Imágenes de páginas
PDF
EPUB

PRODIGUE,

CO M E DI E

EN VERS DISSILL ABES, Représentée sur le Théatre de la Comédie

Française le 10 Octobre 1736.

Le prix est de trente fols..

undique pangu

A PARIS, Chez PRAULT fils, Quay de Conty, vis-à-vi la descente du Pont-neuf, à la Charité.

M. DCC. XXXVIII.
Avec Approbation de Privilege du Roi

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

Perfecü

PRE FACE

DE L'EDITEUR.

L est assez étrange que l'on n'ait pas songé plutôt à imprimer cette Comédie, qui fut jouée il y a près de deux ans,& qui eut environ

trente Représentations. L'Auteur ne s'est point encore déclaré. On l'a attribuée à l'Auteur de la Henriade & d'Alzire : nous ne voïons pas trop sur quel fondement; le stile de ces Ouvrages eft si différent de celui-ci, qu'il ne permet guéres d'y reconnaître la même main. On a prétendu qu'elle étoit d'un homme de la Cour déja connu par des choses très-ingenieuses qu'on a de lui. On l'a donnée à un homme d'une profession plus sérieuse.

Quel que soit l'Auteur, nous présentons cette Piece au Public comme la premiere Comédie qui soit écrite en vers de cinq pieds; peut-être cette nouveauté engagera-t-elle quelqu'un à se servir de cette mesure: elle produira sur le Théâtre Français de la variété ; & qui donne des plaisirs nouveaux, est toujours bien

reçu. a ij

Si la Comédie doit être la représentation des mæurs, cette Piece semble être assez de ce caractere: on y voit un mêlange de sérieux & de plaisanterie, de comique & de touchant. C'est ainsi que la vie des hommes eft bigarée ; souvent même une seule avanture produit tous ces contrastes. Rien n'est si commun qu'une maison dans laquelle un pere gronde, une fille occupée de la passion pleure, le fils se mocque des deux , & quelques parens prennent différemment part à la scéne. On raille très-souvent dans une chambre, de ce qui attendrit dans la chambre voisine; & la même personne a quelquefois ri & pleuré de la même chose dans le même

Une Dame très-respectable étant un jour au chevet d'une de ses filles qui étoit en danger de mort, entourée de toute sa famille, s'écrioit en fondant en larmes : Mon Dien, rendez-la-moi , e prenez tous mes autres enfans. Un homme qui avoit épousé une de ses filles , s'approcha d'elle, & la tirant par la manche, Madame, dit-il, les gendres en font-ils ? Le sens froid & le comique avec lequel il prononça ces paroles , fit un tel effet sur cette Dame affligée, qu'elle sortit en éclatant de rire ; tout le monde la suivit en riant, & la malade ayant fçu de quoi il étoit question, se mit à rire comme les autres.

Nous n'inférons pas de là que toute Comédie doive avoir des Scénes de bouffonnerie & des Scenes attendrissantes; il y a beaucoup de

quart d'heure.

[ocr errors]

très-bonnes Pieces où il ne regne que de la gaïeté, d'autres toutes sérieuses , d'autres mêlangées , d'autres où l'attendrissement va jufques aux larmes; il ne faut donner l'exclusion à aucun genre, & si on me demandoit quel genre est le meilleur, je répondrois : celui qui est le mieux traité.

Il seroit peut-être à propos & conforme au goût de ce siécle raisonneur, d'examiner ici quelle est cette forte de plaisanterie qui nous fait rire à la Comédie.

La cause du rire est une de ces choses plus senties que connues; l'admirable Moliere, Renard qui le vaut quelquefois, & les Auteurs de tant de jolies petites Pieces, se sont contentés d'exciter en nous ce plaisir, fans nous en rendre jamais raison & sans nous dire leur secret.

J'ai cru remarquer aux Spectacles qu'il ne s'és leve presque jamais de ces éclats de rire universels qu'à l'occasion d'une méprise. Mercure pris pour Sofie , le Chevalier Menechme pris pour son frere, Crispin faisant son testament sous le nom du bon-homme Geronte , Valere parlant à Harpagon des beaux yeux de sa fille, tandis qu'Harpagon n'entend que les beaux yeux de la Cassette , Pourceaugnac, à qui on tâte le poulx, parce qu'on le veut faire passer pour fou. En un mot les méprises, les équivoques de ce genre, les travestissemens qui occasionnent ces méprises, les contrastes qui en sont la suite, excitent un rire général.

« AnteriorContinuar »