Imágenes de páginas
PDF
EPUB

foupçonner que c'étoit eux-mêmes qui de dépit l'avoient tué dans un endroit écarté.

Un Senateur devoit être Citoyen Romain , c'est-à-dire avoir droit de donner son fuffrage aux Allemblées publiques. Cette coûtume ne fut pas toûjours gardée , & l'on vit des barbares s'introduire dans le Senat.

Le droit de nommer les Senateurs appartint aux Rois, ensuite aux Confuls ; mais comme les af.

; faires de ceux-cy les occupoient ar sez d'ailleurs, on donna ce soin aux Censeurs; Les Senateurs furent auffi nommez par d'autres Magiftrats, dans la seconde guerre Punique ils le furent par les Dictateurs, & enfin par les Empereurs.

On n'avoit entrée au Senat que par une probité distinguée, ou par quelque action d'un merite éclatant. La Magistrature & l'Ordre de Chevalier étoient des degrez pour y parvenir, On n'y étoit point admis avant l'âge de cinquante ans : les nobles , autrement les Patriciens, pouvoient seuls y prétendre au

[ocr errors]

qu'ils

commencement : on y receut dans la suite des Plebeïens , c'est-à-dire de ceux du peuple , pourvû qu'ils fussent de condition libre.

Il est aisé de juger quel merire il falloit avoir pour être le Chef d'uAe Compagnie fi Auguste. C'étoit d'ordinaire le plus ancien de ceux qui avoient exercé la charge de Censeur. 1. Tous ceux qui avoient entrée au Senat n'étoient pas Senátcurs, quoy

y.

eussent voix deliberative. Dans ce rang étoient les Confuls, les Preteurs, les Censcurs au sortir de leur Charge, quand ils n'avoient pas été aggregez nommément dans la Compagnie. Les Magistrats moins considerables, comme les Tribuns, montroient seulement en frappant du pied ou par quelque autre signe, quelle étoit lcur opinion; fans qu'il leur fût permis de parler. C'est de là qu'ils furent appellez Pedarii. Au, lu-gelle rapporte neanmoins,que ce nom leur fut donné à cause qu'ils venoient à pied au Senat , à la difference des premiers Magistrats,qui s'y rendoient dans un chariot ou

chaise curule,dans laquelle ils étoient allis

Les fils des Senateurs entroient dans le Senat pour être formez de bonne heure aux affaires. Ce qu'on sçait qui arriva au jeune Papyrius, fit changer cette coûtume;pour luy, la sagelle avec laquelle il cacha le secret des affaires à sa mere, luy fit meriter d'y être seul admis : mais l'on en exclut tous les enfans de fon âge: l'ancienne coutume fút pourtant rétablie sous Auguste,

La plus importante fonction des Senateurs étoit de déliberer avec kes Magistrats sur les affaires de l'Etat, ils eurent auslt le droit de juger,

Dans le commencement des troubles de la Republique, C.Gracchus le leur ôta pour le donner aux Chevaliers, qui en jouïrent 16.ans. Sylla le rendit aux Senateurs, mais its ne le garderent pas constammento

La condition d'un Senateur avoit des obligacions gefnances. It ne pous voit ni fortir de l'Italie , ni prendrei à Ferme: aucun des imposts publics, Di avoir sur mer plus d'un vaisseau encore ce vailleau ne devoit-il senir:

[ocr errors]
[ocr errors]

que trois cens Amphores , ( on ne dit.pas icy ce que contencit une Amphore, ) ni épouser la fille d'un affranchi ou d'un baladin : D'ailleurs, bien qu'on pardonnât à ceux qui ayant trempé dans une conspiration contre la Republique, en venoient faire eux mêmes la depofi. tion; on ne pardonnoit point dans ces, mêmes circonstances à un Senateur. Il étoit jugé indigne de pars, don; parce qu'il avoit dû être incapable du crime.

Ses prérogatives étoient de ne pouvoir être accusé de larcin; d'évoquer à Rome les procès qu'on lui faisoit en Province ; de tenir les premieres places aux jeux publics, de faire marcher devant soy des Liceurs avec des faisceaux lors. qu'il étoit hors de Rome.

L'habillement des Senateurs étoit, une espece de Tunique avec delarges boutons , & ils la portoient fans ceinture. On les reconnoisloic aussi à leurs souliers , qui étoient faits en forme de croissant. Leur nombre n'a pas toûjouté le même. Hayoit étéfixé à sent pas

[ocr errors]
[ocr errors]

Romulus : il fut bien plus considé. rable dans l'Etat Republicain. On fit cette difference , que les anciens s'appelloient Patres, & les nouveaux conscripti, Jules Cesar en créa jur. qu'à 900. mais Auguste les réforma.

La dignité des Senateurs étoit de soy perpetuelle , & fi les Censeurs pouvoient les dégrader, ce n'étoit que pour de grands crimes. On Metcoit en ce rang le peculat, de trop grandes richesses, des maisons trop vastes, & d'avoir donné de l'argent pour entrer dans le Senat. Il y avoit deux maniéres de dégrader un Senateur : l'une quand le Censeur publioit la cause de la dégradation : l'autre quand dans la revûe genérale des Ordres de la Re. publique, qui se faisoit tous les cinq ans, on se contentoit de ne le point nommer. Du’reste il falloit pour le dégrader que les deux Cen.' seurs y consentiflent.

у La convocation du Senat apparrint d'abord aux Rois, ensuite au Dictateur, aux Tribuns du peuple, aux Decemvirs, anx Consuls & au Général de la Cavalerie ; dans les

tems

« AnteriorContinuar »