Imágenes de páginas
PDF
EPUB

vers moi. J'ai un rendez-vous qui n'est pas sans péril; j'allais chercher un ami pour m'y accompagner: je connais votre valeur ; puis-je vous proposer, don Juan, de venir avec moi ? Ce doute m'outrage, repartit l'écolier et je ne saurais faire un meilleur usage de la vie que vous m'avez conservée, que de l'exposer pour vous. Partons, je suis prêt à vous suivre. Ainsi Belflor conduisit lui-même don Pedre à la maison de don Luis, et ils entrèrent tous deux par le balcon dans l'appartement de Léonor.

:

Don Cleophas en cet endroit interrompit le Diable Seigneur Asmodée, lui dit-il, comment est-il possible que don Pedre ne reconnût point la maison de son père? Il n'avait garde de la reconnaître, répondit le démon; c'était une nouvelle demeure: don Luis avait changé de quartier, et logeait dans cette maison depuis huit jours, ce que don Pedre ne savait pas c'est ce que j'allais vous dire lors→→ que vous m'ayez interrompu. Vous êtes trop vif; vous avez la mauvaise habitude de couper la parole aux gens: corrigez-vous de ce défaut là.

Don Pedre, continua le boiteux, ne croyait donc pas. être chez son père; il ne s'aperçut pas non plus que la personne qui les intro

duisait était la dame Marcelle, puisqu'elle les reçut sans lumière dans une antichambre, ой Belflor pria son compagnon de rester pendant qu'il serait dans la chambre de sa dame. L'écolier y consentit, et s'assit sur une chaise l'épée nue à la main, de peur de surprise. Il se mit à rêver aux faveurs dont il jugea que l'amour allait combler Belflor, et il souhaitait d'être aussi heureux que lui: quoiqu'il ne fût pas maltraité de sa dame inconnue, elle n'avait pas encore pour lui toutes les bontés que Léonor avait pour le comte.

Pendant qu'il faisait là-dessus toutes les réflexions que peut faire un amant passionné, il entendit qu'on essayait doucement d'ouvrir une porte qui n'était pas celle des amants, et il vit paraître de la lumière par le trou de la serrure. Il se leva brusquement, s'avança vers la porte qui s'ouvrit, et présenta la pointe de son épée à son père, car c'était lui qui venait dans l'appartement de Léonor pour voir si le comte n'y serait point. Le bon homme ne croyait pas, après ce qui s'était passé, que sa fille et Marcelle eussent osé le recevoir encore; c'est ce qui l'avait empêché de les faire coucher dans un autre appartement. Il s'était toutefois avisé de penser que devant entrer le len

demain dans un couvent, elles auraient peutêtre voulu l'entretenir pour la dernière fois.

Qui que tu sois, lui dit l'écolier, n'entre point ici, ou bien il t'en coûtera la vie. A ces mots, don Luis envisagea don Pedre, qui de son côté le regarde avec attention. Ils se reconnaissent. Ah! mon fils, s'écrie le vieillard, avec quelle impatience je vous attendais ! pourquoi ne m'avez-vous pas fait avertir de votre arrivée ? Craigniez-vous de troubler mon repos? Hélas! je n'en puis prendre, dans la cruelle situation où je me trouve. O mon père! dit don Pedre tout éperdu, est-ce-vous que je vois? mes yeux ne sont-ils point déçus par une trompeuse ressemblance? D'où vient cet étonnement? reprit dont Luis; n'êtes-vous pas chez votre père ? ne vous ai-je pas mandé que je demeure dans cette maison depuis huit jours? Juste ciel! répliqua l'écolier, qu'est-ce que j'entends! je suis donc ici dans l'appartement de ma sœur !

Comme il achevait ces paroles, le comte, qui avait entendu du bruit, et qui crut qu'on attaquait son escorte, sortit l'épée à la main de la chambre de Léonor. Dès que le vieillard l'aperçut, il devint furieux ; et le montrant à son fils Voilà, s'écria-t-il, l'audacieux qui a

ravi mon repos, et porté à notre honneur une mortelle atteinte. Vengeons-nous; hâtonsnous de punir ce traître. En disant cela il tira son épée, qu'il avait sous sa robe-de-chambre, et voulut attaquer Belflor; mais don Pedre le retint. Arrêtez, mon père, lui dit-il ; modérez, je vous prie, les transports. de votre colère quel est votre dessein? Mon fils, répondit le vieillard, vous retenez mon bras! vous croyez sans doute qu'il manque de force pour nous venger. Hé bien, tirez donc raison vous-même de l'offense qu'on nous a faite ; aussi bien est-ce pour cela que je vous ai mandé de revenir à Madrid. Si vous périssez, je prendrai votre place; il faut que le comte tombe sous nos coups, ou qu'il nous ôte à tous deux la vie, après nous avoir ôté l'hon

neur.

Mon père, reprit don Pedre, je ne puis accorder à votre impatience ce qu'elle attend de moi. Bien loin d'attenter à la vie du comte, je ne suis venu ici que pour la défendre. Ma parole y est engagée; mon honneur le demande. Sortons, comte, poursuivit-il en s'adressant à Belflor. Ah ! lâche, interrompit don Luis, en regardant don Pedre d'un œil irrité; tu t'opposes toi-même à une vengeance qui de

vraitt'occuper tout entier! Mon fils, mon propre fils est d'intelligence avec le perfide qui a suborné ma fille ! Mais n'espère pas tromper mon ressentiment ; je vais appeler tous mes domestiques; je veux qu'ils me vengent de sa trahison et de ta lâcheté.

Seigneur, répondit don Pedre, rendez plus de justice à votre fils. Cessez de le traiter de lâche; il ne mérite point ce nom odieux. Le comte m'a sauvé la vie cette nuit. Il m'a proposé, sans me connaître, de l'accompagner à son rendez-vous. Je me suis offert à partager les périls qu'il y pouvait courir, sans savoir que ma reconnaissance engageait imprudemment mon bras contre l'honneur de ma famille. Ma parole m'oblige donc à défendre ici ses jours: parlà je m'acquitte envers lui; mais je ne ressens pas moins vivement que vous l'injure qu'il nous a faite; et dès demain vous me verrez chercher à répandre son sang avec autant d'ardeur que vous m'en voyez aujourd'hui à le conserver.

Le comte, qui n'avait point parlé jusque-là, tant il avait été frappé du merveilleux de cette aventure, prit alors la parole: Vous pourriez, dit-il à l'écolier, assez mal venger cette injure par la voie des armes ; je veux vous offrir un moyen plus sûr de rétablir votre honneur. Je

« AnteriorContinuar »