Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fe & dont on se servoit pour le moucher , pour se nettoyer les yeux, & pour s'essuyer le visage. Avant le dixiéme siécle il n'eût jamais d'autres usages.

Le Manipule qui est porté par les Prêtres , & par les Diacres est devenu l'ornement d'honneur & de distinction des Soûdiacres ; cependant il semble qu'il ne leur a pas. toûjours été affecté , & parconsequent qu'il n'a pas toûjours été une marque de distinction

par rapport à eux ; nous en avons une preuve toute évidente dans la treiziéme Epître de Lanfranc de Cantorbery où il est dit que les Laiques mêmes parmi les Moines en prenant l'Aube prenoient aulli le Manipule. Ce fut dans un Synode de Poictiers tenu sous le Pape Pascal II. que cette coûtume fut abbrogée, ce qu'on peut voir dans les Nottes du Docte Dacher sur la même Epître de Lanfranc de Cantorbery : Ut nemo Monachorum deinceps Manipulis matur , nifi fuerit Subdiaconus. Du depuis nul au deffous des Soudiacres ne l'a pû porter. Il pourroit bien être que

ce n'étoit qu'une usurpation dans ces Moines qui n'étoient pas Soûdiacres, & que ce seroit pour cela que ce Synode leur en auroit défendu l'usage , fans que

on dut inferer dc là qu'il. n'étoit pas propre aux Soûdiacres.

L'Estole. Selon Alcuin dans son Livre des divins Offices , jamais les Prêtres Hebreux ne porterent ni Estole ni Mouchoir, ni Sandales : cependant Josephe dans ses Antiquitez Judaiques, L.15.ch. 14. parle de l'Estole du Grand Pontife de l'ancienne Loi,, & ailleurs il fait encore mention de ce'le des simples Prêtres. Il est plus. sûr qu'autrefois les Prêtres Grecs ne la portoient pas , quoique les Diacres la portassent : c'est ce qu'on peut voir dans Bullenger , l. 1. chapitre 38. Les Latins même ne l'ont : pas non plus de tout temps portée ; car l’Estole n'est devenuë un Orne-ment Sacré que depuis le quatrieme siécle. Il est vrai que dans les Auteurs Ecclesiastiques il est parlé de l’Estole.

[ocr errors]

de l'Apôtre saint Jacques , & de celle de saint Etienne ; mais l'on ne doit

; pas pour cela croire que ce fussent des Estoles semblables aux Nôtres

; c'étoient des Robes entiéres qui defcendoient jusqu'aux talons, que l'on portoit coinmunément , & telles que nous les avons representées ailleurs.. Nôtre Estole n'a jamais eu ni cette forme , ni cette grandeur , quoique l'Evêque Durand ait été d'un avis contraire. Celle dont nous nous fervons n'est que la partie qui servoit. d'ornement à l’Estole antique ; car selon la remarque de Bayfius , & de. plusieurs autres ,

l'Estole ancienne, avoit au bas une bande étroite qui. étoit de Pourpre , ou travaillée en:

. . broderie

, & qui en faisoit tout le. tour , à peu près coinme les Galons qui se voyent au bas des juppes des.

. Dames. Or l'Eglise sans jamais s'être: fervie de l'Estole entiere en a seule.. ment.adopté la lisiére',. & ce, ne fut;

que de cette partie de l'ancienne E[: tole que la nôtre en prit: le nom qu'elle a du depuis toûjours retenu. Ce n'est donc qu'une simple bande.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

que l'Estole dont nous nous servons , de la même couleur, & matiére que la Chasuble, faisant vers l'extrêmité la même figure que le Manipule. Le Prêtre la mer autour de son col , & la croise sur son estomac. Les Diacres la mettent sur l'épaule gauche & la font passer sous le bras droit en guise de Baudrier. Il paroit que les Soûdiacres & les Lecteurs la prennoient aussi comme les Diacres,.& une preuve. qu'on en peut donner , c'est que dans le chapitre vingt-deuxiéme du Concile de Laodicée tenu sous le Pape Sylvestre , il leur fut défendu d'en . user,ce qui suppose qu'ils en usoient. Il en est qui disent que ceux qui prêu. choient la prenoient en ligne de jų. risdiction

, ce qui seroit difficile de:

. L'on donna le nom d' Orarium l’Estole , & les Ecrivains Ecclésiastiques tâchent d'en apporter les rai-. sons ; mais il est sûr que dans le sens des Auteurs profanes l'Orarium étoit un mouchoir ou un linge dont on s’esluyoit le visage ; & li l'on veut sçavoir la raison pour laquelle.les,

bien prouver

Anciens donnerent ce nom à ce Lin. ge, on la trouvera dans Vopiscus qui dit dans la vie d'Aurelien

que

c'étoit à cause que le Peuple l'élevoit en haut quand il vouloit obtenir quelque faveur speciale des Princes. C'é. toit là le signe de leurs væux & de leurs prieres. Le même Vospicus rapporte cette Coutume à cet Empereur qui fut le premier qui donna de ces Orarium , ou Linges au Peuple pour s'en fervir dans les occasions qu'il auroit besoin de sa protection , ou de les faveurs. Il est vrai que l'Orarium avoit encore d'autres usages , mais ils ne sont pas de notre dessein ; il nous suffit d'en, ayoir donné ici l'étymologie.

[ocr errors]

La Chasuble. La Chasuble que l'on nomme encore Planette, à été autrefois un Habit profane , & un vêtement Monastique. Dans la suite elle devint Ornement d'Eglise ; mais nous ne fçaurions en montrer l'Epoque. La Chasuble anciennement pendoit jus

« AnteriorContinuar »