Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

bras gangrène , & cela fous prétexte que la plaie se seroit peut-être guérie, & qu'il se serviroit encore de son bras. La douleur de l'opération est passée : ne condamnons pas durement ceux qui ont cru devoir la faire

pour notre furecé. Regrétons nos frères, ces membres qu'on a été force de retrancher; & que la cicatrice de la plaie, encore senfible , nous donne de l'aversion pour toutes les contestations qui pouroientrenouveler les mêmes malheurs.

Il y eut beaucoup de variations dans les édits qui suivirent la révocation. Les uus permettoient de sortir du royau. me, d'autres le défendoient & l'accordoient de nouveau. Quelques-uns ftatuoient des peines sévères contre les opiniâtres, & presqu'en même-temps il. en paroissoit qui accordoient des grâces & donnoient des espérances. Il sembloit qu'on ne luivît ni régle, ni fyftême : cependantou le moment fut habilement saisi, ou les mesures furent bien prises, puisqu'il n'y eut aucune émeute considérable. Les réformés cédèrent à l'autorité armée de la force, & cefferent dans toutes les villes leurs affemblées religieuses. Ils ne se réunirent plus que dans des lieux sauvages, des

1

bois épais, des grottes inaccessibles, où quelques ministres échappés à la vigilance des magistrats, venoient adminif trer les Sacremens, faire la Cène, & exhorter leurs prosélites à la persévé. fance. C'est ce qu'on a nominé les af. femblées du désert.

Elle se multiplièrent dans les provinces éloignées de la Capitale, & surtout dans les endroits de ces provinces, éloignés des villes. La guerre de 1689, pendant laquelle Louis XIV eut prefque toute l'Europe contre lui, ralentit l'attention de la cour , soit qu'elle fit diftraite

par

des objets plus importans, foit qu'elle appréhendåt que trop de gène ne portât les Calvinistes à la révolparut

alors dans les montagnes. des Cevennes,limitrophes du haut Languedoc, des fanatiques connus sous le nom de Camisars; (*) endoctrinés par des ministres enthousiastes, ils s'imaginoient être inspirés , fe croyoient prophètes & autorisés par la voix intérieure de l'esprit à prendre les armes ,

te. Il

(*) On donne à cette dénomination trois étymolow gies : Camisade, parcequ'ils attaquoient brusquement : Camise, qui se dit dans ce pays là

pour chemise,

, par cequ'ils en manquoient , & que c'étoit ce qu'ils pils loient plus volontiers : Camis , qui signifie grands cher mus, parcequ'ils les infestoient.

[ocr errors]

1

pour la défenle de leur religion. Ils déclarèrent la guerre sur-tout au clergé. Comme c'étoient des paysans brutaux , il n'y a point de cruautés qu'ils ne se permissent contre les prêtres & les religieux. Ils en mutilèrent & massacrèrent un grand nombre. Ils pillèrent les abbayes , brûlèrent les églises, & renouvelèrent toutes les horreurs des

premières guerres de religion. Les An• glois & les Hollandois leur fournirent des munitions & firent passer dans le pays des officiers, pour les discipliner. Après avoir inutilement tenté de les retenir par des puuitions exemplaires, Louis XIV envoya contre eux en 1703 & en 1704 , des troupes réglées qui n'eurent que des succes médiocres, & enfin il les soumit plus par des grâces que par des châtimens.

Depuis ce temps les réformés font restés tranquilles , & quoique sollicités à plusieurs reprises par les ennemis de la France, ils n'ont pas cherché à s'affranchir de la gène que la Loi leur impose. Sans pasteurs, fans ministres avoués, ils vivent dans le sein de la France, non tolérés, mais comme ignorés; ils jouissent de tous les droits utiles de citoyens, pourvu qu'ils ne troubleng

[ocr errors]

pas l'ordre civil

. Quoique confondus dans la foule , l'ail du prince est ouvert sur eux autant pour les garantir des fureurs du faux zèle, que pour les réprimer eux-mêmes s'ils s'écartoient. S'ils sont privés des grâces, exclus des honneurs, quiconque aulli les moleste en haine de leur religion, encourt la difgrâce du Souverain, de Louis te bien aimé, qui père de tous ses sujers, veille indistinctement sur leur bonheur.

FIN.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

>

B B E de Sainte Ge.

neviève , (Joseph Fou-

lon ) tome III , se

déclare pour Henri IV,

page 204.Sa fidéli-

té le met en danger,

247.

Adrets , (Beaumont bai

ron des ) tome I, sa

cruauté, 176.

Albon ,, ( Jacques d')

maréchal de Saint-An-

dré,tome I, lié avec les

Guises & le connéta-

ble,93.-Est tué,163.

Albret , ( Jeanne d' )

Voyez Navarre.

Alençon , (le duc d')

tome II, admirateur

de l'amiral

, 9,

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »