Imágenes de páginas
PDF
EPUB

bonnet. Autrefois ils se sont servis
de l'Etole.

Habits des Babyloniens.

ܪ

.

L'Habit des Babyloniens consistoit
en deux Tuniques dont l'une étoit
de Lin & descendoit jusqu'aux pieds
& l'autre de laine qui se mettoit sur
la premiere ; & fur lc tout ils avoient
un Roquet ou petit manteau de
couleur blanche qui n'alloit pas plus
bas
que
le coude

& qui n'avoir
point de collet , semblable à peu près

à
à ceux que portent les Pelerins; il
servoit à les garentir de la pluyè. Il
étoit fait d'une grosse étoffe , & quel-
quefois aussi de cuir. Enfin ils

por-
toient une Mythre , ou grand bon-
net dont ils ornoient & cau-
yroient leur têre.

[ocr errors]

Habits des Parthes.

Ce Peuple en portoit de fort amples., & qui faisoient quantité de plis. Par deffus ils avoient ane espece de grandes culottes que les Latins nome

[ocr errors]

ment Saraballa,

&

par corruption Sarabara.

Habit des Bresiliens.

Les Bresiliens pour tout habit , ne se servent que de plumes de Perroquets ,

& de quelques autres Oi. seaux. Ils entrelassent ces plumes, tres-proprement & avec art , & s'en forment d'especes de Trousses qu'ils ceignent sur leurs reias & qu'ils font descendre jusqu'aux genoux. Ils s'en fabriquent aufli de bonners , de coliers, & de braffelets. Les Garamanles aimerent ces habits de plume , & s'en servirent coinme les Brefliens.

Habit des Sardes.

L'ancien habit des Sardés éroit fair de peaux de bêtes sauvages, d'où venoit qu'ils paroissoient eux-mêincs comme des animaux feroces & mons, trueux ;

leurs robes furent appellées Manftruck , comme qui diroit, Monftruoja.

c'eft pour

cela que

Habits des Scythes.

[ocr errors]

Quelques-uns d'entr'eux nommez Geloni , pour vêtemens ne se fervoient

que
des
peaux

de leurs emes mis

qu'ils preparoient après les avoir tuez & écorchez qui étoient moins inhumains, n'ulsoient

que
de
peaux

de Renards , & de Rats,

[ocr errors]

mais ceux

Habit des Allemands.

Les anciens Allemands portoient des robes fourrées & tissuès de poils. hérissez, Ces sortes d'habits étoient tout propres à les garantir non-seulement des rigueurs du froid mais encore de l'incommodité de la pluïe. Ces robes ne descendoient pas plus bas que des reins. On les appelloit Rhenines du nom du fleuve le long duquel ils habitoient , & non pas des reins jusques où elles descendoient. Aujourd'hui ils portent de tout aultres habits, & ils affectent fort no.

tre maniere , non moins que quantité d'autres Nations.

Hebuts des Anciens Gaulois.

[ocr errors]

Le commun des Gaulois portoit une forte de robe noinmée Saïe en vieux langage , & en Latin Sagum , ou Lena. Cer habit étoit de fornie quarrée , c'est-à-dire , ni plus long, ni plus court d'un côté

que

de l'au. tre. On pretend que c'étoit le même que celui que portoient les Soldats à PArmée & dont ils se fervoient : comme d'une espece de sur-tout, foir. pour

conserver leurs habits ordinai. soit

pour se garantir du froid, de la pluye , & des autres injures du : temps, soit enfin pour s'en servir : comme d'une marque de distinction.

Mais ce n'étoit pas par tout que l'on portoit cette forte d'habit ; en certains endroits des Gaules, que les uns disent être la Gaule Narbonnoilfe, & les autres avec plus de fonde ment, la Savoïe & la partie du Dauphiné qui la confronte, l'on en porcoit un tout different ; c'étoit celui

res

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

qu'on appelloit. Biacca Brayes & en Langage Celrique Biague, Br ges , ou Biais mots qui donnerent le nom de Guillie Braicata à une partie de cette Region ; mais l'on ne convient

pas fi ce mot. Bracce signifioit alors ce que nous appellons aujourd'hui Caleçons , Culotes & Haut-de-Chaulles; ou bien fi c'étoit un habit qui couvrît tout le corps. Ducange & quelques autres ont cru que c'étoit la partie de lhabic qui couvroit les cuilles , & que le mot de Brarca se tiroit de Brevis court: & en effer ce mot n'a pas

d'autre fb gnification dans l'exode , ou Dieu parlant à Moyse des Habits des Pretres, lui dit : Et facies illis Brachas lineas ut tegatur turpitudo pudoris , à lumbis ufque ad femora erunt. L'on voit donc par-là que le mot de Bracca peut se prendre pour de hauts-dechauffes.

Des autres aucontraire pretendent que quoi que Bracca puisse signifier des hauts-de-chauffes, ou caleçons, que neanmoins dans l'usage des Anciens Gaulois ce mot signifioit une

« AnteriorContinuar »