Les oeuvres de feu M. De Cordemoy de l'Académie françoise, contenant VI discours sur la distinction du corps et de l'âme, divisées en six parties

Portada
Christophe Remy, 1704

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 25 - On pourroit aufli montrer comment il vient a connoître le terme des actions j & l'on pourroit enfin tirer de l'ordre naturel, dans lequel les enfans apprennent à parler , des notions pour juger entre toutes les langues celles qui font les plus parfaites. Car {ans doute celles qu'on verroit dans leurs conftructions ordinaires fuivre le plus cet ordre naturel , devroient pafler pour les plus parfaites.
Página 52 - De forte que la parole n'eft autre chofe qu'une voix, par laquelle on fignifie ce qu'on penfe. Ce n'eft pas qu'on ne...
Página 16 - Car enfin, fi l'on conçoit que les hommes puiflent par inflitution joindre certains mouvemens à certaines penfées , on ne doit pas avoir de peine à concevoir que l'Auteur de la nature, en formant un homme...
Página 59 - D'où vient que,quancî on commence à apprendre une langue , on explique ordinairement par le premier mot dont on nommoit une chofe , le nouveau mot par lequel on fe propofe de l'entendre dans la langue qu'on apprend. Il y en a même dont le cerveau eft difpofé de forte, que quand ils apprennent une nouvelle langue, ils joignent toujours aux mots de celle qu'ils fçavoient déjà , les mots de la féconde y pour fe reprefenter ce qu'ils fignifient.
Página 10 - For example, one can construct new "signes d'institution": je voy que je puis convenir avec quelques-uns d'eux, que ce qui signifie ordinairement une chose en signifiera une autre, et que cela...
Página 44 - ... toujours le cry ou la voix de leur efpece. Si bien qu'elles ne forment ces chants étrangers , ou les paroles humaines , que quand rien ne leur manque , & que les efprits étant en abondance , ou fort échauffez , coulent fans que rien en divertifle le cours , de l'endroit du cerveau que ces chants ou ces paroles ont le plus ébranlé , vers les parties qui fervent à la voix...
Página 35 - Ainfi les enfans prononceront mieux le B. le P. le D. & quelques autres , où l'on n'a befoin que des lèvres , de quelques dents & du bout de la langue , que les lettres , pour la prononciation defquelles il fe faut fervir du milieu de la langue , ou la replier jufqu'au haut du palais, comme la lettre R.
Página 16 - ... puifque lame ne peut avoir depenfée, à l'occafion de laquelle il ne fe fafle un mouvement dans le corps ; & que d'ailleurs elle ne peut recevoir aucune idée de ce qui eft au dehors, que par les mouvemens qui font excitez dans le corps qu'elle anime, il faut...
Página 5 - ... pourveu que le vent ne manquât pas à la machine ; au lieu que les paroles, que j'entens proférer à des corps faits comme le mien, n'ont presque jamais la même suite.

Información bibliográfica