Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CHAPITRE II.

Doétrine & usage des Indulgences ,

selon saint Paul, les Peres, & les Conciles pendant les trois premiers Siecles.

L ,

Es Chrétiens qui ont eu le malheur solation d'apprendre que les Indulgences par lesquelles l'Eglise les invite à en sortir, ne sont pas moins anciennes que le Sacre- . ment de Penitence.

Car c’est Nôtre-Seigneur Jesus-Christ, qui en donnant à son Eglise le pouvoir d'imposer aux Penitens des satisfactions proportionnées à leurs pechez , lui a aufli accordé le pouvoir de s'en relâcher. Saint Paul a usé le premier de ce pouvoir ; car ayant mis en penitence l'Incestueux de Corinthe, ce pecheur subit la correction & la peine qui lui fut imposée avec une si grande douleur de son crime , que l'Apôtre en fut touché; & les Corinthiens mêmes lui demanderent grace pour lui. Saint Paul considerant donc l'extrême douleur dų penitent, & la charité des

a

[ocr errors]
[ocr errors]

2. Cor...

Fideles , lui accorda l'indulgence au nom & en la personne de Jesus-Christ, de peur qu'il ne fût accablé par un excés de tristesse; ce qu'il fit environ un an aprés l'avoir mis en penitence.

Saint Jean l'Evangeliste, au rapport de Lib.3.& faint Clement d'Alexandrie, d’Eusebe & 23. de saint Chryfoftomne, usa d'une même indulgence envers un jeune homme qu'il avoit recommandé à l'Evêque d'une ville proche d'Ephese. Ce Prelat l'ayant pris chez lui, l'instruisit, le baptisa , & lui donna le sceau du Seigneur; mais comme si les Sacremens eussent mis ce jeune hom- . me dans une pleine assurance,il commença à n'en avoir plus tant de foin. Ainsi l'ayant laisse vivre dans une grande liberté, il fut corrompu par de jeunes gens dont il forma ensuite une troupe de voleurs, & comme il étoit hardi, il s'en rendit le chef. S. Jean ne l'eut pas plûtôt appris qu'il se fit aussitôt conduire au lieu où il se retiroit, l'ayant touché par ses larmes, il le ramena à l'assemblée des Fideles, offrit à Dieu ses prieres , se mortifia avec lui par des jeûnes continuels , ce qu'on ne croit pas avoir duré plus de deux ou trois mois, & ne s'en separa point qu'il ne l’eut rétabli dans la participation des Sacremens par l'absolution de ses pechez.

Saint Polycarpe disciple des Apôrres ; nommément de saint Jean, nous fournit une nouvelle preuve sur cette matiere, C'est dans fon Epître aux Philippiens , écrite vers l'an 107. ou 108. Il étoit difficile dans ces premiers tems de trouver pour le Sacerdoce des personnes qui ne fussent pas mariez. Un des Prêtres de cette Eglise nommé Valens éroit combé avec la femme, & il semble que l'avarice eut été cause de leur chute. Saint Policarpe ne fait aucune difficulté d'exhorrer les Philippiens à leur pardonner & à les rejoindre

à leur corps.

.

299.
en 142.

L'Eglise Romaine en usa de même (11presc. c. vers l'heresiarque Cerdon , selon que nous Cliem. l'apprend Tertullien : c'étoit un esprit intom. 2. quiet , qui avoit été excommunie par deux des me fois, & chaffe de l'Eglise par le Pape moires p.

Hygin, ou Pie son Successeur ; mais comme il recourut encore depuis à la Confession & à la penitence, on lui proinit la paix, pourvû qu'il ramenât avec lui

ceux qu'il avoit fait comber dans l'heresie.

En 177. on vit à Lion, ce qui se remarqua dans la suite à Carthage, où les

Martyrs qui avoient signalé leur foi par finc. & la confeflion du vrai Dieu, signalerent en

core leur charité, en accordant le pardon

tous

Euseb.
1. C. 2,
Acta
Mart.

Sciec.

[ocr errors]

à leurs freres qui avoient renoncé JesusChrist : & l'Eglise , selon Eusebe, fuc comblée de joie, de recevoir vivans dans fon sein presque tous ceux qu'elle en avoit rejettez , comme des avortons fans yie.

Rien n'est plus celebre que ce qui arriva dans l'Eglise d'Afrique sous saint Cyprien en 250. Une violente persecution s'étant élevée contre les Chrétiens ( c'est celle de Dece ) il y en eut beaucoup à qui la

) crainte des supplices fit offrir de l'encens aux Idoles ; mais aprés avoir commis cette lâcheté', ne pouvant plus esperer d'être reconciliez que par une longue penitence, & sachant

que ceux qui étoient dans les prisons pour la foi , pouvoient beaucoup auprés de Jesus-Christ & de fon Eglise, 'il s'adresserent à eux, les priant de solliciter leur grace. Les Martyrs touchez des larmes de ces pecheurs , intercedoient donc en leur faveur , en suppliant les Evêques de leur remettre le reste de la peine que méritoit leur crime, de les reconcilier. Les Evêques de leur part avoiene tant de respect pour les chaînes de ces faints Confesseurs, qu'ils faifoient grace en leur consideration. Ils regardoient leur generosité chrétienne, & Leurs grandes fouffrances, comme çapa-

&

A iiij.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

bles de suppléer à ce qui manquoit à la penitence des laps. Ils esperoient de plus, de la protection & de l'intercession de ces bien-heureux Confefseurs , qui alloient être couronnez par le martyre ; que Dieu feroit grace aux penitens pour lesquels ils s'étoient entremis.

Cela se pratiquoit de même dans l’Egypte, car saint Denis fait Evêque d'Alexandrie en 248. assûre que les Martyrs qui étoient alors avec Jesus-Christ , reçûrent étant encore en vie quelques-uns de ceux qui avoient été convaincus d'avoir facrifié aux Idoles , & communiquerent avec eux dans les prieres & le banquer.

Dés le tems de Tertullien, déja celebrė 4. .. l. à la fin du II. Siecle, ceux qui étoient de pud.

tombez dans la persecution, comme il nous l'apprend lui-même , s'adressoient aux Martyrs, & en recevoient des lettres de recommandation, afin qu'en leur consideration, on les reconciliât à l'Eglise.

Nous lisons aussi qu'à Smyrne en Alie, les tombez vinrent avec de grands cris implorer le secours de S. Pione Prêtre de cette Eglise, qui dans la persecution de Dece, étoit prisonnier pour la foy.

L'on remarque encore dans la s 4. Epître

ad Mart.

1

C. 2.

Act. Mar. finc. &

Selec. Po

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »