Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

Benedictine de L'adoration 87 perperuelle du S. Sacrement

habit de Choeur

en

sis Bine DICTINES

[ocr errors]

SACRE

quelle elle avoit enduré les maladies dont elle avoir été affli- Religie!'gée pendant presque toute sa vie, & enfin après la pratique de toutes sortes de verius , que d'en aller recevoir la récom DE LAUU pense dans le Ciel s c'est ce qui arriva le 6. Avril 1698 étant PENPITUI! morte dans son premier Monastere de Paris , à l'âge de 83. ans & fix jours. Son corps furmis dans un cercuëil de plomb, ment, & fuc enterré dans la Chapelle de fai :t Joseph qu'elle avoit choisi , pour l'un des protecteurs de son Ordre.

Les Religieuses de ce Monastere ont pris soin de recuëillir les Memoires de sa vie qu'elles prétendent donner au public : l'on y verra des choses merveilleuses touchant ses communications avec Dieu & les graces particulieres qu'elle en a reçuës. Je ne les ai pas rapportées pour ne pas m'éloigner des bornes que je me suis prescrites , ce qui fait que j'ai ausli passé sous silence toutes les mortifications & les austerités qu'elle a exercées sur son

corps,

aussi bien que quelques miracles qui ont été faits après sa mort & que l'on verra amplement décrits dans la vie.

Cet Institut a fait du progrès après la mort de la Fondatrice. Les Religieuses Benedictines de Bayeux ont pris ausli la Réforme & l'adoration perpetuelle , dont elles firent profession le 10. Septembre 1701. la Reine de Pologne qui avoit déja établi ces Religieuses à Varsovie, s'étant retirée à Rome après la mort du Roi son époux, y fit venir quelques unes de ces Religieuses l'an 1702 dans le dessein de les y établir. le Pape Clement XI. avoit promis de contribuer à leur établissement dans cette Capitale de l'Univers, mais les tremblemens de terre qui arriverent dans l'Etat Ecclesiastique presque dans le même tems,& qui renverserent plusieurs villes & villages & réduisirent un infinité de peuples de la cainpagne dans une grande misere qui fut augmentée par les troupes Allemandes qui entrerent sur les terres de l'Eglise où elles commirent beaucoup de désordres , obligerent'ce Ponrife à de grandes dépenses tant pour le soulagement des pauvres que pour l'entretien des troupes qu'il fut obligé de lever

propre défense', ce qui le mit hors d'état de contribuer à la fondation d'un Monastere que la Reine de Pologne ne pouvoir faire seule , ne recevant pas les revenus de Pologne à cause des guerres civiles qui regnoient dans ce Roïaume. Ainsi ces Religieuses revinrent en France l'an 1708.

Сcc iij

pour

[ocr errors]

pour

RELIGIEI-
SES BENE.
DICTINES
DU VAL- bien

que DOS NE.

[ocr errors]

Les Constitutions de cet Ordre qui avoient été dressées par la Mere Mechilde furent premierement approuvées aussi

l'Institut l'an 1668. par le Cardinal de Vendôme Legat en France. Le Pape Innocent XI. les confirma l'an 1676. & Clement X I. les a de nouveau approuvées par un Bref du 1. Avril 1705. à la sollicitation de la Reine de Pologne. Ces Religieuses observent la Regle de saint Benoît dans toute sa rigueur , & font veu de l'adoration perpetuelle du saint Sacrement. Leur habillement consiste en un voile noir, une robe & un scapulaire de la même couleur, sur lequel scapulaire il y a un petit soleil de cuivre doré qui y est attaché avec un ruban noir:dans les cérémonies Ecclesiastiques elles ont une coule noir sur laquelle est pareillement attachée la représentation du saint Sacrement qu'elles ont ausi pour Armes.

Memoires communiqués par la Mere de Jesus & Mademoiselle de Bienville niéces de la Fondatrice.

CHAPITRE XLVII I.
Des Religieuses Benedictines de l'Adoration perpetuelle dus

saint Sacrement du Valdosne.
L

E Prieuré de Nôtre-Dame du Valdosne qui est de l'Or

dre de saint Benoît membre de l'Abbaïe de Molesme,& situé dans le Diocese de Châlons en Champagne,a été fondé vers l'an 1116.

par

Godefroi Sire de Joinville qui fonda aussi dans les terres de la dépendance plusieurs autres Monasteres. Celui du Valdosne a éprouvé depuis sa fondation plusieurs révolutions, sa situation sur les frontieres de Lorraine l'aïant exposé plusieurs fois à la fureur des soldats, dans les guerres qui ont été portées dans ce Duché & dans le dernier siécle il fut cinq fois entierement pillé comme il paroît par plufieurs procès verbaux. Mais enfin la Providence Divine voulant relever ce Monastere , permit qu'Henriettede Chauvirey en fût nommée Prieure l'an 1661. elle rétablit parfaitement le spirituel & le temporel de cerre Maison, qu'elle fit accommoder le mieux qu'elle put, en attendant quelque occasion favorable pour l'agrandir, afin

que les Religieusesy fussent plus commodemenr, & la soumic à la Jurisdiction de

l'Ordinaire. M. le Cardinal Louis-Antoine de Noailles , RELIGIE". Archevêque de Paris , étoit pour lors Evêque de Châlons. Sier BENECe Prélat aïant été au Valdoine pour y faire la visite,dissua

,du Valda la Prieure d'y faire aucun bâtiment , lui confeillant de se POSNE. conformer au Concile de Trente, qui ordonne de transferer dans les villes les Monasteres de Filles aussi exposées que le sien. On jetta alors les yeux sur Vasly, pecite ville assez voisine, où il y avoir eu un Temple de Calvinistes,qui avoit été nouvellement détruit, auquel on crut qu'il seroit utile & édifiant d'y substituer un Temple de Verité. L'Evêque de Châlons obrint à cet effet des Lettres Patentes du Roi Louis XIV. qui ne furent pas pour lors executées. Ce Prélat aïant été transferé à l'Archevêché de Paris, conserva toûjours pour ce Monastere les mêmes sentimens de bonté : & lui en donna des preuves convaincantes dans une occasion favorable que lui fournit la Providence.

Depuis quelque tems Dieu avoit inspiré à une personne de pieté le dessein d’établir une Communauté de Religieuses à l'endroit même où étoit autrefois le Temple des Calvinistes à Charenton proche Paris, afin que par les saints exercices de la vie Monastique , & plus encore par une adoration perpetuelle du très faint Sacrement, elles s'appliquassent à reparer les outrages qui avoient été faits en ce lieu au plus auguste de nos Mysteres. Ce grand dessein , après avoir été long-tems en suspens, fut enfin executé

par

les soins du Cardinal de Noailles,qui le proposa à la Prieure du Valdosne. Elle le communiqua à sa Communauté, qui accepta cet offre avec beaucoup de reconnoissance du choix

que

Dieu vouloit bien faire d'elle pour un si grand ouvrage. On y travailla aussi-tôt, & tout fut heureusement conclu : les Religieuses du Valdosne étant arrivées à Paris,on les mit en pofIession de ce lieu , & on disposa tout ce qui étoit necessaire pour mettre le très faint Sacrement dans une petite Chapelle construite dans la grande salle du Consistoire de ces Heretiques. La premiere Messe y fur célébrée le Mai

1701. jour de l'Ascension de Nôtre-Seigneur : on laissa le faint Sacrement dans le Tabernacle ; & le lendemain M. l'Evêque de Châlons , Jean-Baptiste-Louis-Gaston de Noailles, frere du Cardinal, en fit l'exposition. Le Pere de la Moche, Superieur des Barnabites, & Directeur de la Dame inconnuë , à qui

9.

« AnteriorContinuar »