Imágenes de páginas
PDF
EPUB

.

CONGRE. de paix par lequel il consentit qu'ils se rachetassent de la SouSATION DE veraineté des Abbés de saint Gal pour une somme d’ar

gent

Pour mieux affermir leur liberté ils se liguerent avec les cantons d’Uri, de Schwits , d'Underval & de Lucerne. Les Abbés de saint Gal aïant protesté contre cette alliance, Henri de Mandroff renouvella ses prétentions l'an 1425. à la Cour de l'Empereur Sigismond, & fit mettre au ban de l'Empire ceux d'Appenzel & les autres. Mais loin de s'en étonner ils entrerent dans les Etats de cet Abbé, démolirent quelques châteaux & le forcerent à faire la paix. Quelque tems après l'Abbé de saint Gal s'unit contre eux avec la noblesse de Constance , mais ses troupes furent encore défaites. Enfin l'Abbé Gaspard de Landerberg aïant reconnu que les prétentions sur Appenzel & les autres lieux qui avoient été autrefois de son domaine , seroient le sujet d'une guerre perpecuelle , y renonça par l'alliance qu'il fit l'an 1454. avec les cançons de Zurich, de Schwits, de Lucerne & de Glaris.

Les terres que possede présentement l'Abbé de saint Cal en Souveraineté, outre la ville de saint Gal & son Territoire, sont Vil, Gottzhufulzt & le Comté de Tokembourg, qui renferment plusieurs villages , dont les habitans font partie Catholiques & partie Protestans. L'Eglise de Tokembourg est commune aux uns & aux autres : les Protestans y faisoient l'exercice de leur Religion après que les Catholiques avoient fini le leur ; mais le jour de Pâques de l'an 1708. les Protestans voulurent commencer de prêcher avant que le service des Catholiques fut achevé: ce qui excita de grands troubles en Suisse, où les deux partis en vinrent à une rupture ouverte. L'Abbé de faint Gal, avec le secours des Cantons Catholiques , voulant maintenir ses Sujets Catholiques dans leurs droits par la force des armes, les Cantons de Zurich & de Berne firent la même chose

pour

foư tenir les Protestans. Cette guerre fut funeste aux Catholiques par les avantages que les Protestans , qui étoient en

plus grand nombre , remporterent sur eux. Les deux partis 3. ift. sur les le réunirent néanmoins l'an 1712. & firent ensemble un matieres du Traité de paix, par la mediation de M. le Comte du Luc, XVII,

Ambassadeur de France en Suisse. Mais l'Abbé de faint Gal

Journal

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

GATION DE

[ocr errors][ocr errors]

n'aïant pas voulu entrer dans ce Traité,les Cantons de Berne Congre-
& de Zurich firent un grand degât dans son Monastere , Suisse
dont ils.enleverent toutes les cloches au nombre de vingt-
quatre de differentes grosseurs , prirent les riches meubles
qui y étoient, un grand nombre de tableaux , & une Biblio-
theque de Livres rares & curieux. L'Abbé se flatant du se-
cours qu'il attendoit des Cours de Rome & de Vienne, fur
trompé dans ses esperances ; car le Pape & l'Empereur ne ju-
jeant pas à propos de s'engager dans une guerre, dont les
suites auroient tiré à consequence, il se vit contraint d'aller
chercher un azile dans le Duché de Milan , n'aïant plus ni
Abbaïe ni Souveraineté.

Les Abbaïes d'Enliden & de Rhunwil, plus connuës, la
premiere sous le nom de Nôtre-Dame des Ermites,& l'autre
fous celui de Nôtre Dame de la Pierre , qui sont aussi de la
Congregation Benedictine-Helvetique, sont très-célébres,
par les miracles qui s'y font tous les jours,& il y vient de cou-
tes parts un grand nombre de Pelerins.

Ida i Congreg. Helvet. Benedictine. Y so Pfaw.Collect. five summar. privileg. ejusd. Congreg. Chrystoph. Hartman. Annal. Eremi Dei-pare in Helvetiis ; & Memoires envoiés de Suisse en 1710.

L'on peut consulter pour l'Abbaie de Saint Gal en particulier, Joan. Mabill. Annal. Benedict. Tom. I. II. & 111. Dom Antoine Yepés, Chroniques générales de l'ordre de saint Benoit. Gaspar. Brusch, Annal. præcipuorum Monasteriorum Germania. & Audiffrer, Geograph. anc. & mod. Tom. II.

Les Abbés de saint Gal conferoient autrefois l'Ordre Mi- ORDRE litaire de l'Ours, institué par l'Empereur Frideric 11. l'an de l'OURS 1213. en faveur de l'Abbé de faint Ġal, & de la Noblesse du EN SUISSE, païs,

en reconnoissance de ce qu'ils l'avoient aidé à chasser
de l'Empire Othon IV. Le Collier de cet Ordre étoit com-
posé de chaînes d'or entrelassées de feuilles de chesnes aussi
d'or, au bout desquelles pendoit un Ours d'or émaillé de
fable ; mais cet Ordre ne subsiste plus.

Favin , Theatre d'Honneur du de Chevalerie. & Bernard
Giustiniani , Hift. Chronol. de gli Ord. Milit,

MILITAIRE

[ocr errors]

CONGREGATION DE S. VANNE, · ET DE S.

HIDULPHE,

[ocr errors]

CH A P II RE X X X V.
Des Benedictins Réformés de la Congregation de saint

Vanne de saint Hidulphe, avec la Vie de Dom

Didier de la Cour leur Réformateur.
L

Es Congregations des Exemts , dont nous avons parlé

dans le Chapitre XXXIII.asant été formées par quelques Monasteres, plûtôt pour se soustraire de la Jurisdiction des Evêques, que pour réformer les mæurs corrompuës de la plûpart des Religieux de l'Ordre de saint Benoît, ne pouvoient pas rendre à cet Ordre son ancien lustre; puisque le motif deces institutions n'étoit pas l'acquisition d'une plus grande perfection ; mais au contraire l'envie de n'être point inquiétés dans leurs manieres de vivre, libres & oppos fées à l'esprit de leur état; & ce fut en vain que le Cardinal Charles de Lorraine, Legat du Pape dans les Evêchés de Mets, Toul & Verdun, travailla à la Réforme des Monaste, res de ce païs- là : il jugea le mal si incurable, qu'il sécularisa les Abbaïes de Gorze & de saint Martin de Mers , & les Prieurés de Nôtre Dame de Nanci, de Salone, de Varangeville , & de saint Nicolas , dont il fit appliquer les revenus à l'Eglise Primatiale de Nanci, & il proposa même au Pape Clement VIII. de supprimer entierement l'Ordre de saint Benoît dans les Provinces de la Legation.

Mais lorsque tous les moïens de réforme sembloient les
plus défefperés, & qu’on avoit resolu d'en abandonner l'en-
treprise, Dieu fuscita un faint homme, qui fut le Restaura-
teur de la Discipline Monastique en France &; en Lorrai-
ne , & qui y fit revivre l'esprit de saint Benoît, dont il pro-
fessoit la Regle. Ce fut Dom Didier de la Cour, qui nâquit
à Monzeville, à trois lieuës de Verdun l'an

I550.
Son

pere
se nommoit Bertrand de la Cour, & sa mere Jeanne Bonc-
cart , tous deux alliés aux premieres Maisons de la Province;
mais

pauvres des biens de la fortune , puis qu'aïant perdul tout ce qu'ils avoient pendant la guerre, ils furent obligés de labourer leurs terres pour subsister. Didier de la Cour fut envoïé à l'âge de dix-sept ans à Verdun , où par

secret de la Providence, s'étant logé proche l'Abbaïe de saint

Vanne

[ocr errors][ocr errors]

un

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »