Imágenes de páginas
PDF
EPUB

man, son Auteur. Ce Discours est d'un certain Alfonce de Barros, qui s'efforce de faire concevoir une grande opinion de cet ouvrage." Il Louë d'abord les Peintres qui gardent avec autant de foin dans leurs cabinets les Portraits des infignes fripons, que ceux des hommes vertueux. Il prétend que les premiers ne sont pas moins propres que ceuxci à la correction des meurs, parce que si les uns par leur vertu nous excitent à les imiter, les autres par leurs mauvaises actions nous infin rent de l'horreur pour le vice. L'Histoire de Guzman d'Alfarache , dit-il ensuite , parlant par enthousiasme, est admirable par la vrai-femblance dont elle ne fort jamais , & par la varieté des bonheurs & des disgraces qui arrivent successivement au Heros. Il ajoûte que Mateo Aleman méritę les titres d'excellent Historien es de prudent Philosophe, par les inftruétions politiques & morales qu'il cache en ha

pen

bile Peintre fous des ombres ; & qu'enfin, il a mělé l'utile e l'agréable, selon le conseil d'Horace.

A Ía tête de la seconde Partie, il y a un autre Eloge d'Aleman, con. posé par Louis de Valdés Enseigne de la Garde Espagnole. Ce nouveau Panegyriste nous apprend que ce fameux Auteur éroir des environs de Seville : Qu'après avoir exercé dant plus de vingt années la Charge de Contador de resultas , sous le régne de Philippe II. il quitta la Cour, & fir entr'autres Ouvrages,

l'Histoire fabuleuse de son Guzman.

Si l'on en croit ce Valdés , lorfa qu'elle parut pour la premiere fois en Espagne, elle y fut reçûë fi favorablement, qu'on appella par

excel. lence ivu Auteur, le divin Espagnol. Il en a été fait depuis ce tems-là vingt-six éditions. Elle a été traduite en Italien , en François, en Allemand, &'elle n'a guere moins plû dans toutes ces Langues que dans la

fienne. Il ne faut pas s'en étonner : Tous les Romans de cette espece pour peu qu'ils ayent de fel & dé gayere, ont ordinairement une approbation génerale.

D'où vient cela ? C'est que les faits qu'ils contiennent, sont des tableaux de la vie civile, des Portraits qui corrigent sans qu'on s'en aperçoive, en offrant aux yeux des images, qui, passant dans l'ame y font plus d'im. pression que n'en pourroient faire tous les préceptes de la morale. En un mot, ils instruisent par l'exemple; & inftruire ainfi , comme dit li joli. ment Mi. Dacier, * c'est la fine fleur de la Philosophie.

Véritabiement, il y a dans l'Hif toire de Guzman d'Alfarache beaua coup d'instructions de cette naru-là. Tantôt

par

la d'unenni

action humaine, on vous avertit en vous divertissant que vous ne

* Mr. Dacier dans ses Remarques sur la Satyre 9. du Livre 1

d'Horace,

couiepeinture fidelle fçauriez être trop en garde contre les femmes, & tantôt dans un caractere ridicule yous vous voyez comme dans un miroir. Mais l'Auteur devoit s'en tenir à ces Leçons ingé. nieuses, que

Perse appelle parfaitement bien une * régle qui trompe, & ne pas couper à tout moment le fil des avantures de son Heros, pour se jetter dans de longues déclamations contre les maurs. D'où il arrive que, la plûpart des Lecteurs qui veulent. suivre l'Avanturier, voyant qu'il s'arrête à chaque pas , pour leur faire. essuyer un Sermon, l'abandonnent comme un babillard qui les fatigue & les ennuye, malgré tout son esprit

, & la vivacité de ses censures.

Il me semble qu'un pareil Précep, teur de morale, quoiqu'en puiffe dire Alfonse de Barros son ami, n'est pas un de ces habiles Peintres qui cachent leurs Leçons sous des ombres, & que ce n'est point de cette * Fallere folers regula. Perse. Sat. v.

[ocr errors]

زa iii

façon qu'Horace veut qu'on mêie l'utile avec l'agréable. Quidquid præcipies, esto brevis, dit ce grand Poëte, Que vos Discours instructifs soient courts; autrement on ne les retiendra point. Omne supervacuum pleno de peétore manat. Tout ce qu'il y a de trop

s'écoule. C'est autant de bien perdu. Au lieu qu'une instruction laconique ne faisant

que

donner matiere à des réflexions, laisse aux Lecceurs le secret plaisir de les faire.

Aleman a donc trop chargé de moralitez fon Guzman d'Alfarache. Pour surcroît d'ennui, Mr. Bremont qui l'a traduit , les a encore augmentées. Surtout dans les endroits qui regardent les Gens de Justice ; il ne finit point. Quand il tient par exemple, un Juge ou un Greffier, il ne les lâche point, qu'il n'en ait dit tout le mal qu'on en peut penser. Mais il faut le lui pardonner:on sçait qu'il a fait fa Traduction dans les Prisons d'Hollande: Un Prisonnier s'égaye

« AnteriorContinuar »