Imágenes de páginas
PDF
EPUB

mens & dans le 4. Concile en particulier qu'on tint à Tolede , dans le 25. chapitre duquel on peut voir que

la.coutume de donner un Anneau aux Evêques avoit deja été introduitte , ce qui en montre l'ancienneté. Les Evêques Grecs ne le portoient point , mais les seuls Evêques Latins. Autre fois les Empereurs & les Rois de France investissoient les Evêques , & les Archevêques en leur donnant l'Anneau , & la Croffe. On leur l'ostoit quand par de legitimes raisons on les deposoit , & on leur le restituoit quand on les récablissoit dans leur Charge. Nous rangeons icy les Anneaux des Grands Prêtres de l'ancienne Loy, ils faisoient aussi partie de leurs ornemens ; mais ils les portoient au bas de leur robe ; nous n'apprennons pas qu'ils en portassent aux doigts comme nos Evêques. L'Anneau étoit encore un des ornemens du Grand Prêtre de Jupiter que l'on nommoit Flamen, Dialis ; Mais cet Anneau devoit être large , & c'étoit afin qu'il ne parût jamais contraint daris au

cune

cane de ses fonctions. Il étoit simple & sans pierreries; il étoit seulement percé dans l'endroit où elles se mertent. Nous parlons ailleurs amplement des Anneaux.

La Crosse ou Bâton Episcopal,

La Crosse est un signe de l'autorité Pastorale. Il y en a qui pensent qu'elle n'étoit du commencement qu'un fimple båton dout sc servoient les Eveques dans leurs voyages ou leurs vilites qu'ils faisoient à pied ; mais Budée croit que c'étoit le Bâton des Augures nommé Lituus , recourbé vers l'une de ses extrémitez. Feftus au contraire dit qu'il étoit autrefois femblable à celui dont les Pasteurs se servoient pour arrêter ou leurs Chevres, ou leurs. Brebis. Aujourd'hui elle consiste en un bâton d'argent , ou d'or recourbé & ouvragé par en haut. S'il est vrai que par le paffé les Crosses n'étoient ordinairement que de simple Cyprès , ou de quelqu'autre espece de bois , il est vrai aulli qu'il y en avoit de riches , & de préTome IV.

ķ

[ocr errors]

>

cieuses. La Saussaie 1. 2. Panepl. allure avoir vû à Rheims celle que portoit saint Remy, qui étoit toute couverte de lames d'or , & relevée d'un bout jusqu'à l'autre par de cizelures exquises , & artistement travaillées.

Les Evêques ne sont pas les seuls qui portent la Crolle : les Abbez la portent depuis bien du temps , puisqu'il est parlé de ce privilege dans l'Ordre Romain. Ce privilege a été aussi accordé à plusieurs Abbesses & à quelques Doyens de Chapitres. Dans l'Orient l'on a vû jusqu'aux Superieurs des Monasteres des Religicux la recevoir dans leur Ordination, & la porter dans les Offices solemnels ; c'est dequoi nous assure Goar sur les témoignages de Codin , & de Simeon de Thellalonique. Au contraire Balsamon femble vouloir

ܪ

les Evêques mêmes ne la portoient pas au.conimencement & que ce droit étoit reservé aux seuls Patriarches. Quoi qu'il en soit la Crosle des Orientaux n'est pas recourbée comme l'est celle des Occi.

dire que

>

dentaux ; mais elle finit ou par un Globe d'Yvoire

ou par une Croix, ou par un bois mis en travers faisant la mèine figure que la Lettre Tau. Quelquefois elle est ornée de deux ferpenis affrontez , & qui se regardent,

La Croix Pectorale.

La Croix que les Evêques portent devant leur poitrine n'est devenuë ane marque de distinction par rapport à eux que depuis le huitième ou neuviéine fiecle. Aulli n'en est-il fait aucune mention, ni dans Alcuin, ni dans Amalaire , ni dans Strabon. Il est vrai que dans le quatriéme siecle , & auparavant, les Evêques portoient une Croix tout comme ceux de

ce temps ici ; mais l'on ne peut pas inferer de là qu'elle fit alors partie de leurs ornemens , ni qu'elle fut un signe spécial qui les fic connoître, &

qui les differentiâc du commun du peuple. L'on n'aura pas de la peine d'en convenir si l'on fait certe réfléxion que dans les premiers temps de

[ocr errors]

l'Eglise , les Clercs , & les Laiques indifferernment, sans en excepter les Feinmes portoient chacun une Croix dans laquelle des Reliques éroient ordinairement enchâssées, & que les Grecs appelloient Encolpion. Il ne faut donc pas être surpris si les Evèques en portoient une comme le reste des Fideles, on devroit l'être au contraire, li l'on apprenoit qu'ils n'en portoient point. Tout ce qu'on peut dire de cette Croix, c'elt qu'alors elle étoit le distinctif des Chirén tiens en commun, sans l'être des Evêques en particulier. Il est plus sûr que cette Croix dont nous parlons étoit un des ornemens du Pape , sur quoi nous avons le témoignage de

Jean le Diacre dans la vie de saint Gregoire , où parmi les marques Pontificales dont il fait le dénombres ment il y fait entrer la Croix Pectorale , témoignage qui est confirmé par celui d'Innocent III. qui assure la même chose dans le chapitre cinquante-troisiéme de son premier Liyre du Mystere de la sainte Messe..

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »