Imágenes de páginas
PDF
EPUB

défauts, afin que la Menuiferie en foit meilleure, tout bois vitié eft à rejetter, parce qu'on n'en fçauroit rien faire qui foit de durée.

Aprés avoir donné à connoître quels doivent être les materiaux propres à bâtir, pour être eftimez bons à employer, il eft conftant qu'on ne peut douter qu'une pareille connoiffance ne foit tres-importante pour tous ceux qui aiment à faire dépenfe en Bâtimens, c'eft le vray fecret, comme on a déja dit, de ne fe rien laiffer impofer par les Ouvriers, fur tout ce qui regar

de cet Art.

Le peu d'application qu'on a pour ces fortes de chofes, & la confiance aveugle qu'on donne aux Ouvriers, qui la plupart ne cherchent qu'à épuiser vôtre bourse, font cause tous les jours de la ruine de beaucoup de familles ; on fe fent quelque argent, on veut faire bâtir pour le befoin même qu'on croit en avoir, tout cela ett bon, mais ce qu'on y trouve de fâcheux, eft de ne vouloir point entrer en détail, ni en connoiffance de tout ce qu'il convient pour une entreprise de cette nature: fouvent auffi, manque de cette précaution, on fuccombe fous le poids du Bâtiment.

'Il faut donc, quand on veut bâtir, ufer de toute fa prudence, voir avant que de commencer, à quoi à peu près, l'édifice pourra revenir, & étudier avec application les prix des Materiaux, afin d'en faire aprés un calcul le plus exact qu'il fera poffible. Voici la methode qu'on pourra fuivre, pour profiter de tout ce qu'on a dit dans le Chapitre précedent.

Ufage de ce qu'on a dit dans le Chapitre précedent.

N fuppofe donc qu'on veuille faire bâtir; on examine d'abord l'étenfervir d'affictte au Bâtiment, & l'on en prend enfuite les alignemens pour y creufer les fondemens, puis raifonnant en foi-même fur les prix établis des materiaux; on dit, j'ay tant de fouilles de fondemens à tant la Toife, tant de murs à élever, qui produifent tant en long qu'en large, tant de Toifes,à un tel prix la Toise, tant de couverture pour la Tuile, felon la grandeur du Bâtiment, tant de Menuiferie, & de Charpente, ainfi du refte; aprés cela on fait une addition de tout, & l'on voit à quoy à peu prés le tout peu monter, & fur ce Calcul tiré avec beaucoup d'examen, on ne s'enfourne point inconfidérement dans fon entreprise; quoyqu'il en coûte toujours plus qu'on ne fe l'eft imaginé; mais enfin on s'y attend en quelque façon, on compte là-deffus, & on ne fe ruine pas, parce qu'on n'entreprend rien audeffus de fes forces. Et pour aider ceux qui voudront entrer en cette connoiffance & y parvenir aisément, on a crû que quelques Calculs concernant des Marchandises, à tant la Toife, le Boif feau, ou autre mefure, étoient neceffaires, pour voir à combien reviendra le tout, & pour cela paffons à l'Operation.

[blocks in formation]

2 Valent

3

4

S

6

[merged small][merged small][ocr errors]

2 Valent

3

4

S

43 Sols la Toife courante de Fouilles de Terres.

6 f

[ocr errors]

10

FI

I L

L

I L

1L

1 L

2 L

2 L

12 f

is f

+ L

If

• L

4 f

7 f

IL
I L
10 f
1L 13 f

f

18 f

L

2 L

z L

4

f

8 f

I

Les trois quarts donneront 2 fols 3 deniers. La moitié 1 fol 6 deniers. Le quart deniers. Le huitiéme 4 4 deniers. Les deux tiers 2 føls, & le tiers

fol.

Y

A 4 Sols la Toife courante de Fouilles de Terres.

8 f

12

T

16 f

12 f

16 f

[ocr errors]
[ocr errors]

I L

S

IL TOT

f

[ocr errors]

f

12 Valent

13

14

[ocr errors]

sf

z L 10 f
2 L 15 f

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Les trois quarts donneront 3 fols. La moitié z fols. Le quart I fols. Le huitiéme 6 deniers. Les deux tiers 2 fols 8 deniers, & le tiers i fol 4 deniers.

A 76

I L 16 f

IL 19 f

2 f

As Sols la Toife de Fouilles de Terre, ou le Pied de Verre de Lorraine,

12 Valent

13

14.

IS

IG

2 L

2 L

2 L

2 L

17

18

2 L

2 L

3 L

19

20

sf

8 f

II f

2 L L 2 L

2

3 L

3 L

3 L

3. L. 12 f

14

17 f

3 L 161

4. L

4

8 f

IZ

f

16 f

[ocr errors]

4 f

8 f

L

[ocr errors]

3 L

L

3 L 10 f

3

L

Is f

i

[ocr errors]

Les trois quarts donneront 3 fols y deniers. La moitié 2 fols fix deniers. Le quart 1 fols 3 deniers. Le buitiéme 7 deniers. Les deux tiers 3 fols 4 deniers. Le tiers 1 fols 8 deniers. E ij

2 Valent

3

4

S

6

7

8

9

10

II

[ocr errors]

16 f

2 f

8 f

14 f

6 f

Les trois quarts 4 fols 6 deniers. Le demy 3 fols. Le quart I fol & deniers Le huitiéme 9 deniers. Les deux tiers 4 fols. Le tiers 2 fols.

2 Valent

3

4

6

2 Valent

3

A 6 Sols le Pied de Verre.

12 f

12 Valent

18 f

13

4 f

10 f

2 Valent

I L

1 L

L

2 L

2. L

2 L

[ocr errors]

4

3 L

3.L

I L

I L

2 L

2 L 8f

14

Is

16

3 SL

17

18

A 8 Sols la Botte de Latte.

16 f

4

f

12 f

f

6 L
S
7 L 10f

19

20

7 Valent

8

9

10

20

9

10

20.

Les trois quarts 6 fols. La moitié 4 fols. Le quart 2 fols. Le huitiéme 1 fol Les deux tiers 5 fols 4 deniers. Le tiers 3 fols & deniers.

Ax Livres Sols la Toife de Pavé, pour façon seulement.
8 L 15

2 L 10 f

7 Valent

{

L IS

f

8

10 L.
11 L
12 Lof

S {

25 L

3

L 12

3 L 18 f

f

4

10 f

16 f

7 Valent

8

4 L

L

6 L

10

20

[ocr errors]
[ocr errors]

Les trois quarts 19 fols 3 deniers. La moitié 1 2 fols 6 deniers. Le quart 6 fols; deniers. Les deux tiers 1 fols 8 deniers. Le tiers 8 fols 4 deniers.

As Livres le Charriot de Pierre de Taille.

10 L
L

15
20 L

L

25 30 L

S

6. L.

L 14 f

2 f

8 f

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Les trois quarts3 livres 15 fols. La moitié 2 Livres 10 fols. Le quart livre

5

fols. Les deux tiers 3 livres 6 fols huit deniers. Le tiers 1 livre 1 3 f. 4 deniers.

[blocks in formation]

3

Les trois quarts 5 livres 12 fols 6 deniers. La moitié livres 15 fols, Le quart i livre 17 fols 6 deniers. Le huitiéme 18 fols 9 deniers. Les deux tiers s livres. Le tiers 2 livres 10 fols.

i

Les huit Calculs qu'on vient de donner fuffifent pour aider beaucoup une. perfonne qui voudra calculer l'un aprés l'autre, à combien lui pourra revenir tous les Materiaux & Toifes d'ouvrages qui conviendront entrer dans un Bâtiment. Il n'y a qu'à fçavoir avec cela l'Arithmetique, & fuppofé qu'on ait des chofes à achetter, quivalent plus que le prix qu'on a marqué dans ces Calculs, il n'y aura qu'à ramaffer par parties les quantitez, & voir à tant la chofe, à quelle fomme cela monterà, & une addition tirera aisément de peine là-deffus.

CHAPITRE

V I.

Deffein d'une Maison de Campagne, de fes fondemens, commoditez, &piéces generalement qui doivent l'accompagner, avec ce qu'on y doit obferver.

[ocr errors]

L femble qu'avant que de defcendre dans l'examen de chaque prix en particulier des Materiaux propres à bâtir, on auroit dû donner un Devis de quelque Bâtiment, fur lequel on auroit pû établir, mais comme il n'importe que cette idée foit placée devant ou aprés ce que nous avons dit, n'étant point celle à laquelle il faille abfolument s'arreter, fil'on veut bâtir, on aura foin de dreffer foy-même, ou de fe faire dreffer un Devis de la Maison qu'on a deffein de faire conftruire, pour aprés avec mûre réflexion, entrer dans le détail, de tout ce qui regarde la dépenfe, afin de n'y point être furpris.

On ne fçauroit trop avertir de prendre garde toûjours que la Maifon foit proportionnée à la quantité de Terres qui en dépendent, c'eft ce qui doit fervir de regle à un homme qui veut bâtir à la Campagne. Nous ne done nerons point ici de defcription d'une Maifon magnifique, le deffein en fera fimple, & rempli de toutes les commoditez neceffaires pour mettre à couvert tout ce qu'on peut tirer de la culture des terres, & les animaux qui y font propres. Cela doit fuffire pour un bon ménager, & un homme qui n'a pas affez de bien pour mener gros train.

Nous avons déja en quelque façon choifi l'affiette du Bâtiment Champêtre, & pour y être logé commodément, & un peu au deffus du commun, nôtre Maison aura de face vingt Toifes, avec deux petits Pavillons aux deux bouts, & enclavez à moitié dans le maître Corps de Logis, qui fera directement opposé à l'entré principale, ayant fa vúe fur une belle court pardevant, & par derriere, fur quelques Jardins d'ornemens, ou autres, qui en rendent l'afpect agreable.

On entrera d'aberd par un Veftibule qui aura à droite une petite Salle, & le Cabinet du Maître, avec une Chambre à coucher dans le Pavillon où il entrera, s'il veut, par un efcallier de deux marches feulement, qui y féra posé en dedans la Cour.

A gauche de ce Vestibule, on entrera dans un falon destiné pour y manger, puis fera la Chambre du Maître, enfuite la Cuifine, & dans l'autre afle du Bâtiment le Fournil.

•Chaque Chambre pour bien faire, fera accompagnée d'une Garde-robe, & la Cuifine de quelque Cabinet pour fervir de Garde-manger. Il y aura fours ce Bâtiment une Cave aflez fpacieuse pour y mettre du vin, & deffus des Chambres diftribuées dans toute l'étendue de la Maison, avec des Cabinets, & Gardes-robes pour la commodité de ceux qui y logeront, & des Greniers deffus.

La Cour fera fpacieufe autant que le terrein le permettra, & ce fera la Cour principale, à gauche paroîtra la Baffe-court, féparée d'elle par un mur & environnée, de la Grange, Ecuries, Etables pour toutes fortes de Beftiaux, Preffoir, Vinée, Colombier, ou Voliere, Remifes de Caroffes, Hangards Appentis, & Greniers deffus pour mettre les Foins; derriere la Maifon feront les Jardins d'ornemens, Fruitiers & Potagers. Revenons à la Maison, & parlons de fes Fondemens, en la connoiffance defquelles celuy qui fait bâtir, doit entrer,

[ocr errors]

Des Fondemens.

Es Fondemens font naturels on artificiels, les premiers c'est lorsqu'on

"

eft tel, il cft inutile de creufer pour chercher d'autre chose qui foit plus ferme; & l'on peut en fureté y afleoir un mur.

Mais fi ce terrein eft fablonneux, ou que ce foit une terre remuée, ou une terre dont la maffe ne foit pas bien ferme, ou bien un marais, il faut alors fouiller jufqu'à ce qu'on ait trouvé un terrein folide, autrement les fondemens ne fubfifteroient pas long-temps, & entraîneroient avec eux toute la maifon.

L'épaiffeur des fondemens doit toûjours être le double de celle du mur fur tout quand on le bâtit pour porter un poids qui foit bien pefant,

Quelque édifice qu'on puiffe clever, il faut toujours faire des Pilotis quand le terrein n'eft pas ferme, ou bien remplir le fonds de la tranchée de groffes planches de bois, & mettre deffus de bon Libage, qui font de groffes pierres ilures, & qui s'employent comme le Moilon.

« AnteriorContinuar »