Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ز

de Dieu il n'y a rien de trop précieux, de trop magnifique ; quoi. qu'il soit vrai que ni les Prêtres ni les Evêques dans leurs vêtemens ordinaires ne doivent jamais affecter la magnificence & le luxe , qui repugnent à la sainteté de leur caractere ; mais plutôt la modestie vreté qui leurs sont tant recommandées dans les. Synodes , & dans les Canons.

& la pau.

Les Tuniques ou Dalmatiques.

[ocr errors]

ܪܐ

Outre les Tuniques ou Dalmatiques des Diacres , & des Soûdiacres dont nous avons déja parlé, les Evêques en ont de propres dont ils se revêtent quand ils officient.. Au lieu d'une ils en prennent deux ; mais alltrefois il leur étoit perinis d’en laisser

comme on peut le voir dans Durand , liv.3.chap. 1o. L'usage de ces Dalmatiques est tout au moins du quatrieme fiecle , & il en est parlé dans l'Ordre Roinain. Cependant il ne fuc pas d'abord introduit par tout.Ce ne fut qu'à Rome que l'on s'en ser

une

vit au cominencement. Dans la fui e le privilege de les

porter

fut comaruniqué aux autres Eglises. Nous en avons une preuve dans l'Epître 113. du grand saint Gregoire où l'on voit que Aregius Evêque de Gap obrient de ce Pape la permission d'en pouvoir user, ce qui montre qu'il y avoit alors des Evêques qui n'en osoient pas. Au reste ces habits dans ces pre

. miers temps ne furent pas de toutes les couleurs indifferemment ; ils en eurent de déterminées. La Tunique, selon Amalaire fur de couleur d'Hyacinte

ou d'Ecarlate selon quelques vieilles peintures. Mais la Dalmatique étoit blanche pour des raisons mystéricuses , ce qu'on peut voir dans Simon.de Thessalonique.

[ocr errors]

Les Gants.

ز

Les Evêques prennent des Gants quant ils officient ; il en est parlé dans l'Ordre Romain , aussi bien que de ceux des Abbez ausquels ils furent permis. L'usage de ces Gants eft des plus anciens & l'on en peut voir

[ocr errors]

de beaux monumens chez Menard : il n'est pas néanmoins si ancien que l'a voulu dire Honoré d'Autun in Gemm, anim, b. 1. 6, 215, où il pretend que c'est par un tradition des Apôtres que les Evêques, quand ils célébrene ou qu'ils officient, prenvent des Gants. Si cela étoit les Evêques des premiers fiecles auroient dû sans doute en prendre , & nous en aurions quelques monumens. D'ailleurs l'Eglise d'Orient ne s'en étant jamais servie c'est-là une seconde preuve qui détruit cette tradition prétenduë. Ce que nous appellons Gant eft nommé Manica, Manulea, Manche

par les plus anciens Ecrivains , tels qu'ont été Pline , Homere, Xenophon , &c.

[ocr errors]
[ocr errors]

Les Souliers ou Sandales.

Dans l'ordre Romain , dans Ama. laire , dans les Epîtres de saint Gregoire, & les capitulaires de Charlemagne , on trouve que tous les Clercs generalement quittoient leurs. fouliers quand ils officioient

&

[ocr errors]
[ocr errors]

qu'ils en prennoient des particuliers qu'ils ne portoient jamais hors l'Eglise , & qu'ils lioient avec des courroyes. Rabanus Maurus dit que les Prêtres usoient de fandales qui ne sont differentes de nos fouliers qu'en ce qu'elles n'ont par deffus que 2. ou 3..lanieres de cuir, ou d'autre matiere comme celles des Capucinsa Dans le Donatif du grand Conftantin on reinarque que ces fouliers devoient être de couleur blanche ; Et eii effet nous lisons ailleurs que ce qui couvroit le pied n'étoit que de toile qui tenoit lieu de cuir ou de peau : Mais Ammian Liv. 22. & plusieurs autres Ecrivains nous affu. rent que ceux du Pape étoient de couleur de pourpre comme ceux des Empereurs. Procope L. 3. de ad ficiis Juftini , nous represente ces souliers anciens du Pape comme des bottines, quand il dit qu'ils montoient juf. qu'aux genoux : Calceos purpurei C.loris qui pertingebant ufque ad genu. Les Clers & les fimples Prêtres n'en portent plus pendant les offices, mais les Evêques & les. Abbez en usent

comme autrefois. Il est bon qu'on fçache que lorsque tous les Clers generalement usoient de ces souliers d'Eglise , alors ces' souliers étoient diferens selon la differente qualité des Ministres ; car autres étoient ceux des Evêques , autres ceux des Prêtres , & autres ceux des Diacres & des Soûdiacres, ce qu'on peut voir dans le chapitre 25. du 2. livre d’Amalaire. Nous avons remarqué plus haut que les Prêtres des Gentils en avoient dont ils ne se servoient jamais

que

dans les fonctions de leur ministere, pour marquer par dans l'exercice des choses sacrées tout devoit être propre , pur , exempe, de fouillure.

là quê

L'Anneau.

Il y a mille ans & davantage que les Evêques portent l'Anneau com-, me une marque de leur dignité, & comme un gage du mariage spirituel qu'ils contractent avec leurs Églises. Il en est parlé dans l'ordre Romain, dans les plus anciens livres des Sacre

« AnteriorContinuar »