Imágenes de páginas
PDF
EPUB

A AMSTERDAM Chez PIERRE MORTIER. 1733 ·

N

DES

MATHEMATIQUES,

OU

TRAITE

DE LA GRANDEUR

EN GENERAL,
Qui comprend
L'ARITHMETIQUE,

L'ALGEBRE, L'ANALYSE,
Et les principes de toutes les Sciences qui
ont la Grandeur pour objet.

Par le R. P. BERNARD LAMY, Prêtre
de l'Oratoire.

Cinquieme Edition, revue & augmentée.

[merged small][ocr errors][merged small]

William H Butt 10-14-1985

[merged small][ocr errors]

Pag: In

10-18-37. HPT

L

PREFACE.

Es Peres de l'Eglife jugeoient l'étude des Lettres humaines, fi né ceffaire, qu'ils regarderent la défenfe que Julien l'Apoftat fit aux Chrétiens de les étudier, comme un ftratagème du Démon, femblable à celui dont fe fervirent les Philiftins pour ôter aux Ifraëlites les moyens de fe défendre, en les empêchant de faire aucun ouvrage de fer. Les Mathématiques tenant donc entre les Sciences humaines un des prémiers rangs, l'on ne peut pas, fous prétexte de pieté, en défendre l'étude à la Jeuneffe. Elles font nommées Mathématiques, nom qui veut dire Difcipline, parce que l'on n'ap. prend rien de plus confiderable dans les Ecoles, & qu'elles renferment tant de chofes, qu'il n'y a point de Profeffion à qui elles ne puiffent être utiles. L'Arithmeti que, l'Algebre, la Géometrie, l'Aftrono

mie, la Chronologie, la Géographie, la Gnomonique, l'Arpentage, l'Architectu re, les Fortifications, la Marine, la Mufique, la Perspective, la Dioptrique, la Catoptrique, les Méchaniques, plufieurs Traitez de Phyfique, en font les parties. Elles font les Elémens de presque toutes les Sciences; & les Arts ne fe peuvent paffer de leur fecours. De forte que puisqu'il faut reconnoitre, avec les Peres de l'Eglife, la néceffité d'appliquer les Jeunes-gens aux Lettres humaines, il n'y a que ceux qui ignorent les Mathématiques, qui puisfent dire que ce feroit leur faire perdre le tems que de les leur faire étudier: vû que l'Hiftoire Eccléfiaftique donne de fi grandes louanges aux Peres de l'Eglife, qui ne les ont pas ignorées. Mais ceux qui en jugent fi mal, ne le font fans doute que par un bon zèle, parce qu'ils croyent qu'el-, les ne peuvent être utiles. Ainfi il eft jufte qu'on leur fafle voir dans la Préface de cet Ouvrage, par lequel on prétend ouvrir un Cours de Mathématiques, l'utilité qu'on peut retirer de l'étude qu'on confeil

le ici.

Tout le monde reconnoit que l'on ne remporte que très peu de fruit des Colleges, & que l'on y paffe le tems à apprendre des chofes, particulierement dans la

« AnteriorContinuar »