Imágenes de páginas
PDF
EPUB

celle de l'Evêque qui la leur communique. Elle finit par la mort ou la demission du Prelat , ou par la revocation qu'il en fait lorsqu'il le juge à propos.

L'Auteur, après avoir traité en détail de ce qui regarde l'établissement des Grands Vicaires, de leurs prerogatives & de leur jurisdiction, vient à leurs fonctions , & parle des Dimilloires, de la Collation, & de l'union des Benefices, de l'approbation des Confefleurs, de la Benedi&ion des lieux Saints, de la visite des Eglises, des Dispenses, & des Cenfures.

A l'occasion des Dispenses Mr. Ducasse propose une question fort difficile , touchant les difpenses de mariage au troisiéme & quatrieme degré. L'Auteur d'un petit livre intitulé Science necessaire aux Grands Vicaires , dit que tous les Prelats du Royaume sont en possession du droit de dispenser au quatrime de gré, & plusieurs au troisiéme , sans consulter le Pape. Il n'est pas vray, dit M. Ducasse, que tous les Evêques du Royaume donnent des dif.

[ocr errors]

زنM ii

penfes au quatriéme degré, sans consulter le Pape. Il y en a quine donnent pas cette dispenfe, & qui croyent n'avoir pas le pouvoir de la donner. Les Prelats assemblez au Concile de Tours de l'année 1583. déclarerent que les Evêques n'avoient pas ce ponvoir. Le Concile de Toulouse tenu sept ans après, & les Statuts Synodaux de plufieurs Dioceses font entendre la même chose : & il paroît par beaucoup de Conciles plus anciens que ce sentiment a de tout tems été commun en France. Plusieurs des Prelats qui ont eux mêmes donné ces fortes de dispenses, ne l'ont fait qu'en vertu des Indulcs qu'ils avoient obtenu du Pape pour cet effet. Mais il ne faut pas pour cela , continuë nôtre Auteur, condamner la pratique de ceux qui donnent ces dispenfes, fans avoir un semblable Indult. On doit presumer, s'ils le font , qu'ils en ont acquis le pouvoir par un long usage, ou par quelque autre voye.

Mr. Ducasse met au nombre de dix, les Cas reservez au faint Siege, par le droit,ou par les Constitutions

[ocr errors]

Apostoliques reçûës en France : mais il remarque qu'en France les Ordinaires peuvent en dispenser, quand ces Cas sont occultes , & & quand une necessité pressante l'exis ge; sans qu'on soit obligé de recourir au faint Siege , après que cette necessité a celle : l'usage de France ayant preyalu aux Canons qui ont ordonné le contraire. : Mr. Ducasse examine dans le ses cond Tome de son ouvrage les matieres qui regardent la jurisdiction contentieuse , & dont la connoilsance appartient aux Officiaux. Mr. Bordenave , qui a été Official de Lescar & de Condom ; & M.Ay. boux qui a été Official de Cahors, ont traité la même matiere avec beaucoupd'érudition. Mais la jurisprudence Ecclefiaitique n'ett prefque plus la même qu'elle étoit de leur tems.

Les Archidiacres étoient autrefois les Grands Vicaires & les Officiaux des Evêques. Ils le furenç d'abord par commission ; puis en titre d'office, tellement que leur juris diction étoit ordinaire & attachée à leur dignité. Les Evêques dans la fuite fe crurent obligez d'ôter aux Archidiacres cetce charge, & de se choisir d'autres Ecclefiaftiques qui exerçaffent leur Jurisdiction en leur nom & avec une entiere dependance. Dans les commencemens les Grands Vicaires & les Officiaux n'éc toient point diftinguez : on les a distinguez dans la fuite , principalement en France ; & l'on a appellé Grand Vicaire, le ministre de la Juris diction volontaire de l'Evêque ; & official, celui qui exerce la Jurisdiction contentieufe.

On disputoit autrefoisli l'Evêque pouvoit deftituer un Official une fois établi : mais depuis la declara. tion du Roy du 14. d'Août 1700. enregistrée dans les Parlemens, il n'ett plus permis de douter que l'Evêque ne puiffe destituer son Official à la volonté. Les principal les causes qui se traitent dans les Officialitez font les affaires concernant les mariages, les reclamations contre les veux folemnels, ou contre les Ordres facrez, & les procedures criminelles. Ces matieres don

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

nent occasion à plusieurs questions très-curieuses & d'un grand usage; que l'Auteur propose & reloud avec beaucoup de netteté.

ARTICLE XX I.

EXPLICATION DE QUELQUES

proprietez des Miroirs.

[ocr errors]

Armi un très-grand nombre de

belles proprierez des Miroits plans, il y en a d'assez difficiles à expliquer ; celles que nous examinons icy font de ce no-bre.

On demande premiérement, d'où vient qu'on apperçoit au moins trois images d'une bougie allumée, lors qu'on la regarde obliquement dans un miroir de verre plan?

Pour comprendre la raison de ce Phenomene , il faut observer qu'il y a de trois forres de superficies qui Tefféchiffent les rayons de lumiere, sçavoir la surface anterieure de la glace du miroir, celle qui eft composée de vif argent & d'étain : & la surface de l'air qui se trouve dans les pores delce melange.

« AnteriorContinuar »