Imágenes de páginas
PDF
EPUB

y dégage tres-bien les différens objets qui s'y préfentent, & comme nous f'avons déja dit, un jardin fans eau eft prefque un corps fans ame. Donnons icy le plan d'un Jardin orné de Bofquets, Parterres, Boulingrins, Cafcades, Jets d'eau, différens Baffins de plufieurs fortes, & d'autres Ornemens. qui contribuent à la magnificence des grands Jardins.

Explication de la Planche XXIII.

piedeftaux.

7. Bofquets avec jets d'eau dans des grottes.

8. Boulingrins.

[I. Face de la Maison.

2. Terraffes.

3. Cascades.

4. Différens Parterres.

5. Pieces d'eau.

6. Plufieurs Figures placées fur des Ornemens..

[ocr errors]

9. Bois percez, & plusieurs autres

CHAPITRE XXXVILL

Des Treillages tant fimples que Treillages d'Ornemens, comme Cabinets, Berceaux & Portiques, accompagnez des Ornemens qui leur conviennent, avec d'autres pieces qui fervent à décorer les jardins.

Treillages. Nous commencerons ce Chapitre par des Treillages fimples; afin de parvenir pied à pied à ceux qui fe font avec ornemens. Les Treillages fimples entrent dans les jardins de propreté, comme dans les Potagers; c'eft pourquoy on a cru faire plaifir que d'en parler...

Ces Treillages fe dreffent contre les murs, on y en forme de grandes paliffades; des hayes d'appuy de trois pieds ou trois pieds & demy de haut, & le bois dont ils font compofez, doit être de bois de quartier, ou de cœur de Chêne, chaque échalas doit avoir un pouce en quarré, & étre bien plané..

Pour bien faire ce Treillage, on a des crochets de fer faits exprés qu'on fcêle dans le mur à trois pieds de distance l'un de l'autre, & toujours en échiquier, à commencer le premier rang à un pied prés de la fuperficie de la. terre, & continuer jufqu'à un demy pied ou environ fous le larmier du mur.

Il y a des échalats de différentes longueurs, fçavoir de quatre pieds & demy, de fix, fept, huit & neuf pieds, & l'on en prend de la grandeur qu'on fouhaite, & felon que la hauteur du mur qu'on veut garnir le permet; ces échalats fe vendent à la botte, & chaque botte en contient vingt-cinq. Les montans, autant qu'on le peur, doivent être d'une feule piece: le Treillage en eft plus propre; cependant, fila commodité ne le permet pas, on les fera de deux, mais il faut pour lors que ces échalats foient appointez proprement, ce qui fe fait en applaniffant & proportionnant jufte les extremitez qu'on veut unir l'un à l'autre ; aprés cela on les lie bien ferré avec du fil de fer qu'on tort avec des tenailles, avec la tête desquelles on en rabat auffi le noeud contre l'échalas.

Pour

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][subsumed][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

¡

Pour les traverses elles doivent être faites des échalas les plus forts, parce qu'elles foutiennent tout l'ouvrage, les quarrez ou les mailles de treillages doivent être de fept à huit pouces, ou de huit pouces fur neuf, ce font ces treillages qui font propres pour les fruits; il y en a d'autres dont les mailles ne font que de quatre à cinq pouces, on s'en fert ordinairement pour des Cabinets de jardin, & pour couvrir des murs.

Un Treillaffier qui entend bien fon métier doit toûjours avoir en main la mefure reglée pour les mailles; & l'appliquer foigneufement chaque fois qu'il en fait une; il faut laiffer un bon pouce de jeu entre l'échalas & le mur, & il ne faut qu'un feul montant dans les encognûres des murailles pour joindre enfemble les deux treillages qui vont d'équerre; s'il y en avoit deux cela choqueroit la vûë.

La derniere perfection d'un treillage confifte à être peint en verd, & pour cela, on luy donne une premiere couche de blanc de cérufe, lorfqu'elle eft féche, on y en met une de verd de gris, qu'on laiffe auffi fécher, puis on y en met encore une troifiéme du même verd.

Des Hayes d'appuy de Treillage..

LE

Es Hayes d'appuy de treillage fe font ordinairement de trois pieds ou trois pieds & demy de haut, les mailles ne s'y font qu'à huit pouces fur neuf de large, avec des poteaux de toife en toife, gros & ronds prefque comme le bras, ou bien on prend pour cela du chevron avec une téte qu'on fait au deffus pour plus grande propreté; il y en a qui font des entailles dans ces poteaux pour y placer l'échalas, d'autres qui n'en font point, la derniere méthode eft la plus fuivie; voila ce qui regarde les treillages: fimples: paffons maintenant à ceux qui tirent leur luftre de l'Architecture & des Ornemens dont ils font accompagnez.

Des Berceaux.

L

Es Berceaux de treillages ornent beaucoup les jardins : il y en a de deux fortes, les naturels & les artificiels; les premiers fe forment par les branches entrelaffées des arbres; on fe fert pour cela d'Ormes, de Tilleuls: de Hollande avec de la Charmille dans le bas pour les garnir.

Ces pieces de jardin ne doivent point être trop élevées pour être plûtôt couvertes de verdure, & conferver la fraîcheur : il fuffit qu'ils ayent de hauteur un tiers plus que de largeur, & que le ceintre en foit furbaiffé.

Les Berceaux artificiels font faits de treillages qui ont pour foutient des traverses, des montans, des cercles, barres de fer & arcboutans, l'échalas de bois de Chêne eft celuy dont on fe fert pour ces treillages; l'industrie des Ouvriers en France en fait de treillage s'eft pouffée bien loin; ils font avec ce bois des ornemens de jardin tres-magnifiques; on en voit des Berceaux, des Galeries, des Cabinets, des Portiques, des Coquilles & des Niches, toutes ces pieces fervent d'un tres-bel ornement dans les jardins.

Ces habiles Ouvriers les enrichiffent de Pilaftres, de Colonnes, Vafes, Paneaux,Corniches,Frontons,Montans, Confoles, Couronnemens, Dôme,

Bbbb

Lanternes & autres Ornemens d'Architecture; on laiffe à ces Ouvriers les foins de bien ménager toutes ces beautez dans leurs ouvrages, & à y fuivre une jufte proportion

L'Orangecic.

On appelle berceau de treillage un ouvrage qui a une grande longueur ceintrée par le haut en forme de galerie; c'eft cette forme qui le diftingue du cabinet, qui eft pour l'ordinaire quarré, rond ou couppé à pan; cette piececy fe met dans les encognures des petits jardins où elle accompagne un berceau dans les deux extremitez & au milieu. On garnit les berceaux de Chévrefeuille Commun ou Romain, ou de Jafinin on en peut garnir le bas de Rofiers; ainfi un petit jardin de Ville eft terminé agréablement par un berceau qui luy donne un tres-bel afpect: voicy une Planche qui donne des Figures de tous les Ornemens dont on a parlé,

Explication de la Planche XXIV.

1. Treillage fimple de mailles de huit pouces fur neuf.

2. Montans.

3. Traverses..

4. Mailles de huit pouces. 5.Treillage à mailles de quatre à cinq pouces.

6. Cabinets fimples.

7. Berceau.

S. Vafes.

9. Corniches.

10. Paneaux.

11. Montans.
12. Ceintre.

13. Cabinets.
14. Portiques.

Comme l'Oranger eft un des plus beaux ornemens de jardin à cause de fa fleur & de fa verdure qui réfifte à l'hyver, on cherche à conferver cet arbre avec beaucoup de foin: on bâtit pour cela une Orangerie où l'on peut fe promener l'hyver comme dans une galerie: on en voit prefque dans tous les jardins, pour peu qu'ils foient confiderables: les croifées de ce bâtiment doivent être expofées au midy, & bien fermées de chaffis & de contre-chaffis pendant l'hyver.

Les Figures & les Vafes font des Ornemens qui font encore beaucoup valoir un jardin. On voit chez les Grands des Buftes, des Termes pofez fur des picdeftaux, Scabellons, Socles, oupied d'Ouche. Les Animaux, les Bas reliefs & les Mafques qui accompagnent les Cafcades, les Efcaliers, & autres pieces de jardin contribuent encore beaucoup à le rendre magnifique.

On peut encore pratiquer des perfpectives dans les jardins, elles font propres pour cacher les murs de pignon, & les extrêmitez d'une grande allée. On les peint à huile ou à frefque, mais il faut foigner de les garantir de la pluye par un petit toît d'ardoife qu'on bâtit au deflus. On fe fert auf de grilles dans les enfilades des allées, qui, autant qu'on peut, ne doivent point borner la vûë. Les Caiffes, les Pots de fleurs fervent encore d'ornemens aux jardins, on les remplit de toutes fortes d'arbriffeaux ; on les place le long des terraffes ou à côté des parterres ; on en voit fur des Gradins, fur des Tablettes & murs de terraffes à la defcente des efcaliers ou fur des dez de pierre dans des plattebandes & bordures de gazon. Les Vafes & les Pots dont on fe fert pour la décoration des jardins font ordinairement de fayance,

« AnteriorContinuar »