Les trois siècles de la littérature françoise: ou Tableau de l'esprit de nos écrivains, depuis François I, jusqu'en 1779, Volumen1

Portada

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 108 - De ces rondeaux un livre tout nouveau A bien des gens n'a pas eu l'art de plaire. Mais, quant à moi, j'en trouve tout fort beau, Papier, dorure, images, caractère, Hormis les vers, qu'il fallait laisser faire A La Fontaine.
Página 177 - En effet la lecture des productions anglaises n'a guère servi qu'à introduire parmi nous des bizarreries et des maximes qui, n'étant analogues ni au caractère ni au gouvernement de la Nation, n'ont produit que de très pitoyables effets, comme l'expérience le prouve tous les jours.
Página 29 - ... chez les ennemis de la Société. Si on le lit aujourd'hui de fang-froid, on y remarquera plutôt ce ton de chaleur & d'emportement qui naît de la prévention , que le caractere de cette véritable éloquence, qui réunit la vérité des faits à la force de l'expreffion.
Página 13 - ... qualifier de libelles les ouvrages où l'on venge l'honneur outragé de quelques gens de lettres , &c. &c. &C. Mais ce perfonnage eût été indigne de lui , & contraire aux intérêts de la philofophie , qui fe fait gloire d'un pareil foutien.
Página 108 - Rica ne fut négligé pour le décorer de tout le luxe typographique. Il fut imprimé au Louvre fur le plus beau papier, & orné de figures magnifiques.
Página 8 - Mais ne doit-on pas convenir qu'il a trop abufé de cette réputation, en voulant établir dans les Lettres certains paradoxes qui tendent à dénaturer les genres , & que...
Página 294 - Ce n'eft pas certainement ainfi qu'auroient répondu nos petits efprits fi pleins d'eux-mêmes, eux qui croient tout tenir de leur propre fonds , & qui ne peuvent réellement s'approprier que le ridicule de leurs prétentions. Les Magiftrats partageoient à l'égard de M. Cochin l'eftime publique , ou, pour mieux dire , ils en étoient encore plft profondément pénétrés , parce qu'ils favoient mieux apprécier fon jntrite.
Página 307 - Armand , qui pour six vers m'as donné six cents livres , Que ne puis-je à ce prix te vendre tous mes livres.
Página 244 - Ац~ leurs fueres &• ecclcßaftiqucs , qui contient leurs vies , le ca*talogue , la critique , le jugement, la chronologie, l'analyfe & le dénombrement des différentes éditions de leurs ouvrages ; ce qu'ils renferment de...
Página 56 - L'un de nous deux un jour au frais , Assis près de cette fontaine , Le cœur percé de mille traits , D'une main qu'il portoit à peine...

Información bibliográfica