Imágenes de páginas
PDF
EPUB

presant pour nous porter à l'aimer.

206 A RIICL E I.

JESUS-CHRIST crucifié est la plus gran

de preuve de l'amour que Dieu a pour nous.

ibid.

ARTICLE II. JESUS - CHRIST crucifié est le motif

le plus puissant pour nous porter à aimer Dieu.

239 CHAPITRE VIII. Caracteres de l'amour que nous de

vons à Dieu qui nous a donné son Fils, & à Jesus-CHRIST qui s'est livré pour nous.

271 1. CARACI E RE. Il doit être sans réserve.

ibid. II. CARACTERE. Il doit être fécond en bonnes ouvres..

305. H11. CARACTER E.

Il doit être ferme & persévérant, 320 IV. CARACTERE. Il doit nous inspirer le désir d'avoir part aux souffrances de J. C. 339

V. CARACTERE. Il doit aller jusqu'à donner notre vie

pour JESUS-CHRIST, C même pour nos freres.

361

Fin de la Table de la premiere Partic.

)

EXPLICATION

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

JESUS-CHRIST crucifié, comme

un maîcre à qui fa croix sert de chaire , enseigne tous les Partie 1,

A

CHAP. I.

[ocr errors]

hommes, & les instruit de rou-
tes les vérités nécessaires pour
le falut.

. I.

Les hommes plongés dans les sens

avoient besoin d'un maître di-
vin qui les détrompât de la fauf
se idée qu'ils avoient des biens
& des maux, a les instruisit
de leur fin, a des moyens d'y
parvenir. C'est ce que JESUS-
CHRIST a fait par sa vie, e
sur-tout par sa mort.

L n'y avoit rien qui fût
0 plus nécessaire aux hom-

mes , que d'être instruits

des véritables biens , & des véritables maux : des moyens pour arriver âu bonheur, & des obItacles contraires : du bonheur en luimême , de la nature , de sa vérité , & par conséquent de leur fin , qui ne peut

être différente da vrai bonheur. Mais il n'y avoit aucune matiére sur laquelle ils eussent inoins de lumiere,

,

[ocr errors]
[ocr errors]

Leurs passions les avoient jettés dans CHAP. I. mille erreurs. La cupidité ne connoisfoit d'autres biens ou d'autres maux , que ceux dont les sens peuvent juger : & la cupidité étoit dominante dans tous les hommes que la grace n'avoit point changés. Touc ce qui étoit spirituel & invisible , palsoit pour n'être pas , ou ne faisoit aucune impression. On comptoit uniquement sur la vie ; & fi lon avoit quelque idée de la vertu , l'on étoit toujours préparé à la sacrifier aux interets de l'ainout propre.

2. Pour détromper les hommes, il falloit autre chose qu'une simple inItruction. Il falloit un autre maître que l'un d'entre-eux. Il falloit que Dieu lui-même devînt visible, qu'il vécût parmi eux ; qu'il leur parlat un Įangage qu'ils pussent entendre; qu'il attirât leur admiration par des miracles, & leur amour par des bienfaits ; qu'après les avoir enseignés, il prolvât la doctrine par ses exemples ; 80 qu'il réunît dans un dernier exemple toutes les circonstances capables de persuader qu'il y a une autre vie que celle-ci; quc la vertu est quelque cho

OXFO

« AnteriorContinuar »