Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Chanoinesse de denain

hors du choeur

99

DE

D.NIN.

qui fut dédiée

par saint Lambert Evêque de Mastrich. Plu- CHANOY. fieurs filles & veuves se rendirent auprès de la Sainte pour MUNSTRE imiter ses vertus, & travailler à leur falur sous la direction. Belise. Telle fut l'origine du Monastere de Belise, qui prit ce nom après avoir quitté celui de Bellua ou Retraite des Bétes,qu'il portoit auparavant, & l'on a bâti une petite ville du même nom à un quart de lieuë de ce Monastere. La mort de cette fainte Fondatrice arriva .vers l'an 690. ou 691. & ce Monastere a été changé en une Communauté de Filles Nobles, qui ont renoncé aux yeux solemnels, pour se marier quand bon leur semble , à l'exemple des autres Chanoinesses. L'on voit dans cette Abbaïeune Licorne qui a six pieds & demi de long: on tient qu'elle y a été apportée par une fille d'un Duc de Bretagne, qui se fit Chanoinesse en ce lieu, & qu'à cause d'elle, cette Abbaïe fut nommée l'abbaie de Svint. Amour.

Modeste de Saint-Amable, Monarchie sainte de France. & Thomas Corneille, Dict. Geograph.

Le bourg de Duonening ou Duhens , qu'on nomme pré- Chanotfentement Denin, & qui est sur le chemin de Valenciennes à NESSES Doüay,est recommandable par une Abbaïe de Chanoinesses Séculieres , que les Benediàtins mettent encore au nombre de celles qui étoient autrefois de leur Ordre, avant qu'elles se fussent sécularisées. Elle fut fondée par saint Adelbert , Comte d'Estrevan, & sa femme sainte Reine , niéce du Roi Pepin, vers l'an 764. selon la plus commune opinion, &, selon d'autres , l'an 750. Ils donnerent tous leurs biens à dix filles qu'ils avoient euës de leur mariage;& l'aînée nommée Rainfrede, fut la premiere Abbesse de ce Monastere,où ses feurs firent veu avec elle de chasteté , & ont toutes merité

par leur vie exemplaire & leurs grandes vertus d'être reverées comme Saintes. Après la mort de saint Adelbert, sainte Reine n'aïant plus rien qui la retînt dans le monde, se retira avec ses filles dans le Monastere de Denin, & soit à cause qu'elle en est la Fondatrice, ou qu'elle en ait été veritablement Abbesse, les Peintres ont accoûtumé de la représenter avec un voile blanc sur la tête , & une crosse à la main. Baudery, Evêque de Noyon, qui vivoit au commencement du douziéme siécle , & qui a écrit la Chronique des Evêques d’Arras & de Cambrai, parlant de cette Abbaïe, dit qu'elle fut fondée

par

sainte Rainfrede , qui en fut Abbesse, que quel

Chanos- que tems après ce Monastere déchut beaucoup de fa fplenNESSES D E deur , & tomba entre les mains de certains Chanoines : ma is DENIN.

que le Comte Baudouin, par les sollicitations de l'Evêque Ĝerard & de Leduin, Abbé de faint Waaft,le rétablit dans son premier état , y faisant revivre la Discipline Reguliere sous la Regle de saint Benoît , & la conduite de l’Abbesse Ermentrude.

Ces Chanoinesses étoient autrefois Dames du Comté d'Oltrevan ; mais la Souveraineté de ce Comté étant venuë au Roi comme Comte de Hainaut,les Chanoinesses ont seu, lement conservé le titre de Comtesses d'Oltrevan. Ce Chapitre est composé de dix-huit Chanoinesses , qui doivent faire preuves de Noblesse de huit quartiers. Leur habit est assez femblable à celui des Chanoinesses de Nivelle, à l'exception qu'elles n'ont point de fraise, & qu'elles ont seulement un mouchoir de cou attaché avec trois rubans noirs : elles ont aussi à leurs corps de jupes quelques bandes de velours noir de plus que celles de Nivelle ; & quand elles sont hors du Chæur , elles mettent par dessus leurs habits un ruban noir brodé d'or , auquel est attachée une Médaille d'or avec l'image de sainte Rainfrede, qui est reconnuë pour Patronne de cette Abbaïe.

Joan. Mabill. Annal. Ord. S. Bened. Modeste de S. Amable, Monarchie sainte de France ; & Thomas Corneille , Diction. Geographique.

CRANOINESSIS DE GANDERS HEIM

CHAPITRE

È L V. Des Chanoinesses de Gandersheim, Quedlimbourg , Herford, & autres Chanoinesses Protestantes en Allemagne.

U milieu de l'Hérésie dont une partie de l'Allemagne А.

& les Provinces du Nord ont été infectées , les Monasteres de Filles ont eu des sorts differens. Les uns ont été tellement détruits , qu'il s'en reste plus que la memoire ; d'autres ont été changés en des usages profanes. Il y en a qui ont conservé la pureté de la Foi, & se sont maintenus dans les Obfervances Regulieres, & d'autres enfin où les Religieuses qui avoient déja renoncé aux vaux solemnels, pour vivre en Chanoinesses Séculieres, ont dans ce dernier

état

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »