Imágenes de páginas
PDF
EPUB

GATION DE

[ocr errors][merged small]

Congrte changer de vie,jugea qu'il seroit plus à propos de donner une
BURSFELD.

autre Abbaïe à Jean de Meden afin qu'il pût contenter son
zele & executer le jurement auquel il s'étoit obligé: c'est
pourquoi l'Abbaïe de Cluse au Diocese d’Hildesheim ve-
nant à vaquer, elle l’en fit pourvoir. Ilprit possession de ce
Monastere : & la premiere chose qu'il fit , fut de proposer
à ses Religieux de vivre conformément à la Regle de saint
Benoît & à l'observer dans sa pureté ; ceux-ci ne furent pas
plus portés pour la Réforme , que l'étoient ceux de Rhein-
hausen,& aimerent mieux sortir de leur Monastere, que de
se foûmettre aux austerités d'une Regle qui leur étoit in-
connuë, quoiqu'ils en eussent voüé les Observances ; l'Abbé
Jean n'aïant plus d'obstacles à ses desteins donna l'habit
à quelques Novices,les forma de bonne heure à la pieté , &
leur fit pratiquer des Observances exactes, conformes à la
Regle dont ils vouloient faire profession. Il n'en reçut pas un
grand nombre à cause de la pauvreté de la maison: car quoi-
qu'il obtînt encore du Duc de Brunsvick le Monastere de
Bursfeld , cette nouvelle acquisition n'augmenta pas dayan-
tage fes revenus , puisque ce Monastere étoit fi ruiné qu'il n'y
restoit aucune trace des lieux Reguliers , l'Eglise servoit
d'étable aux bêtes , tous les biens avoient été dissipés par les
Religieux qui avoient été obligés de les abandonner, & il
n'en restoit qu'un seul qui pour tout bien , n'avoit qu'une
vache, dont il tiroit sa principale nourriture. Ce Monastere
avoit été fondé dès l'an 1098.par Henri Comte de Northeim.
La beauté de la situation dans une solitude entourée de bois
& arrosée de plusieurs ruisseaux , engagea l’Abbé de Cluse
à demander ce lieu ruiné au Duc de Brunswick , & l'aïant
obtenu , il y vint demeurer avec quelques Religieux & y
continua la Réforme qu'il avoit commencée à Clule. A juger
de l'état de ces deux Monasteres de Bursfeld & de Cluse par
leur pauvreté, on n'auroit jamais pû s'imaginer qu'ils deus-
fent être rétablis : mais Dieu qui promet l'abondance de
les benedictions à ceux qui s'abandonnent à la divine provi-
dence,en ordonna autrement: car la régularité des Religieux
qui vivoient sous la conduite de l'Abbé Jeun , leur attira de
toutes parts des bienfaits considerables qui les mirent en état
non seulement d'y subsister com nodément, mais encore d'y
entretenir un grand nombre de Religieux.

BURSFELD

Il y avoir dans ce tems un autre Abbé appellé austi Jean, CuNGREqui gouvernoit le Monastere de saint Mathias de Treves. GATION DE Othon Archevêque de Mayence l'avoit tiré de l'Ordre des Chartreux

pour lui faire prendre l'habit de celui de saint Benoît , afin qu'il réformât ce Monastere. Il en étoit venu à bout après plusieurs peines & plusieurs fatigues , & même au peril de perdre la vie , à laquelle les Religieux qui ne vouloient point entendre parler de Réforme , avoient fouvent attenté , &afin que la régularité qu'il y avoit établie, nc fût point alterée par des changemens,il avoit dressé des Constitutions qui y étoient observées avec beaucoup d'exactirude.

L'Abbé de Cluse aïant entendu parler de cette Réforme, alla à Treves pour prendre conseil de l'Abbé de saint Mathias , & après avoir vû ses Constitutions , il le pria de lui donner quatre Religieux pour venir à Bursfeld donner la derniere perfection à la Réforme qu'il avoit commencée. L'Abbé de saint Mathias lui accorda la demande, & en peu de tems le Monastere de Bursfeld devint en si grande réputation que plusieurs Monasteres d'Allemagne voulurent embrasser la même Réforme. Le premier Monastere qui vêcut sous ces nouvelles loix , fut celui de Cluse, où la Réforme avoit pris naissance comme nous avons dit. Celui de Rhinhausen, qui n'avoit pas voulu d'abord lui servir de berceau, la reçut aussi. Ce que firent dans la suite plus de cevt quarante autres Monasteres , non seulement de la Province de Mayence , mais encore de Flandres. Mais quoique les premiers Monasteres qui reçurent cette Réforme se disoient de la Congregation de Bursfeld , ils ne formoient pas pour lors un corps foûmis à un même Chef ou Superieur Général.

L'Abbé Jean de Meden étant mort , il eut pour successeur dans le gouvernement de Bursfeld Jean de Hagen qui herita de fon zele pour le maintien de la Réforme , & qui l'étendit dans plusieurs Monasteres. Ces Abbés qui l'avoient reçuë dans leurs Abbaïes, chercherent les moïens de l'y maintenir & n'en trouverent point d'autres, que de faire union ensemble sous un même Chef , auquel tous les Monasteres Réformés & qui voudroient se réformer dans la suite , feroient obligés d'obéïr. Le Pape Pie 11. approuva cette union aussi

la résolution qu'ils prirent de tenir un Chapitre

[ocr errors]

bien que

GATION DE
BURSFELD.

CONGRE- tous les ans pour déliberer des affaires de la Congregation.

Le premier Chapitre Annuel & Général fut convoqué l'an 1464.à Bursfeld,& Jean de Hagen qui en étoit Abbé,fut élu pour premier Président de la Congregation, qui fut le nom qu'on donna au Superieur Général.

Avant cette union qui forma la Congregation de Bursfeld le Pape Pie 11. l'an 1461. avoit tenté de réunir sous une même Observance les trois differentes Réformes de Bursfeld, de Castel & de Meleck., & il avoit donné commission à l'Evêque d’Eichstet , d'assembler pour ce sujet quelques Abbés de ces Observances , afin de les faire convenir des moïens de procurer cette union : mais les uns & les autres n'y voulurent point consentir ; ceux de Bursfeld trouvoient que les observances des Congregations de Castel & de Melec K étoient trop relâchées , & les Abbés de ces Congregations ne vouloient point se foûmettre à celles de Bursfeld, qui leur paroissoient trop austeres : ainsi cette union n'eut point lieu,& toutes les diligences du Pape & de son Commissaire n'eurent point d'autre effer que celui de procurer celle de tous les Monasteres de la Réforme de Bursfeld qui formerent la Congregation de ce nom sous un Chef qui en est le Superieur Général.

L'Archevêque de Mayence fic de nouvelles tentatives pour réunir les trois Réformes , il en avoit souvent sollicité

Abbés, & l'an 1501. le Président & les Déffiniteurs du Chapitre annuel de la Congregation de Bursfeld nommerent quatre Abbés pour comparoître devant l'Archevêque lors qu'il convoqueroit les Peres de ces trois Congregations au sujet de cette union. Ce Prélar les fit venir devant lui l'année suivante 1502. mais ce fut encore inutilement. Ceux des Congregations de Castel & de Melek reprochoient à ceux de Bursfeld qu'ils avoient pris le nom d'un miserable Monastere situé dans une campagne déserte , au lieu d'avoir pris le nom d'un Monastere Roïal

. Ils n'approuvoient pas ces Chapitres annuels , ni les visites des Monasteres qu'on faisoic tous les deux ans dans la Congregation de Bursfeld. Ils regardoient comme trop austeres les jeûnes qu’on y observoit, aussi bien que le silence perpetuel ; & ils n'approuvoient pas la pratique de recevoir trois fois la semaine la discipline des mains de l'Abbé ou du Prieur,pendant les tems de l'Avent &

[ocr errors]

T.VI.P.229

Benedichi da

mont Cassin

56

е en

habit ordinaire dans la maison

« AnteriorContinuar »