Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

loit aux Princes, aïant en cette qualité eu l'honneur de tenir (RDRE DES sur les Fonts de Baptême un des enfans du Roi Philippe le TEMPATERS Bel.

Le Roi nonobstant cela , le fit arrêter avec tous ses Confreres , & il fuc réservé avec trois autres, Gui freredu Dauphin d'Auvergne Maître de Normandie , Hugues Peraud qui avoit une des principales Charges de l'Ordre, & un autre qui en avoit eu une aux finances du Roi. Guillaume de Nangis dit que quand il-fur question de terminer le procès des Templiers , le Pape donna pouvoir à trois Cardinaux Legats , à l'Archevêque de Sens & à quelques autres pour juger ces quatre Chevaliers , qu'étant comparus devant ces Juges ils reconnurent publiquement les crimes dont ils étoient prévenus & perfifterent dans leurs premieres Confeffions. Ces Juges ordonnerent ensuite , que l'on dressât un échafaut au parvis de Nôtre-Dame,où on leur feroit sçavoir ce qui seroit ordonné. Le jour étant pris pour cela , un des Cardinaux aïant fait un discours au peuple, dit que ces quatre Templiers étoient condamnés à une prison perpetuelle pour avoir franchement confessé leurs fautes. Mais comme les Juges y pensoient le moins le Grand Maître & Gui Maitre de Normandie, se leverent en présence de tout le peuple & des Juges, & declarerent que tout ce qu'ils avoient dit en leurs interrogatoires étoit faux. Aussi-tôt les Cardinaux les livrerent au Prevôft de Paris qui étoit présent. Cette nouvelle fut portée au Roi qui assembla son Conseil , fans y appeller d'Ecclefiastiques, où il fut arrêté que sur le soir le Grand Maître & son compagnon seroient brûlés dans l'isle du Palais entre le jardin du Roi & les Augustins : ce qui fur executé. Ils endurerent constamment ce suplice & perfisterent jusqu'à la fin, disant que tout ce qu'ils avoient déposé étoit faux. A l'égard des deux autres qui ne parlerent point, ils furent renfermés, conformément à la Sentence, dans une prison pour le reste de leurs jours. Ainfi fut éteint l'Ordre des Chevaliers Templiers dans toute la Chrétienté, hors en Allemagne , où ils le maintinrent quelque tems dans l'Ar• chevêché de Mayence, & se firent absoudre dans un Synode que l'Archevêque de Mayence avoit assemblé à leur occafion. Quoique leurs biens eussent été unis à l'Ordre des Hofpicaliers de Jerusalem, quelques Princes en eurent néan Tome VI,

E

VA.

ORDRE de moins une partie : car Philippe le Bel recint pour les frais du CALATRA- procès les deux tiers de leurs biens mobiliaires , Ferdinand

II. Roi de Castille appliqua à son domaine tous les biens qu'ils avoient dans ses États:le Roi d'Arragon institua l'Ordre de Montesa , & le Roi de Portugal celui d'Avis , ausquels les biens que les Templiers avoient en ces Roïaumes furent incorporés.

Mennenius, Bernard, Giustiniani, & Schoonebek, Hist. Ord. Milit. Britto & Manriq. Annal. Ord.Cistert. Henriquez, Reguh da Constitut. Ord. Cist

. do Cong. Milit

. Nicol. Gurter, Hift. Templar. Du Pui,Histoire de la condam. des Templ. Guillaume de Tyr, l. 12. 6. 7. de bello facro. Mathieu Paris, Hift. Angl. Ann. Chr. 1244. Bzovius, Sponde & Rainaldi,in Annal. Ecclef. & Mezeray, Hist. de Philippe le Bel.

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

Des Chevaliers de l'Ordre de Calatrava. ’AN 614. de Jesus-Christ les Maures aïant vaincu le

Roi Rodrigue, & s'écant emparés de l'Andalousie , ils fortifierent la ville d'Oreto , à laquelle ils donnerent le nom de Calatrava , & dont ils demeurerent les maîtres pendant près de quatre cens ans , jusqu'à ce qu'Alphonsesurnommé Le Batailleur ou le Guerrier, & qui se qualifioit Empereur des Espagnes, aïant assiégé cette place l'an 1147. s'en empara & la donna ensuite aux Chevaliers Templiers, afin qu'ils la gardaflent , & s'opposassent aux irruptions de ces Infi. deles. Mais ils ne la possederent qu'environ huit années. Les forces que les Maures assemblerent pour reprendre Calatrava les épouvanterent tellement que ne se croïant pas en état de leur pouvoir résister , ils remirent cette ville entre les mains de Dom Sanche qui avoit succedé au Roïaume de Castille , après la mort du Roi Alphonse.

Ce Prince fit publier dans sa Cour que s'il y avoit quelque Seigneur qui voulůc entreprendre la défense de cette place, il la lui donneroit en proprieté, & qu'elle passeroit ausi à ses heritiers. Mais personne ne se présenta; l'armée formidable

que les Maures préparoient , & qui avoit effraïé les Templiers , ne caufa pas moins de trouble dans l'esprit de

VA.

[ocr errors]

ceux qui auroient eu quelque dessein d'accepter les offres du ORDRE DE
Roi , il n'y eut qu'un Religieux de l'Ordre de Cîteaux, qui CALATRA:
crut avoir assez de courage pour pouvoir entreprendre la
défense de cette place.

C'étoit Dom Didace Velasquez, Religieux de l’Abbaïe
de Notre-Dame de Fitero dans le Roïaume de Navarre. Il
étoit natif de Burveva dans la vieille Castille , & avoit long-
tems porcé les armes avant que d'être Religieux. Ilétoit fort
connu du Roi Dom Sanche, & c'est peut-être ce qui avoit
porté son Abbé Dom Raimond qui avoit quelques affaires
à la Cour de ce Prince , de le prendre pour son compagnon.
Il sollicica fort cet Abbé de demander au Roi la ville de Ca-
latrava & d'en entreprendre la défense.D'abord l'Abbé Rai-
mond rejetta cette proposition: mais enfin sollicité par ce Re-
ligieux,il demanda cette ville au Roi. On le regarda d'abord
comme un fou ; cependant ce Prince par une inspiration di-
yine , lui accorda la demande & donna cette ville à l'Ordre
de Cîteaux , principalement aux Religieux de l’Abbare de
Fitero,comme il est marqué par la donation qui en fur faite,
à condition que ces Religieux la défendroient contre les In-
fideles : Quapropter ego Rex Sanctius Dei gratia Domini Al-
phonfi bona memoria illuftris Hispaniarum Imperatoris filius ,
divino amore inspirante , facio chartam donationis & textum
scriptura in perpetuum valiturum , Deo B. M. & sancta
Congregationi Cistertienfi

, & vobis Domino Raimondo Abbats
. M. de Fitero , & omnibus fratribus vestris tam prafentibus
quam futuris de villa qua vocatur Calatrava : uthabeatis &
poffideatis eam mancipatam,liberam , ac quietam jure heredi-
tario deinceps in perpetuum , & defendaris eam à Paganis
inimicis crucis Christi , fuo ac nostro adjutorio. Ita inquain do
vobis de concedo eam cum terminis de montibus , terris , aquis,
pratis, &c.Cet Acte est daté de l’Ere 1196.qui répond à l'an
1158.

L'Abbé Raimond & son compagnon Velasquez propose
rent ensuite au Roi de fonder un Ordre Militaire à Cala-
trava , & après avoir obtenu le consentement de ce Prince,
ils communiquerent leur dessein à l'Archevêque de Tolede,
qui non seulement l'approuva , mais leur donna encore une
grosse somme d'argent pour fortifier cette ville , & accorda
de grandes Indulgences à ceux qui voudroient prendre les

!

« AnteriorContinuar »