Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

TABLE

DES

PRINCIPALES MATIERES Contenues dans la DEFENSE DE LA BRUYERE.

[ocr errors]

a

la Bruyere, contre les accufations & les objections de Vigneul-Marville, pag. 355

PREMIERE

PARTIE.

De la Perfonne de la Bruyere,

ARTICLE I.

Q

Ue l'Auteur a pu défendre la perfonne de la Bruyere fans l'avoir jamais connu. 358 ART. II, Si la Bruyere s'eft vanté de l'antiquité de fa famille. 359

Imagination ridicule de bien des gens, qui
roturiers de leur propre aveu, tandis qu'ils
font pauvres, fe croyent nobles dès qu'ils ont
fait fortune.
Autre folie des Gentils-hommes & des grands

360

Seigneurs qui veulent s'élever au-defus de leur condition.

361

tres.

Explication du Caractère où la Bruyere fe repréfente entêté de la même foibleffe. Ibid. Rien n'eft plus ordinaire aux Ecrivains Satyriques que de s'attribuer à eux-mêmes les fautes qu'ils veulent reprendre dans les au364 En quoi confifte, felon la Bruyere, la véri■ table Nobleffe. 365,366 Combien il eft aifé de fe tromper dans l'expli cation des anciens Auteurs, puifqu'on n'en tend pas bien fouvent les Auteurs modernes. 367, 368 'Pourquoi l'on n'entend pas toujours un Au̟369 Si l'on peut juger d'un Auteur par ce qui s'en dit en converfation. 371 372 'ART. III. Si la Bruyere peut être justement taxé de mifanthropie, parce qu'il s'ennuyoit à l'Opera. Figures de Rhetorique de nul usage avant les raifons. 374

teur.

373

377

Si l'on peut employer des figures de Rhetori que après avoir donné de bonnes raisons. 375 On ne doit pas entretenir le Public de fes dégoûts fans les juftifier par des raifons. 376 On peut blåmer l'Opera fans choquer le Prin ce qui en a fait la dépenfe. Malgré les grandes dépenfes qu'on fait pour un Opera, les Spectateurs peuvent le trouver languiffant, & pourquoi. 377 378 Ce que Boileau penfe de l'Opera, 379, 380 Ce qu'en penfoit S. Evremond, & le Cheva lier Newton, conforme à ce qu'en a dit la Bruyers. 381 & fuiv.

ART.

4

ART. IV. Si la Bruyere s'eft comparé fans fagon au fage Socrate. 386,387 S'il peut lui être comparé. 388,389 ART. V. Si la Bruyere a voulu faire fon Por trait en faifant celui d'un Philofophe acceffit le, doux, affable, officieux, &c. 390, & fuiv. ART. VI. Si la Bruyere n'a pas été fort à fon aife dans ce Monde, il n'en eft que plus digne d'eftime 393,394 395

"

Ce que c'eft qu'un Auteur forcé.

#

La plupart des Auteurs des Livres terminés

en ana, font des Auteurs forcés, ou du moins peu fenfes. 397, 398 ART. VII. Si la Bruyere a été reçû dans l'Académie Françoise à la recommandation du Prince. 398, & fuiv. Si une place dans l'Académie peut être donnée fous le titre de récompenfe. 403, 404 ART. VIII. Sila Bruyere a voulu faire fon Portrait en nous parlant d'un Philofophe qui fe croit en droit de méprifer ceux qui décrient fes Ouvrages. 406, 407 En quel fens cela peut être appliqué à la Bruyere. 408 Méprifer de vaines cenfures, fierté louable,

9

Ibid.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

SECONDE PARTIE

Du Livre de la Bruyere, intitulé les
Caractères de ce fiécle.

ART. I.

.3.

L'Autorité d'un Cenfeur, deftituée de preuves,
n'eft d'aucun poids.
Tome II.

A a

410 Les

Les Savans ont tort d'étaler leurs fentimens au Public, fans en donner des preuves. 411 Vigneul- Marville coupable de la même faute dans la cenfure qu'il fait du Voyage du Monde de Descartes.

412

Critique deftituée de preuves, facile à faire, & plus facile à détruire.

413

Telle eft la cenfure que Vigneul-Marville a fait des Caractères de ce Siécle. 414 & fuiv. ART. II. Quel est le fens de ce paffage du Livre de la Bruyere, Si on ne goute point ces Ca ractères, je m'en étonne; & fi on les goute, je m'en étonne de même. 418 Si c'eft uniquement à l'inclination que les hommes ont à la médifance qu'on peut attribuer le fuccès des Livres Satyriques. 421,

422

D'où vient l'estime qu'on a fait & qu'on fait encore du Catholicon d'Espagne. 424,425 Pourquoi bien des Libelles compofés contre le Cardinal Mazarin & durant la dernière guer re, finie en 1697, font tombés dans l'oubli. 425, 426 En quel cas on peut dire que l'eftime générale qu'on fait d'une Satyre, ne vient que de la malignité des hommes. 427

Que l'approbation que les Caractères de ce Siécle ont dans le monde, ne peut pas être at tribuée à cette malignité pour plusieurs raifons. 428 & fuiv. ART. III. Des Portraits répandus dans le Livre de la Bruyere. Ce qu'en penfe Vigneul Marville. 432 Digreffion fur la quantité de méchans Livres qui fe font tous les jours à Paris & ailleurs. Quelle est la cause de ce défordre. 440 &

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

ART. IV. La plupart des Portraits qu'on trou-
ve dans le Livre de la Bruyere ne conviennent
à perfonne en particulier. Si l'on peut les con-
damner à cause de cela. 443 & fuiv.
On n'a aucun droit de dire que ces Portraits
repréfentent certaines perfonnes, lorsqu'ils ne
les défignent pas par des traits qui leur con-
viennent uniquement. Ce que dit fur cela l'Ab-
bé de Villiers.
447, 448
On ne peut blâmer ces fortes de Portraits fans
blâmer Théophraste & Moliere. 450
ART. V. Si l'on peut condamner les Portraits
de la Bruyere par la raison qu'ils font trop
chargés.
451, 452
ART. VI. La Bruyere accufé injuflement d'a-
voir dit qu'il n'avoit eu qui que ce foit en vûe
dans fes Caractères.
452, 453
ART. VII. Qu'ily a dans le Livre de la Bruye-
re, des Caractères perfonnels, qui conviennent
à certaines perfonnes.
456

La Bruyere rend juftice au mérite des perfon-
nes qu'il a voulu peindre.
458
On le voit par le Portrait qu'il a fait de San-
teuil, Chanoine de S. Victor, excellent Poëte
Latin.
458 & fuiv.
Et par celui qu'il nous a donné de la Fon-
taine.
461, 462
Ce que la Fontaine a eu de commun avec Vir-
gile.
462

Pour bien peindre les hommes, il en faut dire
du bien & du mal.

463

Ce qui diftingue l'Hiftoire d'avec le Panegyrique.

464

Si Menalque dont il eft parlé dans les Caractères de ce Siècle, eft le feu Comte de Brancas; qui doit être taxé de l'avoir deshonoré A a 2

« AnteriorContinuar »