souverain Pontife, leur ordonna de le fe-
liciter de la part, & de lui demander des Commissaires
Apostoliques pour réformer les Monasteres des Ordres de
saint Augustin & de saint Benoîc , situés dans les Etats. Ce
Pape lui accorda la demande, & nomma l'an 1418. pour
Commissaires Apostoliques Nicolas de Mazen , auquel il
joignit cinq Religieux Benedi&tins, Profés du Monastere de
Sublac en Italie. Comme l’Abbaïe de Mele K étoit la plus
considerable de l'Autriche, ce fut

par
elle

que
mença la réforme, dans l'esperance que l'on eut que les au-
tres, à son exemple, la recevroient volontiers;& a fin de mieux
l'affermir, le même Nicolas de Mazen fut élu Abbé de Me-
lek

par autorité, Apostolique, après la démission volontaire de l'Abbé Jean de Flemming;les cinq Religieux qui étoient venus avec lui pour établir cette réforme, furent incorporés à ce Monastere ; & comme ils étoient Profés du Monastere de Sublac, & que celui de Melek avoit d'abord été formé par des Religieux que le Marquis d'Autriche Leopold I. avoit fait ausli venir de cette Abbaïe, le Réformateur jugea à propos de faire observer à Melek les mêmes Constitutions que l'on gardoit à Sublac, & elles furent reçuës par toute la Communauté, composée de ces cinq Religieux envoïés par le Pape, de huit anciens Religieux, & de quatre autres qui y étoient entrés pour y vivre dans une Observance plus reguliere. Plusieurs Monasteres d'Allemagne se foumirent aux mêmes Loix, & quelques-uns eurent pour Abbés des Religieux, qui furent tirés de celui de Melek , entre lesquels furent ceux d'Obemburg, de Celle-Marie, des Ecosfois de Vienne, & un en Istrie. Ils se disoient tous de la Congregation de Melek, quoiqu'ils ne dépendissent point de cette Abbaïe , & qu'ils ne fussent point unis ensemble sous un Chef:ils fecontentoient d'avoir les mêmes Observances, & s'ils avoient besoin de visite, ils avoient recours au Pape pour avoir des Visiteurs, ou bien 'les Princes dans les Etats desquels étoient situés ces Monasteres,en demandoient euxmêmes , lorsque le relâchement commençoit à s'y introduire. Ceux de l’Abbaïe de Melek pour maintenir leur

ATION DE
MFLEK.

Congre. Réforme, demanderent une visite Apostolique l'an 1450.

au Pape Nicolas V. qui leur donna pour Visiteurs l'Abbé de Celle-Marie, le Prévôt de sainte. Dorothée de Vienne, & le Prieur de la Chartreuse de Maurbach. Ils firent de nouvelles Constitutions; mais peu differentes des premieres qu'ils avoient reçuës au commencement de leur réforme. L'on ne changea rien de tout ce qui regardoit le cérémonial & la récitation de l'Office Divin, & les unes & les autres ne tendoient qu'à faire observer la Regle de saint Benoît dans toute fa pureté , l'usage de manger de la viande certains jours de la semaine n'aïant pas été encore introduit dans les Monasteres de l'Allemagne, qui n'obtinrent ce privilege qu'envirọn cent ans après. Cette vifite de l'Abbaïe de Mele k fuc cause que le Cardinal de Cula, Legat du même Nicolas V. en Allemagne , voïant que l'Observance Reguliere étoit fort relâchée dans les Monasteres de l'Ordre de faint Benoît, du Diocese de Salczbourg,nomma des Commissaires l'an 1451. pour les réformer. Les Visiteurs députés par ce Legat, furenç les Abbés de Celle-Marie, & de saint Martin des Ecoffois de Vienne, avec un Religieux de l’Abbaïe de Melek. L'année suivante on fit aussi une visite dans l’Abbaïe de Celle-Marie , qui fut faite par l'Abbé de Mele K,& de saint Martin des Ecoslois de Vienne,

L'Abbaïe de Melek se maintenant toûjours dans la ferveur & l'Observance exacte de la Réforme qu'elle avoit embrassée, plusieurs Abbés d'Allemagne résolurent de former ensemble une Congregation sous un Chef, d'embrasser les Obseryances de Melek, & de se conformer entierement pour

les cérémonies & la célébration de l'Office Divin à celles qui se pratiquoient en ce Monastere. Dès l'an 1460. ils avoient fait quelques tentacives pour procurer cette union, & ils tinrent encore pour ce sujet des Chapitres Provinciaux en 1464. 1467. & 1470. mais dans ce dernier qui fut tenu à Erphord,& où dix fept Abbés des Diocèses de Salczbourg, de Frifingué, de Pallaw,de Brixen,d'Ausbourg & de ConItance se trouverent ou envoïerent leurs Procureurs. Il fue resolu que comme la réforme avoit commencé dans le Monastere de Melek, tous les autres Monasteres s’y conformeroient pour le cérémonial Ecclesiastique & la récitation de l'Office Divin. Ils ne s'arrêterent qu'à cet Article, quai

« AnteriorContinuar »