Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Poule, effets differens qu'elle produit.

Poulet. Les effets.

Chapon, fes effets.

Coq, fes effers.

Differens ufages des Volailles dont on a parlé.

O

N employe les Poules en Cuifine, leur chair eft pectorale & de facile digeftion, elle contient un fuc nourriffant qui humecte & rafraîchit; elle est tres falutaire aux perfonnes extenuées & convalefcentes. Une vieille Poule fe digere difficillement, on s'en fert neanmoins tous les jours avec fuccés pour mettre dans les bouillons.

Quelques Medecins tiennent que la Poule ouverte vive & appliquée chaudement fur une morfure venimeufe, en fait fortir le venin; que la membrane interieure de fon gofier deffechée & mife en poudre eft fpecifique pour le flux de ventre, qu'elle excite l'urine & aide à la digeftion: que la graiffe de Poule lavée en eau rofe eft bonne pour les gerfures des lévres & les engelures, que le fiel inftillé dans l'oeil en ôte la taye, que la fiente deffechée & pulverifée tres-fubtilement & mife fur les yeux dépilez, y fait revenir le poil, & qu'étant mêlée avec huile rofat, elle eft tres-fpecifique pour la brúlure.

Le Poulet, pour être bon, doit être choifi jeune, tendre, gras, & bien nourri, fa chair eft nourriffante, pectorale & facile à digerer; elle humecte, rafraîchit, & eft de bon fuc. L'eau de Poulet s'employe dans la diéte des fébricitans, qui n'ont befoin que d'un aliment tres-leger. Le Poulet étant d'une fubftance qui paffe vite, ne convient point aux perfonnes laborieufes, accoûtumées à la fatigue; c'eft pourquoy on n'en nourrit point les Domestiques à la campagne.

On doit choifir le Chapon de même que le Poulet. Cet Oifeau eft nourriffant, il reftaure, il répare les forces abatuës, & eft de facile digeftion; il eft fort d'ufage dans les maladies de confomption.

Le Coq n'eft pas un aliment fi délicieux que le Chapon, parce qu'étant un animal lafcif, qui abonde en efprits & en humeur feminale, dont il fait de frequentes déperditions, & par la grande chaleur où il eft continuellement, fa chair devient feche & difficile à digerer: elle a peu de goût, & fe fert peu fur les tables délicates. On employe neanmoins le Coq pour les bouillons, & l'on choifit même en cette occafion le Coq le plus vieux.

Les parties 'génitales du Coq, quand il eft encore jeune, font propres pour les perfonnes maigres & attenuċes, fon cerveau eft falutaire pour le cours de ventre, & fon fiel propre pour les maladies des yeux, & à enlever les taches du visage.

Proprietez des œufs.

Es œufs font fort nourriffans, ils adouciffent les âcretez de la poitrine, & font propres pour la Phtyfie & les Hemorragies, mais il faut pour cela qu'ils foient frais.

Quand ils font trop vieux ils échauffent beaucoup, & caufent des infirmitez à ceux qui font d'un temperamment chaud & bilicux ; parce que la fermentation qui leur furvient alors, ne détruit pas feulement l'union & le premier arrangement de leurs principes huileux & falins qui font leurs

bons effets, mais encore éleve & exalte un peu trop ces príncipes, ce qui en diminuë la bon té

Epreuve pour découvrir fi les œufs font frais.

Our découvrir files œufs font frais ou non, on les prefente à la lu

& tranfparantes ; fi elles ne le font point, c'eft une marque que les œufs font vieux. On approche encore l'oeuf du feu, s'il en fort une petite humidité, on juge qu'il eft frais, finon qu'il eft vieux.

Les œufs durs font aftringeans: le blanc d'oeuf battu avec l'eau de plantin, est un collire merveilleux pour l'inflammation des yeux : le jaune avallé feul appaife la toux ; la petite membrane qui eft fous la coque de l'oeuf deffechée & fubtilement pulverifée, & incorporée avec un blanc d'œuf conviennent aux gerfùres des lévres ; la coque d'œuf calcinée, réduite en cendre & beüe avec du vin, arrête le crachement de fang, elle eft bonne feule pour blanchir les dents; le blanc d'œuf mélé avec de la chaux vi- Matiere ve pulverifée, & la coque réduite en cendre, du ciment tamifé, & un peu particude bitume fait un mastic excellent pour rejoindre le fragment des porcelai- liere. nes, ou fayences brisées.

CHAPITRE I I.

Des Poules d'Indes, & comment les gouverner. Inftruction pour élever les Dindons. Proprietez de cette Volaille.

A Poule d'Inde est un gros Oifeau affez connu, qui apporte beaude profit, & qui eft d'un grand ufage parmi les alimens. Il y en a de noirs, de gris cendré, pommelé, & d'autres dont les plumes font rougeâtres & blanches, ou toutes rougeâtres.

Ces Oiseaux étoient autrefois inconnus aux Européens, & on les apporta en premier lieu d'une partie d'Affrique, appellée Numidie; c'eft fous ce nom qu'il faut les entendre dans Columelle, il les appelle auffi Poules L. 8. C. 1. Afriquaines, Ces Poules nous font auffi venues des Indes, & c'est d'où elles ont tiré leur nom. Les Grecs les nommoient Meleagrides, parce qu'ils s'imaginoient que les fœurs de Méleagre avoient été changées en ces Oifeaux. Le Lecteur pardonnera, s'il luy plaît, cette digreffion qu'on n'a mife icy que pour faire entendre fous quels noms les anciens Auteurs

les avoient connus.

Demeure

On ne bâtiroit pas deux endroits diftinguez pour loger ces Oiseaux feparément d'avec les Poules communes, fi les premiers s'accommodoient mieux aux juchoirs avec les autres; mais comme ils font plus gros des Poules ils veulent être les Maîtres, & troublent les Poules dans leur repos; ainfi d'Indes. donc, il faut leur deftiner un lieu à part, principalement quand il y a des

Dindons.

[ocr errors][merged small]

Cette efpece de Poulaillier ne demande pas tant de façon que celuy des Poules ordinaires, il fuffit que les bêtes qui leur font ennemies n'y entrent point, & qu'il y ait des perches mifes de travers pour les faire jucher, il faut qu'elles foient fortes pour foutenir ces Oifeaux qui font pefans. Ce n'eft pas que lors qu'ils font bien forts, & environ vers lemois de Novembre, la plupart juchent à l'air, fur des arbres, s'il y en a dans la cour, ou fur des charretes ou autres chofes de cette nature qu'elles trouvent à leur difpofition, fans craindre ny la gelée, la neige, ny les autres frimats aufquels l'Hyver eft fujet, parce que ces Oifeaux aiment l'air naturellement, & l'on tient même qu'ils y engraiffent mieux, que lorfqu'ils font enfermez. Ceux qui prennent envie de nourrir des Poules d'Indes doivent avoir un endroit prés de la maifon où ces animaux puiffent pâturer; c'eft le moyen d'en élever beaucoup & à peu de frais, & de les garantir de bien des maladies; cas Oifeaux aimant à paître l'herbe, & à vivre de vers.

Choix des Poules d'Indes & du Coq.

Lorsque les Poules d'Indes veulent faire leur ponte, il les faut obfer-
ver de prés & voir où elles fe inettent pour la premiere fois pour dépo-
fer leur oeuf; c'eft là qu'on doit de deux jours l'un les aller vifiter, &
foigner de lever leur oeuf, quand il eft pondu ; autrement il feroit à crain→
dre que quelque chien ne le mangeât, parce que ces animaux ne pondent
toûjours qu'à terre: ces Pouies font deux Pontes par chaque année, & dont
chacune monte à douze ou quinze ceufs, elles commencent la premiere
vers la my Février, quelquefois un peu plus tard felon les Hyvers plus
ou moins rudes, & la derniere vers le mois de Septembre.

Lorfqu'il eft queftion de multiplier l'efpece de ces Oifeaux, on doit toû-
jours choifir les plus groffes Poules & le plus gros Coq; celuy-ci doit avoir
l'afpect fier & éveillé, il doit être courageux, & pour ainfi parler, mal-
veillant & colere : tout cela ne marque que d'autant plus l'amour qu'il a
pour fes Poules; chaque Coq en peut avoir fix, & fix Poules fuffifent
pour garnir abondamment une Baffe- cour de cette Volaille : au reste
on n'en prend que ce qu'on juge à propos, & felon qu'on a dequoy les
nourrir. Quand on eft en état d'en avoir beaucoup, il faut en élever,
parce qu'il ne coûte pas plus d'en donner un bon troupeau à conduire à
un bon Dindonnier qu'un petit nombre, & par là on luy fait
fes gages.

gagner

Les Poules d'Indes qui vont aux champs ne dépenfent pas tant à beaucoup prés que celles qui font toujours à la maifon, & qui caufent fouvent des dégats aux jardins, aux vignes & aux bleds qui font voifins, les autres fe nourriffent par la campagne de racines, de vermines, d'herbes, de grains, & de fruits fauvages. On entend encore un coup qu'on ne les meine aux champs que quand il y en a beancoup; car s'il n'y avoit que cinq à fix Poules avec un Coq, & que ce fuffent ceux là, dont on auroit fait choix pour multiplier l'efpece, il faudroit les nourrir à la maison, parce que la nourriture qu'ils trouveroient par les champs ne fuffiroit pas pour les bien entretenir; une bonne nourriture alors leur eft neceffaire, & particulierement l'avoine pour les échauffer, & obliger les meres à pondre, & le Coq à bien carreffer fes Poules.

[ocr errors]

Il eft conftant que par le moyen des Poules d'Indes on a bien-tôt une Baffe-cour fournie de Poulets & d'autres volailles, parce qu'elles embraffent beaucoup d'œufs quand elles couvent. Il faut pour les mettre couver ufer des mêmes précautions qu'à l'égard des Poules; c'eft à dire, bien choifir leurs œufs, leur drefler de bons nids, & les mettre dans un endroit fecret, où rien ne les puiffe détourner de leur travail.

ver les

Poules

Les Poules d'Indes couvent également leurs œufs comme ceux des autres Comment volailles, c'est pourquoy de quelques efpeces de ces Oiseaux qu'on veuille mettre coumultiplier, il eft indifferent de faire choix des œufs qu'on fouhaite que les couveufes fomentent, foit pour avoir des Dindons ou des Poulets, fi l'on d'Indes. ne fuppofe aux meres d'Indes que leurs œufs propres, on leur en donnera depuis quinze jufqu'à vingt: fi on leur mêle moitié oeufs de Poules communes, il faut leur en donner vingt-cinq, & fi ce ne font que de ces derniers, trente, & avoir bien foin des couveufes, elles en fercnt éclore heureusement les petits. Les oeufs de Poules d'Indes font un mois à éclore, ainfi il eft bon de remarquer quand on met couver des œufs de Poules avec Remarque. ceux là, il ne les faut donner à la Poule d'Inde que neuf à dix jours aprés qu'elle aura commencé à couver les fiens propres, afin que les Dindons & les Poulets éclofent tous en même temps.

Soin qu'on doit avoir des Dindons nouvellement éclos.

DEs que les petits Dindons font éclos, il les faut traiter doucement; c'eft un Oifeau bien délicat à élever dans le commencement, & qui demande bien des foins; il eft fort fufceptible de froid, la faim luy eft fatale, & il ne veut point être manié rudement.

Il faut donc prévenir tous ces inconveniens, fi l'on veut élever heureusement des Dindons ; & pour y réüffir, fitôt qu'ils font nez, on les enferme, avec leur mere, dans une chambre qui eft chaude; on foigne là de leur donner fouvent de la nourriture, & de ne les manier que tresrarement; on peut quelquefois les mettre au Soleil fous une mûë lorfqu'il luit, & foigner à les retirer dés qu'il ne donne plus fur la Cage. Ce foin exact peut durer jufqu'à ce que les petits Dindons ayent vingt jours: car aprés ce temps on peut, quand il fait beau temps, les laiffer un peu promener dans la cour avec leur mere, fi l'on voyoit que l'air voulut fe réfroidir & nous donner de la pluye, il faudroit auffi-tôt renfermer

les Dindons dans une chambre.

La nourrirure ordinaire des Dindons nouvellement éclos, eft d'abord Nourriture les jaunes d'œufs durcis & hachez fort menu, on les nourrit ainfi pendant des jeunes fept ou huit jours, puis aprés, on leur mêle de la mie de pain blanc par- Dindons. mi ces œufs, & quand ils ont quinze jours, on leur ôte cette ncurriture, & on leur donne à la place du miller, ou bien on prend des orties qu'on hache fort menu, & qu'on mêle d'un peu de fon & de caillé.

Si l'on veut que ces petits Dindons mangent bien, il faut avoir la patience de prendre la nourriture dans fa main, & de la leur prefenter en les excitant à en prendre par ces mots, pis, pis, pis, répetez fort fouvent, cela les réveille, & fi-tôt qu'ils vous entendent, ils courent à vous & man

gent fort avidement; la marque qu'ils ont faim, & qu'ils demandent à
manger, c'eft lorfqu'ils ne font que piauler. Il ne faut pas faire la fourde
oreille à leurs cris; c'est la nature qui parle dans ces petits Oifeaux,
a befoin de nourriture, il faut luy en donner, autrement les petits Din-
dons periffent en peu de temps, car leur mere a beau les promener, ils
ne mangent rien, ou tres peu de chofe de ce qui fe prefente à leurs yeux

elle

dans la cour..

: A mefure que les Dindons croiffent & fe fortifient, on leur change leur nourriture, on leur donne des orties encore hachées avec moins de précaution, & détrempées feulement avec de l'eau & du fon: au lieu d'orties on prend, fi l'on veut, des laituës qu'on hache auffi ; le petit lait à la place: de l'eau, & l'orge boüilli eft encore pour les Dindons une nourriture tres

excellente.

Choix d'un
Dindonier,-

C'est ainsi qu'on éleve ces Oifeaux jufqu'à ce qu'ils fe feparent euxmêmes de la compagnie de leur mere; tels font les foins qu'on doit abfolument prendre aprés eux, fi l'on fouhaite en avoir le plaifir & le profit.. Quand ils font grands & forts ils ne demandent plus toutes ces peines; ils fe paiffent eux-mêmes de ce qu'on leur donne, & de ce qu'ils trouvent, & c'est pour lors qu'il faut les envoyer aux champs fous la conduite d'un

Dindonnier.

Un Dindonnier ordinairement eft un petit garçon qu'on prend, âgé de quinze à feize ans. Il faut qu'il ait cet âge pour bien foigner fon troupeau; au deffous il eft trop foible, & au deffus il faut l'occuper à quelque chofe de plus fort. Ce jeune Paftre fera éveillé, vigilant, d'une humeur douce, erainte qu'il ne maltraite les Oifeaux qu'il conduit; il fera matineux, fidele au refte, ne faifant pas à croire que le Loup a emporté quelque Poulet d'Inde, lorfqu'il en auroit difpofé à fon profit; il fera encore foigneux de voir fi parmi fon troupeau il n'y a point quelques-uns de ces Oifeaux qui clochent,ou qui foient malades, afin d'y apporter du remede; il en fera exacment la revue tous les foirs & tous les matins, & en rendra compte à la mere de famille ; une petite fille peut faire cet employ auffi bien qu'un garçon.

Quand & où mener paître les Dindons..

DEs le Soleil levé nôtre petit Paftre s'éveillera, & conduira fon troupeau en campagne, tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, le long des bois; mais garre le Loup; c'eft pourquoy il eft bon qu'il ait un chien pour l'en garantir; il ira quelquefois prés des ruiffeaux on des rivieres, & quelquefois dans des prairies fauchées, mais le meilleur, c'eft aprés qu'un champ eft moiffonné, d'y mener glaner les Dindons, pour fors ils engraiffent & ils croiffent à vue d'œil, & toute cette diverfité de nourriture leur éveille l'appétit. Ces animaux paiffent ainfi jufqu'à dix heures du matin qu'on les ramene à la maifon pour les tenir enfermez jufqu'à midy, à laquelle heure on les lâche pour les conduire encore au pâturage jufqu'à une heure avant que le jour finiffe, qu'il les faudra mettre dans le Poulailler pour y paffer la nuit, aprés leur avoir jetté un peu de grain. Si c'est

pendant

« AnteriorContinuar »