Imágenes de páginas
PDF
EPUB

*A BRÉ GÉ
MithinD E Schname Pipe
CAUSES CÉLEBRES

[blocks in formation]

A PARIS,
De l'Imprimerie de QUILLAU, Imprimeur de

S. A. S. Mgr le Prince de Conry, rue du
Fouarre, No. 32

M. DCC. LXXXVII,

Aux dépens de l'Auteur.
Avec Approbation & Privilege du Roia

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

ABRÉGÉ

DES

CAUSES CÉLEBRES

ET INTÉRESSANTES, Avec les Jugemens qui les ont décidées.

RÉCLAMATION

Contre des Væux.

ANTOINE Derlon', marchand de fer de la ville de Lyon, & Françoise Bertaud, ont de leur mariage quatre en fans, deux garçons & deux filles ; de ce nombre est celui qui réclame contre ses voeux. Il tient le principal rang dans l'affeet on de son pere , quoiqu'il foit le dernier dans l'ordre de la naissance; Tome Ill.

А

39X677

il n'a pas encore dix ans, qu'il a la dou, leur de le perdre. Son pere lui laisse des preuves de la tendrefle, & des effets de la libéralité, en l'instituant par son testament fon héritier universel.

Françoise -Bertaud, après la mort de son mari, reconnoissant en ce fils, son cadet , un heureux naturel, & des difpofitions avantageutes pour les sciences, le deftine aux érudes; mais le choix aveugle qu'elle fait du maître auquel elle confie son éducation, est la source funeste des infortunes du jeune Derlon,

Son précepteur a le talent de s'acquérir en peu de tems la confiance & l'amitié de la mere; il ne donne pas ses uniques soins aux progrès de son écolier ; l'habi:udę que son emploi lui fait contracter dans la maison, produit dans son cous une pas fion peu convenable à fon caractere d’ec clésiastique tonsuré; elle s'excite par des vues de cupidité. La fortune de Françoise Bertaud, quoique médiocre , lui assure une subsistance toujours incertaine aux personnes de son état; il porte ses défirs jusqu'à vouloir l'épouser.

Les occasions de séduire la fimplicité de cetre veuve sont fréquentes ; le prétexte de l'instruction du disciple favorise ses afliduités & les complaisances. Bien

tôt le temps des leçons du jeune étudiant eft employé auprès de la mere à tenir un aurre langage que celui de l'école. Parvenu ians peine à obtenir tout ce qu'il souhaite , il abdique l'habit eccléfiaftique ; & de précepteur du fils, il devient le mari de la mere.

Le mariage n'a pas plutôt affermi son autorité, qu'il n'y met plus de bornes : fon projet est de s'emparer du bien que le fieur Derlon pere a laissé à sa famille; mais fes deux garçons forment un obftacle à l'avidité de ce second mari, il ne tarde pas à leur faire éprouver toute la haine & les duretés d'un beau-pere.

L'aîné, ne pouvant supporter plus long-temps les mauvais traitemens qu'il endure , s'engage dans le service, où il

finit ses jours.

Le cadet, appellé par une institution folemnelle à recueillir toute la succession de son pere, eft l'objet le plus dangereux que le beau-pere a intérêt d'écarter; il résout de le jeter dans un cloître. Les menaces & les violences sont les voies dont il se sert pour lui inspirer sa vocation.

La rélistance continuelle du sieur Derlon aux ordres barbares de fon beau-pere, porte son courroux au dernier : dégré ; tantôt, pour l'obliger à entrer en reli

« AnteriorContinuar »