Imágenes de páginas
PDF
EPUB

rare

[ocr errors]

parties égales des æufs d'Autruches', qui dans leurs Terres sont d'une grandeur extraordinaire , dont ils se couvroient ensuite la tête ;

i

faisant parade de cette coiffure comme d'une chose fort & fort galante. C'est là du moins ce que nous lifons dans Lucian , & dans le quarantiéme Livre des Hieroglyphes de Pierrius.

Ces Bonnets devinrent peu à peu des signes de distinction , & des marques ou de Religion , ou d'honneur,

, ou d'ignominie, ou de liberté : les Gentils les donnerent à leurs Prêtres & les Juifs aufli , & les Romains å leurs Esclaves pour une marque de leur affranchissement quand ils les mettoient en liberté ; c'est ce que nous dirons plus amplement quand nous parlerons du Chapeau, où nous renvoyons plusieurs choses

que l'on peut

dire sur les Bonnets. A l'imitation des Romains donna dans les Universitez le Bonnet aux Ecoliers,après qu'ils avoient passé un certain temps dans les Clalles : c'étoit

pour montrer qu'ils n'étoient plus sujets à la Verge , inais qu'ils

on

[ocr errors]
[ocr errors]

.

avoient acquis un droit de liberté ; de là vint qu'on ne les appelloit plus du nom d'Ecolier mais du nom de Maître. Au reste ce Bonner écoit rond , & de figure pyramidale. Nous dirons allieurs comment , & par qui les quarrez furent introduits, Le titre de Docteur succeda à celui de Maitre qui étoit devenu trop commun. Il fut créé vers le milieu du douziéme siecle. L'écablissement des degrez du Doctorat , tels que nous les voyons aujourd'hui, font attribuez à Irnerius qui en dressa lui-même le formulaire. Le premier Docteur en Droit fut un certain nommé Bulgarus. La cérémonie s'en fit à Boulogne : & en la Faculté de Théologie, ce furent Pierre Lombard , & Gilbert de la Porrée deux fameux Theologiens de l'Université de Paris. Avant ce temps il n'y avoit point eu des Docteurs dans les formes , quoique le nom de Docteur soit tres-frequent dans les Ecritures.

Ce Bonner que nous avons dit être rond , palla des Universitez aux Chapitres , ou des Chapitres aux Universitez, Les Chanoines s'en fervirent pendant les Offices. Aujourd'hui il fait partie des ornemens des Cardinaux. C'est la Calute de couleur rouge, qui est la marque de leur. Dignité, érant les seuls qui en portent de certe couleur, Tous des autres ornemens d'honneur peuvent être appellez Bonnets ; mais comme nous devons parler en particulier de ceuxlà, nous ne dirons rien plus de ceuxci: nous nous contenterons d'ajoutét que le Bonnet qui est une marque d'honneur en est aussi quelquefois une d'infamie & de deshonneur. Dans toutes les Terres du Pape on oblige les Juifs de porter un Chapeau , ou un Bonnet jaune & leurs Femmes un échantillon de toile de même couleur derriere leur Coëffe. A Lucques il est Orangé. Les Celfionnaires sont obligez de le porter Verd , & ils sont reconnus à cette marque ,

du moins en certains Pais. Boileau a dit dans ses Satyres :

[ocr errors]

>

[ocr errors]

>

Et que d'un Erinet verd le falutaire affront,

Flétrife

Fletrisse les Lauriers qui lui convreng

be front.

ز

Outre cette note publique d'ignominie , les Cessionnaires étoient autrefois obligez de fraper trois fois du cul sur une pierre , en presence du Juge ; & cette pierre étoit appellée", pierre de scandale. La premiere de cette forte fut élevée devant le grand Portail du Capitole. De là est venu que l'on dit encore d'un Banqueroutier, qu'il à donné du cul en terre, La forme de ceflion renfermoit plusieurs autres formalitez que J. Cæsar introduisit ; inais elles ne sont pas de notre sujet.

Des Chapeaux. Après les Bonnets vinrent les Chapeaux que les Latins appellerent Pilei, parce qu'ils étoient faits avec du poil, ou parce qu'ils Couvroient ceux de la Tête. On leur donna des bords larges, & assez érendus pour garantir la tête des ardeurs du Soleil,

Tome IV.

L

& le haut du Corps de la pluye. Ces Chapeaux à grands bords furent appellez petafi, & ceux qui les portoient petasati , Cependant leur forme ne fut pas dabord semblable à celle des nôtres : le tems y a apporté quelque difference.

Nous déciderons en tems & lieu une question assez difficile, & embarrassée savoir , fi autrefois les hommes porroient des Chapeaux, bu s'ils alloient têre nuë : En attendant nous nous appliquerons à faire voir , & à dire , que les Chapeaux ne furent pas dabord des simples örnemens de rête, en sorte

que

chacun en portât indifferemment , comme l'on en porte aujourd'hui. Ces fortes d'habillemens furent destinez seulement à certains usages ; c'eft à dire à être des marques , ou des lignes de distinction par raport à certaines Gens. Nous en allons donner des exemples en commençant par les Esclaves.

Au raport de Cælius Sabinus , & d'Aulu - Gelle. Quand un Maître vendoit un Esclave, si en le vendant

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »