Imágenes de páginas
PDF
EPUB

innitent la ressemblance du Temple, il entend celles, selon la penfée de . Titelman & de Cajetain , qui affectent de s'habiller comme les Idoles des Temples qui sont les ressemblances ou les figures des fausses divinitez .que l'on y adore. Ces deux seules autoritez de l'Ecriture prouvent plus que

suffisamınent qu'entre les Idoles il y en avoit qui étoient couvertes , & parées d'ornemens magnifiques & precieux.

Dans l'histoire profane on remarque la même chose. Les Idoles des Romains au rapport de Tertullien dans son livre de l'Idolâtrie paroissoient avec la Togue , la Pretexte le Larus Clavus, & les autres ornemens des principaux de la Republique. Athenée parle d'un certain Medecin nommé Menecrates , & de plusieurs autres qui s'habilloient , les uns comme Hercule , & comme Mer

les autres comme Jupiter , & comme Appollon. Selon Lampridius, Heliogabale en faisoit de même, ses habits étoient toûjours faits sur le modele de ceux des Idoles. Caligula

[ocr errors]

cure

>

[ocr errors]

en fit davantage ; Suetonne fapporte qu'il affecta souvent la forme des habits de Venus comme celle de ses fouliers. Il s'en trouvoit qui ne prennoient

pas

les habits des Dieux, ou des Déesses , mais qui leurs consacroient les leurs propres, comme les Femmes à Diane , quand elles mouroient dans leurs couches. Tout ce que nous venons de dire prouve que les Idoles étoient habillées, mais.ce que

dit Valere Maxime le prouve elieore davantage. Cet Auteur dans le chapitre premier de son premier Livre, rapporte que Denis le Tyran ayant vû un habit tout d'or fur la figure de Jupiter Olympicn , il s'en empara , & lui en mit un de laine à la place , disant

que
l'or éroit

trop pesant en Eté

& qu'il étoit trop froid en Hyver.

Au reste ces Idoles portoient tantôt une robe de Pourpre & une couronne d'or sur la tête comme Jupiaina que

l'écrit Athenée ; tantôt la Togue , la Pretexte , le Latus Clavus , &c, coinme les Dieux des Romains

s ce que nous avons déja

[ocr errors]
[ocr errors]

ter

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

remarqué plus haut, ce peuple affeétant d'habiller fes Divinitez de la maniére que l'étoient les personnes constituées en dignité , dit Tertullien , sans dire autrement la fin

pour laquelle il le faisoit ; tantôt une limple peau de Lion , comme Hercule, & une massuë à la main , tantôt une Ecole qui étoit une robe peinte , longues & ample , comme la Déelle Iris ainsi

que la dépeignent Apuleius & Plutarque. Quelquefois les Peintres , & les Sculpteurs leur donnoient un habit conforine à leur humeur , ou à leur passion. Ainsi Praxitelle representa la Venus de Gnidie qu'il fit, sous la même forme d'habit, & sous les mêmes traits de visages de la Maîtresse qu'il aimoit. D'autrefois ils en avoient de tout fleuris qu'on peut voir dans Ezechiel, chap. 16. & tres-souvent en broderie. La Fortune encore bien qu'elle fut Vierge portoit neanmoins les mêmes vêtemens que portoient les Prostituées.. Enfin toutes , ou la plupart de ces Divinitez avojant sur la tête ou des couronnes d'Or, d'Argent , de Liére,

ce

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

2

[ocr errors]

de Vigne , de Fleurs , de Chêné,&c: ou de Chapeaux. , ou de Mythres, ou des Voiles , ou des Diadêmes,&c..

Outre ces choses chaque Dieu réguliérement avoit son ligne ou fa marque de distinction. Jupiter pour signe avoir une Foudre ; Neptune., un Trident ; la Fortune, une Roüe ; Mars , une Lance ; Mercure, urie Harpe ; Apollon un Sistre; Hercule., une Massuë ; Bacchus, le Thyrse ; le Dieu Triton , une Trompette ; Minerve , un Bouclier ; Saturne , une Faux ; Janus , une Clef à cause qu'il présidoit aux Portes ; la Déesse Rhea cn avoit deux , Pane pour la fertili

l'une té, l'autre pour la stérilité ; Cerès une Faucille ;. Pallas un Casque & une demie Pique ; Diane avoit pour son diftin&tif des Epieux., & une Javelline ; Mercure, un Caducée avec deux. Serpens ; Pan, un Siflet ; la renommée, deux Trompettes; Junon's un Paon ; Homere, une. Chaîne d'or; & tous ces Signes fervoient à faire connoître toutes ces fausses Divinitez,

[ocr errors]

ز

CHAPITRE VII.

Habits des. Prêtres, dos autres Ec

clefiastiques des Eglises Romai, ela Grecque, de premierement des civils ou communs.

[ocr errors]

Es Prêtres , & les autres Clers . Un'ont

pas toûjours porté les mê. mes habits qu'on leur voit porter aujourd'hui. Sur ce sujet nous rapporterons ce que l'Histoire nous en fournir de plus particulier , & de plus, certain.

L'Habit des Clers n'est maintenant qu'une Robe longue qui pend jufqu'à terre , mais allez étroite , qu'on nomme Soutane

;

elle est , ou elle peut être ouverte par le devant. Mais avant le Concile de Salisbourg en 1430. Jamais ils n'avoient porté des Robes fendues. Ce Concile leur accorda d'en avoir des fenduës d'un demi-pied tant seulement. Celui de Paris en 1429. leur permit d'en pors.

« AnteriorContinuar »