Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Ce qui est sûr, c’eft que fa Maison (qui s'appelloit de Montboillier) eft des plus illustres & des plus reverées qui fuflent dans le monde, comme dit S. Bernard", & que celo le de Monmorin, dont eft Mr.l'Archevêque de Vienne , 'en est une branche. Mr. Faydit ne donne pas unc

origine moins noble aux maisons de Polignac , de Chalut, de Rochebriant , &à celle de Vandat fondue dans Châteaugay

On rapporte encore icy divers traits de l'Histoire des Ducs & des Comtes d'Auvergne , pour faire connoître jusqu'où alloit leur grandeur & leur fierté. Leur insolence en vint jusqu'à vouloir s'égaler aux Rois de France. Philippe I. ayant demandé en mariage la fille du Duc de Sicile , le Comte d'Auvergne l'enleva au Roy. Ce fait eft raconté avec des circonstances differentes dans l'histoire de l'origine du Royaume de Sicile, imprimée l'an. passé chez Anisson, où l'on ne fait pourtant que copier Malaterra. Auteur contemporain,qui a écrit l'his

Pag: 30s. Malat.l.2.c.8.

toire de Roger Duc,ou plûtôt Comte de Sicilc, dont il s'agit icy. Selon cet Historien , ce fut Philippe qui refufa la Princesse : & le Comte de Clermont qui l'épousa au lieu de Philippe, gagna peu à ce mariage. Car

છે. les vaisseaux quiétoient venus chara gez d'or & d'argent pour servir do dot à la Princcfle , s'en retournerent avec cette dot, voyant qu'elle n'és toit point pour Philippe. 5

Du reste nous voudrions pouvoir rapporter tout ce que dit l'Auteup des Souverains d'Auvergne & de leurs descendans ; aussi bien que ce qu'il dit dans l'éclaircissement fuiyant,touchant la differencerdes Ducs & des Comtes de ce tems là. Ces noms fe coafondoient, bien que des la premiere race de nos Rois, le Duc en foy fût au, deflus du Comte: le terme de Coros étant souvent general,comme celuy.de Prafeitas, pour bagnifier un homme préposé à quelque chofe , Comes ftabuli , Comes paLatija s Au 17. éclaircissement, nouvelle attaque contre. Mr. Baillet , lequel

[ocr errors]

dit-on , a erré avec Mr. le Maître en traduisant vicus Ricomagenfis par le Village de Riom. Vicus chez S. Gre guire de Tours,ajoute-t'on, signifie une Ville, mais du second ordre, c'est-à-dire , qui n'est ni Episcopale ni Capitale. Icy particulierement ausli bien que dans le dernier éclair ciffcment, fortent en foule de la memoire de notre Auteur les traits d'érudition des plus recherchez: mais comme ils y sont dans une abondance infinie, il n'y a pas moyen de les marquer icy, même en abregé.

ARTICLE X X.

LA PRATIQUE DE LA

Jurisdiction Ecclesiastique volontaired contentieuse, fondée sur le droit commun & sur le droit particulier du Royaume , par Mr. Ducaffe Prêtre, grand Archidiacre , Vicaire General, di Official du Diocese de Condom. Nouvelle édition. A Tou. louse; & fe vend à Paris, chez J.B.Coignard,ruë S.Jacques 1702

2. Tomes in 8°: 1. Tome , pages 424. 2. Tome pages 432.

Pendant que Mr. Ducasse étoit

[ocr errors]

Grand Vicaire & Official de Carcassonne , il leut avec exactitude le Corps du droit Canonique ; les Memoires du Clergé, les Ordonnances de nos Rois , & les divers Auteurs qui traittent de l'usage & de la Police de l'Eglise Gallicane : & en les lifant il fit des Extraits de tout ce qui regardoit les principaa les fonctions qu'il devoit exercer. Ayant été enfuite appellé dans le Diocese de Condom pour y être pareillement Grand Vicaire & Offi. cial, un de ses amis luy conseilla de mettre en ordre les memoires qu'il avoit ramaflfés, & de les donner au public. Il defera aux Conseils de cet amy, & fitimprimer son livre.

La premiere édition tomba entre les mains de Mr. le Merre Avocat en Parlement, très - habile dans les matieres Ecclefiaftiques, qui se don na la peine de l'examiner. Il trouva que l'Auteur en certains endroits donnoit pour maximes generale, ment reçûës dans tout le Royaume des choses qui ne sont pas observées dans tous les Dioceses ; & qui ne font pas de la Jurisprudence de tous les Parlemens. Il luy en écrivit,luy marquant ce qui est d'un usage general, & ce qui fe pratique en certains Diocefes & certaines Provinces, feulement. Mr. Ducaffe a profité dans la feconde édition des lumieres de ce sçavant Canonifte, & a corrigé fon Ouvrage fur les remarques qui luy ont été communiquées.

Dans le premier Tome il ne paso le que de la jurisdiction volontaire, & des principales fonctions des Grands Vicaires. Les Evêques ne font pas absolument obligez d'établir des Vicaires Generaux dans beurs Diocefes ; à moins que par absence , par maladie , ou par quelque autre empêchement ils ne pois, fent pas exercer leurs fonctions eux mêmes. Dans ces cas ils ne peuvent fe dispenser diétablir un Grand Vicaire. La jurisdiction des Grands Vicaires est une Jurisdiction ordisaire, & quin'elt pas differente de

« AnteriorContinuar »