Imágenes de páginas
PDF
EPUB

1 CID. (1) (LIDO (LI):11 1.7(3):( ID:

AVERTISSEMENT: Nous avons annoncé que le VOCABULAIRE PROVENÇALFrançois seroit terminé par un Supplement, dans lequel nous releverions les fautes qui se sont glissées dans les deux Volumes. L'étendue de ce second Volume , nous empêche de satisfaire à ce devoir & à l'empressement des Lecteurs. Nous nous contentons de placer à la fin de ce volume, le supplément du premier.

La critique de notre VOCABULAIRE FRANÇOIS-PROVENÇAL , qui a paru dans le Journal de Provence , est un nouveau motif pour nous faire retarder l'impression du second Supplément, persuadés que les Critiques nous reprocheront encore des omissions, des erreurs, & nous maltraiteront aussi cruellement qu'ils l'ont fait. Nous aurions plus de reconnoissance , s'ils vouloient bien prendre la peine de nous indiquer les fautes vraies qu'ils pourront découvrir dans notre VOCABULAIRE ; nous les publierons volontiers dans un Supplément , qui sera d'autant plus intéressant qu'il contiendra beaucoup de termes usités dans la Montagne, c'est-à-dire, dans la Haute-Provence : un Manuscrit qui est arrivé à la fin de l'impression de ce Volume , nous les a tranf mis , & nous en devons l'hommage au Public pour la perfection de cet Ouvrage.

L'on nous a reproché , & ce sont principalement les habitans de la ville d'Aix , d'avoir adopté de préférence le langage de Marseille , tandis que le vrai Provençal ne se parle qu'à cinq ou fix "lieues de cette Ville. Sans entrer ici dans une dispute sur cet objet, il nous suffit de répondre que , malgré la préférence que nous avons donnée au langage qui nous est le plus familier, nous nous sommes faits une Loi constante de faire connoître les terminaisons différentes, particulières à chaque Pays, & de rappeller les termes qui ne sont point universellement adoptés. En comparant le Langage Provençal ancien avec le moderne , on auroit bien de la peine à se décider

1

aujourd'hui pour le langage d'un pays plutôt que d'un autre; tant il y a de la disproportion : ajoutez à cela que le Français a fingu, liérement dénaturé la langue de nos ayeux.

Le langage ufité à Marseille diffère eflenxiellement de celui du Comté - Venaislin ; les habitans d'Aix & ceux de Toulon parlent d'une manière différente ; ceux d'Arles ont un langage qui tietyt beaucoup du Languedocien. Pour fatisfaire les habitans de chaque Pays, il auroit fallu faire autant de Vocabulaires qu'il y a de Villes & peut-être même de Villages. Un Ouvrage de cette nature , feroit immense, coûteux & inutile.

Nous avons ramaffé tous les proverbes qui nous ont paru propres à faire lentir l'énergie du Provençal. Il en est de propres à certains Pays , que nous avons omis

, parce qu'ils sont faux ou diétés par la médisance. La même raison a fait exclure de notre Dictionnaire Géographique les Sobriquets donnés aux habitans de certains Villages de la Provence, parce qu'ils sont toujours l'effet de la haine ou de l'envie des voisins jaloux.

L'étymologie des noms Provençaux forme une des parties de ce Volume, la plus pénible , & nous osons dire , la plus curieuse : nous étions persuadés que la recherche de l'origine des mots étoit stérile & laborieuse ; aussi y avons nous employé beaucoup de tems. Cependant, lorsque nous n'avons pas découvert une racine naturelle nous avons préféré de ne pas parler de son étymologie, plutôt que

de lui en donner une qui s'écartât du sens & de la vérité. L'on trouvera dans ce Vocabulaire plus de cent mois, qui avoient été omis dans le premier volume. Il est à desirer que nous en connoissions encore de nouveaux avant l'impression du Supplément; nous donnerons à nos Lecteurs le tems de nous fournir leurs réflexions.

Des raisons particulieres nous ont mis dans le cas de faire précéder la Géographie par l'histoire des Hommes illustres. Le premier volume qui forme le troisième du Di&tionnaire de Provence , paroîtra dans le courant de l'année. Nous ferons tous nos efforts pour mettre à la tête de ce Volume , le Portrait d'un Homme illustre, dont les

ayeux ont gouverné la Provence, & qui l'honore lui-même d'une

protec

[ocr errors]

AVERTISSEMEN T.

vij tion spéciale. Nos hommages ne sont que l'écho des sentimens de nos compatriotes.

L'on apprendra avec plaisir que notre Di&tionnaire des Hommes Illustres est composé d'après des Mémoires de divers Auteurs , dont la plûpart avoient consulté les Mffs. du P. Bougerel de l'Oratoire. Une critiqne judicieuse a banni les faussetés , & épuré le style des ouvrages de cet Ecrivain ; de sorte que nous ne craignons pas d'avancer que le Public sera dédommagé de la perte de ce Manuscrit , par les détails vrais & curieux que nous pouvons lui présenter ; ils offrent tout ce qu'il y a d’intéressant dans les Mfss. de Bougerel , & plus de soixante Auteurs que cet Ecrivain avoit omis, ou n'avoit pas pů connoître.

Nous ajouterons ici une observation. Pron. long. est un avertissement

que la pénultième syllabe du mot le prononce longue. Nous avons taché de ne l'omettre dans aucun article des mors que l'on prononce longs.

Nous avons également observé de terminer par un T, les mots dont la dernière syllabe se prononce par 0 ; comme, Pichot , Chivalot , & tous les diminutifs masculins qui ont cette terminaison, dont la penultième est toujours brève : pour les différencier des mots où l’O final se rend comme l’E muet des François : Tels sont les mots : Fino, escalo, Glèyo , cavalo , &c. Nota , que tous les mots de ce dernier genre se prononcent longs.

Pour la facilité des Acheteurs, les Libraires vendront séparément les Volumes concernant la Langue , ceux qui traitent de la Partie historique ou des grands Hommes , & celui qui renfermera la Defcription géographique de la Provence ancienne & moderne , & du Comté-Venaislin.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors][ocr errors]

A,

première lettre de l'Alphabet ; Abbé ou par une Abbesse. Les proelie a le même son qu'en françois ; vençaux modernes disent Abaye en trois elle désigne le Datif, elle est prépo- fyllabes ou Abeyo en quatre. Abadie est sition & elle exprime la troisième per- formé du latin Abbatia. fonne du singulier du verbe Ayer , ABADO, adv. V. DEBADO. Proavoir.

noncez long. ABA, f. m. Nom que l'on donne en ABAISSAMENT, s. m. Abaissement, certains lieux de la Provence, au chef état d'humiliation. des danses ; on le nomme dans le Com- ABAISSAR, v. a. Abaisser , mettre té-Venaissin , l'Abbé de la jouinesso. plus bas, diminuer de la hauteur ; huL'aba est le maître des cérémonies ; milier , déprimer. S'abaisar , v. r. S'ac'est lui qui préside aux jeux & qui baisser. Abaisat, ado , part. Abaissé, prie à danser ? il indique l'heure & le abaissée. Prononcez abeisfar , abcisa. lieu du bal. Aba est un mot syriaque ment. Ils dérivent de bas profond. Abaifd'où on a formé le Latin Abbas , le far feis raubos. Détroulser ses juCeltique Abad & le François Abbé. pes,

ABADIE, f. f. Abbaye, monastère ABALOURDIR, v. a. V. ESBAd'hommes ou de filles gouverné par un LOURDIR.

Vocab. Proy. Franc.

[merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »