Imágenes de páginas
PDF
EPUB

gouver

ladolid n’elt pas moins considerable que celle de Celle- Congre-
Neuve. Elle fut fondée par Dom Garcias Roi de Navarre QATION DE
l'an io52. à un lieu où il trouva une Image de Nôtre-Dame Lid.
proche la ville de Najara. Il y mit des Religieux de Cluni
qu'il demanda à saint Hugues qui en étoit pour lors Abbé,
& le Monastere de Najara

fut appelle Notre-Dame la Roïale.
Le Roi y unit d'abord l'Evêché de Valpuesta , voulant

que
l'Evêque fût aussi Abbé. L'Evêché de Calahore y fut aussi
uni dans la suite ; mais Dom Alfonfe V 1. rendit à la ville de
Calahore son Evêque, à celle de Najara le Diocese de Val-
puesta,& conserva Teulement à l’Abbase de Nôtre-Dame la
R:oïale les Monasteres qui lui étoient soûmis qui étoient au
nombre de plus de soixante. Ce Prince voulut que les Reli-
gieux dépendissent de l'Abbaïe de Cluni & fuflent
nés par un Prieur , ce qui dura jusqu'en l'an 1486. que les
Religieux sans le consentement de l'Abbé de Cluni , élurent
non un Prieur, mais un Abbé. L'Abbé de Cluni s'y opposa:
cette affaire fut portée à Rome, où Dom Paul Martinez de
Urugnuela qui avoit été élu Abbé de Nôtre-Dame la Roïale
de Najara reçut non seulement la confirmation de son éle-
dtion, mais obrint encore la désunion de son Monastere
d'avec celui de Cluni. Cependant il n'eut pas plâtôt pris
possession de cette Abbaïe que les Rois Catholiques Ferdi-
nand & Isabelle l'obligerent d'unir son Monastere à la Con-
gregation de Valladolid , ce qui arriva l'an 1497. & l'Abbé
Dom Paul Martinez remit cette Abbaïe entre les mains du
Pape qui la rendit triennale.

Celle de saint Pierre d'Eslonce au Roïaume de Leon fut
aussi unie à cette Congregation par le Pape Jules II. l'an
1512 ce qui fut confirmé par Leon X. l'an 1513. Ce Mona-
stere avoit été fondé des premiers en Espagne lorsque l'Or-
dre de saint Benoîty palfa. Ordogne 11. Roi de Leon y fit
de grandes donations ausfi-bien que Ferdinand I. & l'In-
fante Urraque sa fille. Prudent de Sandoval remarque une
chose assez singuliere touchant une association ou filiation
qu'il y avoit entre l'Eglise Cathedrale de Leon & ce Mona-
stere. C'est que le jour de saint Barnabé , auquel se tenoit
un Synode , l'Abbé d'Eslonce célébroit la Messe , & avoic
pour

Diacre & Soû-Diacre deux Chanoines, & que le jour du Vendredi-Saint, le Monastere envoïoit au Chapitre de Tome VI,

нь

[ocr errors][ocr errors]

LID,

ce

[merged small][ocr errors]

Congre. Leon , neuf poireaux en trois bottes liées chacune de trois
CATION DE brins d'osier, douze pains de deux livres chacun, & fix poi-

gnées de moluës liées deux à deux. Celui qui en étoit le por-
teur attendoit au milieu du Cheur des Chanoines

que

l'Evêque eût fini les cérémonies , & en lui presentant ce que le Couvent envoïoit il lui disoit : Que votre Seigneurie reçoive que

l'Abbé de le Couvent d'Eslonce vous envoient , non par droit , mais par aumône do à cause de la confraternité qu'ils ont avec cette Eglise : le Procureur du Chapitre sortoit ensuite de son fiége & recevant le présent qu'on envoïoit ,disoit , au Député du Couvent : Nous recevons ceci non pas par aumône , mais comme une chose que vous nous devez de droit.

Mais de tous les Monasteres de cette Congregation il n'y en a point de plus célébre que celui de Nôtre-Dame de Mont-Serrat , où l'on vient de tous côtés, & même des païs les plus éloignés pour y reverer une Image de la sainte Vierge. L'on prétend que cette dévotion étoit en usage dès le huiciéme siécle. Mais que les dégats que firent les Sarrasins qui ravagerent l’Espagne & la Catalogne en ce tems-là, l'aïant fait cesser,l’Image demeura cachée dans unecaverne jusques vers la fin du neuvième siécle, & que quelques bergers la découvrirentson bâtit d'abord un Ermitage au même lieu , & peu de tems après l'an 888. un Monastere , où on mic des Religieuses qu’on tira de celui de saint Pierre des Pucelles en Catalogne. Elles у

demeurerent jusqu'en l'an 966. qu’on mit en leur place des Religieux Benedictins, & ce Monastere fut érigé en Abbaïe par l'Antipape Benoîc XIII. l'an 1401. qu'il le désunit d’avec l’Abbaïe de NôtreDame de Ripoli , à laquelle il avoit été soầmis jusqu'alors ce qui fut confirmé par le Pape Martin V. l'an 1430. Il fut enfin uni à la Congregation de Valladolid l'an 1493. sous les Regnes des Rois Catholiques Ferdinand & Isabelle. Dom Garcias de Cisneros fut élu premier Prieur de la Réforme, Il fut ensuite nommé Abbé par le Pape Alexandre V 1. lors qu'il accorda ce titre à tous les Superieurs de la Congregation.

Cecélébre Monastere de Nôtre-Dame de Mont-Serrat est situé dans la Catalogne à deux lieuës de Manrese , & à neuf de Barcelone. Il est presque tout au haut d'une montagne appellée de Mont-Serrat,selon quelques-uns,à cause qu'il est

[ocr errors]

au

entouré de pointes de rochers feparées les unes des autres Congar-
quis'élevent en forme de dents de scie que les Latins appel- Vallado-
lent Serra. ll y a ordinairement soixante-&-dix Religieux du Lid-
Chậur dans ce Monastere , quatre-vingt-dix Freres Oblats
ou donnés qui ont soin des metairies & de recüeillir les
môrtes , dix-huit ou vingts Solitaires qui demeurent dans
des Ermicages séparés les uns des autres sur la montagne &
doivent venir à certains jours au Monastere qui leur four-
nit tous leurs besoins , & trente Seminaristes , tous de famil-
les nobles qu'on nomme les Pages de la sainte Vierge. Les
Seminaristes portent

des robes noires & des furplis à l'Eglise,
où ils servent les Melles par semaines & chantent la Mesle &
les Hymnes qui se disent tous les jours en l'honneur de la
fainte Vierge:

Pour ce qui est des Ermites , ils sont de deux sortes : les premiers sont ceux qui dès le commencement ont pris l'habic en intention d'être Ermites , & ceux-ci font le même Noviciat que les Religieux de la Communauté & font aussi

profeffion de stabilité, avec cette difference qu'ils y promettent de ne jamais sortir du circuit de la montagne pour quelque affaire qui leur puisse arriver , ni pour

aller vivre en quelqu'autre Monastere de la Congregation, & renoncent dans leur profession au droit de voix active & passive.

Après leur profession ils restent encore sept ans dans le Monastere où ils sont exercés dans l'obéissance , l'humilité & la mortification ; & pendant tout ce tems-là ils vont au Chæur nuit & jour , mais ils n'y chantent point. Après cette épreuve l'Abbé prend l'avis des anciens de la Maison

pour sçavoir s'ils sont propres pour la vie Eremitique, & s'il le juge à propos il les envoïe dans un Ermitage. Leur habitest de drap de couleur brune & ils portent la barbe longue s'ils ne sont pas Prêtres. Que fi on éleve quelqu'un d'entre eux au Sacerdoce, ce qui ne le fait que très rarement , ils prennent l'habit noir,se rasent la barbe & portent la couronne comme les Religieux de la Communauté.

L'autre espece d'Ermites, est des Religieux qui après avoir fait profesion de la vie Cænobitique & aspirant ensuite à une plus grande perfection , demandent de passer leur vie dans quelques Ermitages ; ce qui ne leur est pas facilement accordé. On leur fait désirer cette grace plusieurs années, &

[ocr errors][merged small]

LID.

Congre si l'on remarque que le retardement leur fait souhaiter ce
GATION DE bien avec ardeur, on les envoïe en un Ermitage où is paf-

sent feptou huit mois pour s'éprouver; & fi après cette épreu-
ve ils persistent dans leur désir , on leur accorde leur de-
mande, & ils renoncent aussi à la voix active & passive. Ils sont
vêtus de noir,se rasent la barbe & portent la couronne com-
me les Religieux de la Communauté.

Tous ces Ermites sont sujets à l'Abbé du Monastere. Ils
lui obéissent comme à leur Superieur, & il les change d’Er-
mitage quand il le juge à propos. Il nomme un Vicaire d'en-
tre les Religieux qui les gouverne,leur fait des exhortations
& leur dit la Messe tous les Dimanches , les Fêtes & les
Jeudis de l'année dans l'Eglise de sainte Anne. Il leur admi-
nistre aussi le Sacrement de Penitence & la Communion,
Aux Fêtes solemnelles , ils descendent à l'Abbaïe pour assi-
ster à la Procession & à la grande Melle à laquelle ils com-
munient. Ils font un Carême perpetuel & ils observent li
rigoureusement l'abstinence de la viande , qu'il n'est pas
permis aux Religieux & aux Séculiers d'en manger aux envi-
rons de la montagne où sont situés les Ermitages. On leur
porte trois fois la semaine des vivres , & lorsqu'ils tombent
malades on les porte à l’Abbaïe & on les met à l'Infirmerie.
Ils y sont servis comme les Religieux de la Communauté,
& après leur mort ils ont la même sepulture. Ils se levent
à deux heures , ils disent leur Office , vaquent à l’Oraison
jusqu'à environ cinq heures du matin , & ils emploïent le
reste de la journée à des lectures spirituelles & au travail des
mains. Il ne leur est pas permis de nourir ni chiens , nį
chats, ni oiseaux.

Le Trésor que l'on montre dans la Sacristie de ce Mona, stere n'a point son semblable en toute l'Espagne:on y admire principalement deux pieces dont la premiere est une couronne d'or massif d'un assez grand poids toute chargéc de diamans. Elle a au dessus un petit arc de douze pierres de grand prix en forme d'étoile, & on admire sur tout au milieu de cet arc une pierre précieuse taillée en forme de navire où l'on distingue les mars, les voiles,& les cordages. On estime cette couronne deux millions. On a travaillé quarante ans pour la faire. La seconde piece est une autre couronne d'or toute remplie d'Emeraudes, la plûpart d'une grandeur furs

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

prenante, entre lesquelles il y en a de quatre ou cinq mille Congreécus chacune. Il y a aussi deux autres couronnes d'or, trois CATION DE beaux soleils , l'un d'or parsemé de diamans & de grosses perles ; & les deux autres de vermeil doré orné de diverses pierres & de corail. Deux Calices d'or, dont l'un est enrichi de plusieurs grosses perles,& l'autre garni de rubis,qui a été donné par l'Empereur Maximilien avec un plat & deux burettes d'or aulli garnies de rubis. Un Ciboire d'or dont on se sert le Jeudi Saint, & un autre Ciboire d'or émaillé, dont l'arbre est une Vierge , qui porte sur la tête une pierre précieuse en forme de boëte où l'on met la sainte hostie. Outre cela ils ont un très grand nombre de vases d'or & d’argent, de Croix, de chandeliers & quatre vingt lampes d'argent qui brulent continuellement devant l’Image de la sainre Vierge dont il y en a deux qui pesent chacune plus de trois cens marcs. M. Corneille qui a fait la description de cette fainte montagne & de ce Monastere , s'est trompé lorsqu'il dit qu'il fut d'abord fondé pour des Religieuses de l'Ordre de saint Augustin en la place desquelles on mit des Religieux du même Ordre. Car non seulement les Religieux ont toûjours été & sont encore Benedi&ins ; mais les Religieuses pour lesquelles il fut fondé & qui y sont restées jusqu'en 966. étoient de l'Ordre de saint Benoît & avoient été tirées du Monastere de saint Pierre des Pucelles qui a toûjours été de cet Ordre depuis le commencement de la fondation. Outre le grand nombre de Religieux,de Donnés d'Ermites & de pensionnaires qui demeurent dans le Monastere de Mont-Serrat , il y a encore plus de trois cens quarante tant serviteurs qu'Officiers : on y donne le couvert à tout le monde, & aux pauvres du pain & de la viande, ou du poisson suffisamment. Les revenus de ce célébre Monastere te sont pas suffisans pour fournir à une si grande dépense; mais les aumônes qu'on y fait & qui sont très considerables y suppléent. L'habillement de ces Religieux est semblable à celui du Mont-Cassin ou de sainte Justine,comme nous l'a vons déja dit.

Antonio Yepés , Chronica Général de la Orden de san Benito. Basilio de arce , Hist. del Monasterio. de N. S. de sopeo tram. & Louis de Montagut , Histoire de Notre-Dame de Mont-$errat.

« AnteriorContinuar »